in

La première chaîne saoudienne 100% féminine émettra en 2014

Une chaîne de télévision dédiée aux femmes et animée par des femmes, sous la houlette d’un encadrement féminin, la dernière création audiovisuelle saoudienne est une grande première qui a longtemps mûri dans la tête de décideurs masculins, et notamment dAbdullah Al-Nazawi, le président du conseil d'administration de Ideas Arabia Limited qui possède la petite chaine thématique pleine de promesses.

C’est entouré d’Abdul Aziz Khoja, ministre de l'Information, et de Riyaz bin Kamal, président de l'Autorité générale qui régit les médias audiovisuels, qu’Abdullah Al-Nazawi a lancé, samedi, le canal de télévision par satellite sur lequel émettra la dernière née du paysage audiovisuel national, dont l’heureux propriétaire est l’homme d’affaires Sheikh Yusuf bin Awad Al-Ahmadi.

Avant que l’écran ne s’anime début 2014 et ne mette à l’antenne une brochette de journalistes et chroniqueuses de talent, le président du conseil d’administration s’est fait l’ardent promoteur d’une chaîne qui met à l’honneur la gent féminine saoudienne, ses multiples compétences et ses valeurs intrinsèques, en espérant contribuer à réduire les stéréotypes qui lui collent à la peau, et qui entourent les femmes arabes et musulmanes en général.

"L'objectif de la chaîne est de valoriser les compétences, les traditions, la culture, l'éducation, la pensée islamique qui caractérisent les Saoudiennes, et au-delà les femmes arabes et musulmanes, ainsi que les difficultés et problèmes qu’elles ont en commun et qui jalonnent leur parcours personnel. La chaîne sera entièrement conforme à la loi islamique et favorisera la sensibilisation des femmes à ce sujet", a-t-il déclaré lors de la pré-inauguration.

A l’heure où la grille des programmes s’élabore en coulisses, loin des projecteurs, Abdullah Al-Nazawi a néanmoins donné un avant-goût des émissions qui pour être conçues par des femmes et pour des femmes ne s’interdiront aucun sujet, de la vie quotidienne à l’éducation, en passant par la culture, la politique, l’économie, la science… et c’est bien là le meilleur angle de traitement pour faire tomber tous les préjugés qui encombrent, infériorisent, et ont la vie dure, à l’intérieur comme à l’extérieur du royaume Wahhabite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Noël Mamère : “Trappes, les musulmans et le racisme d’Etat”

Dix jours déjà…