in

Une députée britannique affirme avoir été évincée du gouvernement car musulmane

«Ses origines et sa foi» auraient été déterminantes dans son éviction du gouvernement , affirme-t-elle, rapportant les propos d’un membre du parti conservateur. Ce dernier s’est lui-même identifié en dénonçant des accusations diffamatoires.

L’ancienne vice-ministre britannique des Transports Nusrat Ghani a affirmé dimanche avoir été démise de ses fonctions lors d’un remaniement gouvernemental en 2020 car sa foi «musulmane» posait «un problème», relançant des accusations d’islamophobie au sein du Parti conservateur de Boris Johnson déjà sous pression.

Nusrat Ghani, 49 ans, a affirmé au Sunday Times qu’un cadre du Parti conservateur lui avait expliqué en février 2020 que «ses origines et sa foi» avaient été déterminantes dans son éviction du gouvernement. «On m’a dit que lors de la réunion de remaniement à Downing Street, ma foi musulmane avait été soulevée comme un problème, qu’une femme musulmane au gouvernement mettait mes collègues mal à l’aise et qu’on craignait que je ne sois pas loyale envers le parti car je n’en faisais pas assez pour le défendre contre les allégations d’islamophobie», a-t-elle déclaré.

Publicité

Le Figaro

Publicité
Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Dans beaucoup de pays musulmans, on serait évincés des postes importants parce que chrétiens (Egypte par exemple, ne parlons pas du Pakistan et des autres pays musulmans, etc).

    Ceci dit, il faut donner l’exemple aux pays musulmans. Pour qu’ils puissent évoluer, s’ils le désirent, bien sûr.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Comment le leader du FPLP s’est retrouvé dans une prison israélienne

Le nombre de sièges vides dans la salle a poussé Anne Hidalgo à changer son entrée sur scène