in

Koweït : Nabta Health, la plate-forme qui incite les femmes arabes à faire de leur santé une priorité

« Vous êtes les piliers de votre famille et de la société. Vous devriez reconnaître votre valeur intrinsèque en donnant la priorité à votre santé ». Ces paroles valorisantes accompagnées d’une recommandation précieuse sont répétées avec insistance à l’attention des femmes arabes par Sophie Smith, une experte britannique des NTIC installée à Dubaï, laquelle a fusionné ses compétences avec celles du médecin koweïtien Mussaad Al-Razouki pour élaborer le grand projet numérique de santé publique : Nabta Health.
De cette synergie fructueuse est née au Koweït, en juillet 2017, une plate-forme de services novatrice, faisant la part belle aux conseils personnalisés et aux consultations virtuelles, entièrement dédiée aux étapes-clés qui rythment la vie des femmes et ont des répercussions sur leur état de santé, de la naissance à la puberté, en passant par la grossesse, le rôle parental jusqu’à la périménopause, voire au-delà.
Composée d’un site Web et de cinq applications mobiles distinctes – Nabta Fertility, Nabta Pregnancy, Nabta Baby, Nabta Care et Nabta Midlife -, la bien nommée plate-forme qui signifie « plante médicinale » en arabe, évocatrice de l’épanouissement de la femme tout au long de son existence, a été aussi et surtout conçue pour inciter la gent féminine à prendre mieux soin d’elle, en adoptant de nouveaux réflexes salutaires : être résolument proactive, car selon le vieil adage « mieux vaut prévenir que guérir », et s’efforcer de dépasser le sentiment persistant de honte qui l’habite, ô combien préjudiciable quand il y va de l’état de ses propres artères.
Après avoir observé sur le terrain les carences en matière d’éducation à la santé et de soins spécifiques destinés aux femmes, Sophie Smith a également mesuré la prégnance de ce qu’elle qualifie de « culture de la honte » dans la galaxie arabo-musulmane et ses conséquences, souvent tragiques, en matière de détection et de prise en charge des maladies.

« Il faut faire face à la croyance encore très répandue, selon laquelle les caractères héréditaires ou chroniques d’une pathologie sont honteuses pour elles et leur famille », explique Sophie Smith. « Concrètement, cela enferme les femmes dans un silence qui peut s’avérer lourd de conséquences. Il faut absolument qu’elles se libèrent de cette honte pour parler naturellement de leurs problèmes de santé et qu’elle s’y confrontent avant qu’il ne soit trop tard », ne saurait-elle trop recommander.
En moins d’un an, Nabta Health a fait l’éclatante démonstration de sa nécessité et de son efficacité dans les Emirats arabes unis, ce laboratoire d’essai où la viabilité de son ambitieux projet numérique est testée. Son président et co-fondateur, le Dr Mussaad Al-Razouki, s’autorise déjà à voir grand et loin, au-delà des frontières du golfe Persique, pour essaimer dans l’ensemble du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, fort de deux distinctions prestigieuses qui lui ont été décernées : le prix du public lors des qualifications ArabNet au Koweït, et plus récemment, le prix du meilleur article attribué par Innovation Arabia 2018 .
 

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Qu’est-ce que le Dîn, qu’est-ce que l’Islam (2/2)

Mohamed Salah dans l’armée d’occupation ? Le tweet plus cynique que drôle du ministre israélien de la Défense…