in

Le harcèlement des Saoudiennes par des chauffards de la route : un phénomène alarmant

A Jeddah, la deuxième cité phare de la monarchie saoudienne, pourchasser les femmes de ses assiduités à bord de bolides semble être devenu un sport national pour nombre de jeunes hommes, pleins de testostérones et totalement irresponsables, mués en dangereux harceleurs et en chauffards de la route.

L’inquiétude palpable a gagné la gent féminine, mais aussi les chauffeurs de taxi qui redoutent de faire une embardée à tout moment, sous la pression de folles courses-poursuites, craignant pour leur propre sécurité, celle de leurs passagères, ainsi que celle des autres automobilistes et piétons. Une préoccupation qui ne tourmente nullement les nouveaux dangers publics engendrés par un royaume ultra-conservateur, issus de la cybergénération et accros à leurs téléphones portables.

La police de Jeddah croule sous les plaintes déposées par des femmes terrifiées, jeunes et moins jeunes, après avoir été prises en chasse par des conducteurs hors de contrôle, toutes exhortant les forces de l’ordre à agir urgemment.

"Je prenais un taxi pour me rendre à mon travail, quand tout à coup un jeune homme au volant d'une Jeep a commencé à enfoncer le derrière du véhicule, tout en criant au chauffeur de taxi de s'arrêter. J’ai demandé au chauffeur de taxi de bifurquer, mais il n’a pas accepté de le faire et l'homme a continué de nous suivre et de nous harceler, avant de nous doubler et de nous bloquer", a confié Farah Zaman, encore sous le choc de cette agression, au site Arab News.

"L’individu était hors de lui, et bien qu’effrayée, j’ai réussi à composer le numéro de la police. L’officier que j’ai eu au téléphone a été très coopératif, et 10 minutes plus tard, un de ses collègues nous avait rejoints, intimant l’ordre à mon harceleur de quitter les lieux sur-le-champ, s’il ne voulait pas être arrêté", a-t-elle poursuivi.

Corroborant les dires de Saoudiennes qui craignent encore plus qu’avant de s’aventurer hors de leur domicile, marcher dans la rue ou faire son shopping étant tout sauf une promenade de santé, un automobiliste Faroq Ali a vivement réprouvé ces comportements masculins qui sont loin d’être des cas isolés : "Ces jeunes conduisent très dangereusement et font des ravages sur les routes. Ils sont totalement inconscients, ils ne réalisent même pas qu’ils pourraient causer de très graves accidents, et même tuer des gens. Cependant, en tant qu'expatrié, je ne veux pas m’ingérer dans les affaires du pays." Tariq Abbasi, un visiteur en provenance du Royaume-Uni, extrêmement choqué par ce phénomène alarmant, a, pour sa part, déclaré à Arab News : "C’est impensable que cette véritable traque des femmes puisse se produire dans un  pays musulman, et a fortiori sur la Terre Sainte. Ce serait inimaginable à Londres", s’est-il exclamé.

La tolérance zéro envers les harceleurs de femmes mais aussi envers  leurs parents, telle serait la meilleure parade pour faire rentrer dans le rang cette jeunesse saoudienne en pleine dérive aux yeux de I. Hasan, le vice-président de l'organisation du Forum des sciences sociales. "Les forces de l’ordre devraient être autorisées à arrêter tous ceux qui se livrent à ces actes odieux et des lois strictes et dissuasives devraient les punir sévèrement", a-t-il récemment insisté, en prenant exemple sur l’interdiction d’entrée dans certains centres commerciaux qui frappe des jeunes hommes qui se sont montrés trop entreprenants.

Ce dernier a également plaidé pour que le permis de conduire leur soit retiré pour un certain laps de temps, le temps du repentir certainement, que ces harceleurs au volant de leur Jeep de luxe seraient bien avisés de mettre à profit pour redécouvrir le statut de la femme dans le Coran.

Un commentaire

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La violence de la police israélienne à l’égard des femmes palestiniennes (vidéo)

Qui sont ces jeunes derrière les “djihadistes” ?