Sarkozy exige la libération de Gilad Shalit

Conférence de Charm el-Cheikh : Sarkozy exige la libération de Gilad Shalit Dans son discours devant le go

mardi 3 mars 2009

Conférence de Charm el-Cheikh : Sarkozy exige la libération de Gilad Shalit

Dans son discours devant le gotha international des donateurs pour reconstruire Gaza, Nicolas Sarkozy, co-président de la conférence présidée par L’Egypte et la Norvège, a posé comme un préalable indispensable la constitution d’un gouvernement palestinien d’union nationale placé sous l’autorité de Mahmoud Abbas.

Affectionnant décidément beaucoup les plans de relance, qu’ils relèvent de l’économie nationale ou de la politique étrangère, notre président, qui ne peut imaginer perdre la face diplomatique, n’a eu de cesse de marteler la tenue au printemps d’un sommet de relance de la paix.

Il a notamment souligné qu’il fallait «  encourager les parties à fixer un calendrier aboutissant avant la fin de cette année, à la signature d’un accord et à la création d’un Etat palestinien viable, démocratique, moderne, vivant aux côtés d’Israël ».

Face à un tel parterre politico-médiatique, l’occasion était trop belle pour ne pas s’illustrer en ardent avocat de la libération du soldat franco-israélien Gilad Shalit en ces termes : «  Nous n’accepterons jamais que sa vie soit mise en danger (...) sa libération est une priorité, un accord est possible ».

Mais la France qui part en croisade pour Gilad Shalit, en maintenant la vie du franco-palestinien, Salah Hamouri, dans les ténèbres des geôles israéliennes, peut-elle être encore crédible lorsqu’elle prétend avec emphase devenir le chantre de la paix au Proche-Orient ?

Publicité

commentaires