in

Les liens de la socialiste Najat Vallaud-Belkacem avec le Roi du Maroc

Il est des boîtes de Pandore dangereuses à ouvrir, sous peine de se voir rattraper par ses propres manquements et supercheries. Mais qu’à cela ne tienne, la valeur sûre du PS, ou louée comme telle, a eu la dent dure, cette semaine, contre Nicolas Sarkozy, fustigeant dans un communiqué au vitriol sa stratégie de reconquête du pouvoir : «Une seule stratégie de campagne s’impose : mentir, et tricherLe vrai modèle de Nicolas Sarkozy n’est pas Angela Merkel, mais un mélange de Silvio Berlusconi et de Vladimir Poutine, avec le vide idéologique de l’un, et la brutalité des méthodes de l’autre » a-t-elle signé.

Ce serait de bonne guerre, si, en l’occurrence, l’hôpital ne se moquait pas de la charité ! Car, comme le met en exergue le site Demainonline, l’incarnation féminine du renouveau générationnel de gauche est membre du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME), un « organisme qui est le Soviet suprême du Makhzen chargé de garder à l’oeil les résidents marocains à l’étranger afin qu’ils gardent éternelle fidélité au régime et n’arrêtent pas d’envoyer chaque année les flouss qui maintiennent à flot le régime » persifle le journaliste Thami Afailal.

Lyonnaise d’adoptionNajat Vallaud-Belkacem reste d’autant plus attachée à ses racines marocaines, que les liens indéfectibles qu’elle entretient avec le royaume cher à son cœur lui assurent un train de vie très confortable.  Thami Afailal révèle ainsi que « selon Ali Amar le journaliste et écrivain marocain auteur avec Jean-Pierre Tuquoi du best-seller « Paris-Marrakech : luxe, pouvoir et réseaux », notre Rifaine de service perçoit du CCME de confortables émoluments dont le montant est l’un des secrets les mieux gardés ».

Grisée par le vent mauvais des faux-semblants, la campagne présidentielle s’emballe, faisant brutalement tomber en désuétude la célèbre formule d’Emile de Girardin « gouverner, c’est prévoir » ! En 2012, et plus que jamais  auparavant, gouverner, c’est mentir, effrontément, impudemment, mais aussi impunément, et ce, même si l’opinion, de plus en plus avertie, n’accepte plus d’être l’éternel dindon d’une farce désastreuse…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’héritage dans le Coran : Loi divine, Droit des hommes, ou droits des femmes ? 2/3 – L’héritage à quoteparts, al warth

François Hollande évite les militants contre l’islamophobie