Mardi 29 July 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Brice Hortefeux manque de doigté

Brice Hortefeux manque de doigté
fr
http://oumma.com/

Après le porte-parole du gouvernement Luc Châtel, s’imaginant devenir Premier ministre, et la députée européenne Rachida Dati, déplorant la « quasi-nullité de la fellation », c’est au tour du ministre de l’Intérieur de laisser s’exprimer, dimanche soir au micro de RTL (à la 38ème minute), une singulière vision des choses. A propos de certains fichiers policiers, et de leur éventuelle illégalité, il indique en amont, au cas où cela ne serait pas évident, ne pas entretenir de « manie » dans ce domaine avant d’ajouter : « Il y a deux fichiers majeurs : le fichier des empreintes génitales et le fichier des empreintes génétiques ».

Partagez :

Un lapsus, c’est comme un Arabe. Pour reprendre href="http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/06/04/brice-hortefeux-condamne-pour-injure-raciale_1367948_823448.html">l’heureuse
formule de
Brice
Hortefeux
, « quand il y a en a un, ça va... C’est quand
il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ». Ainsi en va-t-il désormais
de l’accumulation de bévues verbales commises récemment par des membres éminents
de l’UMP.

 Après le porte-parole du gouvernement href="http://www.dailymotion.com/video/xf2h5l_lapsus-de-luc-chatel-sarkozy-ma-nom_fun">Luc
Châtel, s’imaginant devenir Premier ministre, et la députée européenne href="http://oumma.com/Rachida-Dati-Hoops-le-vilain">Rachida Dati,
déplorant la « quasi-nullité de la fellation », c’est au tour
du ministre de l’Intérieur de laisser s’exprimer, dimanche soir au micro de href="http://www.rtl.fr/emission/le-grand-jury">RTL (à la 38ème
minute), une singulière vision des choses.

A propos de certains fichiers policiers, et de leur
éventuelle illégalité, il indique en amont, au cas où cela ne serait pas
évident, ne pas entretenir de « manie » dans ce domaine avant
d’ajouter : « Il y a deux fichiers majeurs : le fichier des empreintes génitales
et le fichier des empreintes génétiques ».

Son interlocuteur, Yves Thréard du Figaro, n’a pas osé le
corriger, pas plus que l’animateur du débat Jean-Michel Apathie. Sans doute
préoccupé par son href="http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/06/09/brice-hortefeux-veut-interdire-la-polygamie-de-fait_1370400_3224.html">combat
personnel contre la polygamie, ainsi que par d’autres sujets abordés durant
l’entretien -comme la « menace islamiste à l’échelon mondial »
et « cette femme kamikaze susceptible de perpétrer un attentat sur
le territoire national »-,
Brice Hortefeux aura, bien évidemment,
confondu les termes « génitales » et « digitales ».

Une minute plus tard, le ministre continue de s’emballer,
toujours à propos de la légalité des fichiers informatiques, et trébuche à
nouveau sur ce thème qui lui est visiblement délicat à formuler dans les termes
adéquats. A 39’40, il parle ainsi de « gé-généatique »  au
lieu de « génétique ». Un audacieux néologisme contractant la
génétique et le génital, probablement.

Jeux de mains, jeux de vilains

Connus dans le cénacle de la vie politique pour s’accorder
mutuellement un mépris cordial, les deux sarkozystes radicaux, corps et âme, que
sont Rachida Dati et Brice Hortefeux semblent partager la même inspiration
–en-dessous de la ceinture- quand il s’agit de laisser fourcher leur langue.
Une manière commune d’appréhender le monde qu’il serait trop facile de tourner
rapidement en dérision. Comme le rappelait le philosophe Jean Baudrillard, « toute
grande pensée est de l’ordre du lapsus ».



Publicité Oumma.com

Commentaires

X
0 points

Excellent ! Le texte se déguste comme un loukoum.Ou plutôt une ratatouille bien de chez nous, pour faire plaisir à Brice ! Merci Oumma, ne lâchez rien !