in ,

Opinion publique dans le monde arabe: 71% rejettent l’exploitation de la religion par les gouvernants (www.liberation.fr)

Le Centre arabe de recherches et d’études politiques de Doha a publié une grande enquête d’opinion publique dans le monde arabe. Aussi surprenant que cela puisse paraître, elle met en avant une relative ressemblance des réponses entre les habitants de pays très différents. (…)

Présenté comme «le baromètre de l’opinion publique arabe», le septième du genre depuis 2011 réalisé par le même centre, se veut plus global tant par le nombre de pays concernés que par la diversité des sujets couverts (…)

Rejet de l’exploitation de la religion par les gouvernants

Sur le chapitre de la religion, sujet souvent trop sacré et délicat pour être franchement abordé dans les pays arabes, essentiellement musulmans, l’enquête révèle des évolutions intéressantes. Certes une écrasante majorité de 86% des sondés se disent «religieux», dont 23% «très religieux» mais 12% s’affirment non religieux et même non croyants, et ce n’est pas rien. Mais surtout, 71% rejettent l’exploitation de la religion par les gouvernants, confirmant sans doute un affaiblissement de l’islamisme politique. Et si une petite majorité se dégage globalement pour une séparation entre l’Etat et la religion, le pourcentage atteint plus de 80% chez les Libanais et les Irakiens qui rejettent massivement leurs systèmes communautaristes.

Publicité
Publicité
Publicité

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laisser un commentaire

Chargement…

0

La vie de Malek Bennabi (32)

En Tunisie, la double peine des malades du Covid-19 (www.courrierinternational.com)