in

La France devient le premier pays à interdire les manifestations de soutien à la Palestine

On n’osait y croire, même si la menace couvait, tant une telle volonté de bâillonner la protestation contre Israël et de réduire au silence la solidarité envers la Palestine semblait impensable dans la patrie des droits de l’Homme, et pourtant, c’est fait : la France s’est couverte de honte et a touché le fond en interdisant les manifestations pro-palestiniennes sur son territoire national !

Le flambeau des Lumières s’est définitivement éteint, plongeant notre République dans les ténèbres de l’arbitraire, et seule la pâle lueur de la lâcheté politique filtre depuis le Ministère de l’Intérieur qui a annoncé, par la voix de Bernard Cazeneuve, ce qui n'est ni plus ni moins que le musellement officiel de la critique d’Israël.

Arguant d’une « menace à l’ordre public », en insistant lourdement sur le risque de répétition des affrontements entre des milices de juifs extrémistes, la LDJ pour ne pas la citer, mais ça va beaucoup mieux en la nommant, et les pro-palestiniens, le ministre de l’Intérieur a tout simplement travesti la réalité et leurré le bon peuple sur les vrais artisans du chaos social, sur les vrais censeurs et manipulateurs, et sur la bande de nervis à leur solde qui sème le vent pour récolter la tempête.

Avis à la population ! Toute personne qui se présentera à une manifestation illégale pourra encourir jusqu'à un an de prison et une amende de 15.000 euros, et si le visage est dissimulé la peine d’emprisonnement pourrait aller jusqu’à trois ans, assortie d'une amende de 45.000. euros Ceux qui oseront publier les détails d'un rassemblement illégal sur les médias sociaux ne seront pas épargnés non plus, et pourraient écoper d’un an de prison et d’une amende de 15.000 euros.  En cas de violence, les peines de prison pourraient être encore plus lourdes : sept ans derrière les barreaux, assortis d’une amende de 100.000 euros.

C’est prodigieux, la France a donc choisi de criminaliser la liberté d’expression et de manifestation ! En plus de sa laïcité dogmatique, voilà une nouvelle spécificité répressive qui achève de casser l’image de phare démocratique qu’elle se prétend toujours être, de manière très présomptueuse et quasi irrationnelle…

Suscitant un tollé, la décision liberticide du gouvernement de François Hollande révolte tous les citoyens épris de justice et de paix, de toutes origines et confessions, qui se voient ainsi amputés de leurs droits civiques fondamentaux. Pour Michèle Sibony, représentante de l'Union juive pour la Paix "En interdisant la liberté d'expression par des manifestants pro-palestiniens, la France se place dans une position unique dans le monde et en Europe", tandis que Youssef Boussoumah, membre du Parti des Indigènes de la République (PIR), dénonce "un scandale absolu, c'est la continuation de tentatives de museler le peuple palestinien pour l'amener, ainsi que ses partisans en France, à capituler devant l'oppression d'Israël".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette propagande qui transforme le bourreau en une victime

Selon son rabbin, la Synagogue de la roquette n’a jamais été attaquée