in

Un ex-sénateur républicain de l’Utah, sur son lit de mort, présente ses excuses aux musulmans pour Donald Trump

L’ancien sénateur américain de l’Utah, Bob Bennett, a rendu les armes, le 4 mai dernier, devant un cancer du pancréas irréversible mais avant de mourir, ce très digne représentant du parti Républicain a souhaité profiter de son dernier souffle de vie pour se désolidariser des prises de position de Donald Trump sur l’islam et l’immigration.

Arrivé au crépuscule de son existence, celui-ci, sachant ses jours comptés, a surmonté avec courage une paralysie partielle et sa difficulté d’élocution pour exprimer son profond dégoût devant la xénophobie et l’islamophobie de l’un des pires populistes de son parti, chargeant son épouse Joyce Bennett et son fils Jim de rapporter fidèlement ses propos à la presse.

"Dans les derniers jours de sa vie, cette question le hantait. Il était écoeuré par le discours de Donald Trump", a indiqué son fils au Daily Beast, en relatant avec émotion l’instant où son père formula l’un de ses derniers voeux, alors qu’il était sur son lit de mort. Bob Bennett, cet homme politique doté d’une grande conscience, a en effet voulu savoir s’il y avait des musulmans au sein de l’hôpital de l’Université George Washingtion où il se trouvait, afin de les saluer et les remercier de leur présence sur le sol américain.

"Je serais ravi de les rencontrer pour les remercier d'être dans ce pays, et présenter mes excuses auprès d'eux au nom du Parti républicain pour Donald Trump", avait confié péniblement l’extraordinaire sénateur de l’Utah, avant de rendre son dernier soupir et de quitter la grande scène publique américaine, où sa voix dissonante manquera indéniablement dans le concert d'outrances mis en musique par le vil démagogue Trump.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vidéo rare d’ Eva de Vitray-Meyerovitch, éminente intellectuelle, convertie à l’islam en 1950

Vol Paris-Le Caire: les salariés de l’usine Procter and Gamble d’Amiens pleurent leur patron, Ahmed Helal