in

Soufiane Zitouni, l’ex-professeur du lycée Averroès, condamné pour diffamation et injure publique

C’est celui par qui la suspicion de professer « l’islamisme » plutôt que l’islam a plané sur le lycée Averroès de Lille en février dernier, entachant gravement la réputation de l’établissement classé meilleur lycée général de France en 2013, Soufiane Zitouni, le professeur de philosophie à la démission fracassante, vient d’être condamné par le tribunal de police pour diffamation et injure publique.

Dans une tribune au vitriol publiée le 6 février dans Libération, Soufiane Zitouni expliquait les raisons de son départ en accusant les responsables du premier établissement privé musulman sous contrat avec l’Etat, considéré comme un pôle d’excellence, de diffuser “de manière sournoise et pernicieuse une conception de l’islam qui n’est autre que l’islamisme“.

Ebranlée par la virulence de cette diatribe surmédiatisée, la direction du lycée avait rapidement contre-attaqué par citation directe en préférant saisir le tribunal de police, plutôt qu’une juridiction correctionnelle. Elle dévoila alors les invectives de même nature lancées par Soufiane Zitouni dans des courriels adressés à plusieurs collègues, et ce, avant de rendre son tablier et de se répandre dans les médias.

L’arbitrage favorable au lycée Averroès rendu par le tribunal de police, en ce vendredi 4 septembre, marque l’épilogue judiciaire d’une affaire qui a contribué à alimenter les pires fantasmes dans l’inconscient collectif, Soufiane Zitouni se voyant reprocher l’absence « d’éléments et de preuves de nature à justifier ses critiques ».

Tenu de verser 10 euros pour diffamation, 10 autres euros pour injure publique, ainsi que l’euro symbolique de dommages et intérêts réclamé par le lycée, sans oublier les 500 euros pour les frais de procès, ce dernier estime toutefois qu’il ne s’agit là que d’un premier round, promettant de faire appel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour M.Onfray, BHL est “complice” de la mort d’Aylan Kurdi, le jeune enfant syrien mort sur une plage en Turquie

Un américain commercialise un fusil « antimusulmans »