Appel pour la défense de la liberté d’expression et d’information

Nous, femmes et hommes issus du milieu associatif, présidents/es d’association ou de collectifs, militant/e

par

jeudi 28 novembre 2002

Appel pour la défense de la liberté d’expression et d’information

Nous, femmes et hommes issus du milieu associatif, présidents/es d’association ou de collectifs, militant/es de la défenses des droits humains et des libertés d’ici et d’ailleurs, dénonçons les pressions, les mises en demeure, les intentations de procès envers tous ceux qui osent soutenir la résistance palestinienne. Nous pouvons comprendre que ces positions dérangent ceux et celles qui de prêt ou de loin soutiennent la colonisation de la Palestine, ou qui dénoncent les violences sans remettre en question le sionisme. Mais nous ne pouvons pas leur permettre d’insulter ou d’accuser certain/es d’entre nous, cherchant par ce fait à nous réduire au silence. Nous ne nous tairons pas, car en soutenant la libération de la Palestine nous défendons aussi notre droit à la parole. Nous avons toujours, au nom de la défense de cette fameuse "liberté d’expression" si chèrement acquise et si durement défendue par nos anciens, recherché les débats, les échanges surtout lorsqu’ils sont contradictoires, car les idées ne prennent de sens que lorsqu’elles peuvent s’échanger ou se confronter. Empêcher les associations, les comités, les animateurs de radios, les journalistes de s’exprimer en faisant pression sur eux afin de clore tout débat sur le sionisme, occulte actuellement le véritable débat démocratique.

Après avoir soutenu Daniel Mermet animateur de l’émission "Là-bas si j’y suis", le Directeur de "Radio Méditerranée", la CAPJO (Coordination des Appels pour une Paix juste au Proche-Orient), nous amenons notre soutien à la journaliste Mme Rabha Attaf qui a eu le courage de dénoncer, dans une Tribune libre du site "Solidaires du peuple palestinien", les propos injurieux de M. Roger Cukierman président du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) après le premier tour des élections présidentielles d’avril 2002. "Le succès de Le Pen est un message aux Musulmans de se tenir tranquille, parce qu’il s’est toujours opposé à l’immigration musulmane", affirmait-il (journal israélien Ha’aretz du 23 avril 2002). Nous ne sommes pas tous musulmans, certain/es sont chrétiens, juifs, d’autres libres penseurs ou athées, mais nous condamnons tous, les propos injurieux de M. Cukierman et refusons toutes les accusations et procès intentés aux défenseurs des droits humains.

Paris, 18 novembre 2002

Signataires  :

François Burgat, politologue, CNRS, Sanaa
Jean-François Poirier, philosophe
Nicole Barrière, poète sociologue
Mohamed Bousry Ahmed, cadre
Jalel El Gharbi, universitaire
Claudine Roméo, universitaire
Aïcha Alice Brahim, cadre bancaire
Jean Paul Cruse, journaliste
Philippe Tancelin, poète, philosophe, universitaire
Rachida Lambert, chimiste
Rosine Arroyo, animatrice culturelle
Maryse Bordet Maugars, enseignante
Jean Chazy, professeur d’arts plastiques
Mahres Chabbi, fonctionnaire
Agnes Muliga, étudiante
Arnaud Muller, étudiant
Maria Poumier, universitaire
Le Pape Rozen, directrice de production
Diore Mikael, cuisinier
Immas Abdelmadjid, professeur
Chafia Djemame, militante associative
Daniele Mourgue, professeur
Mourad Faher, cadre

Signez en écrivant à : [email protected] (préciser nom, prénom)

Publicité

Auteur : un collectif

commentaires