in

Jérusalem-Est : des familles palestiniennes toujours menacées d’expulsion

Au Proche-Orient, le cessez-le-feu signé il y a une semaine tient toujours. Le point de départ de cette guerre était la menace d »expulsion de famille palestiniennes de Jérusalem-Est au profit de colons juifs dans le quartier de Cheikh Jarrah. D’autres dossiers similaires sont devant les tribunaux cette semaine mis cette fois ci pour des familles palestiniennes de Batn el Hawa.

Publicité
Publicité
Publicité

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Aujourd’hui, j’ai honte d’être Français.

    Je n’ai jamais exprimé une telle affirmation provocante, et si je le fais aujourd’hui, ce n’est ni par plaisir, ni par fierté, mais c’est que j’ai été profondément déçu et choqué par mon pays, et ces alliés. Suite au bombardement de l’armée Israélienne, il y a eu 203 morts en Palestine, c’est un simple chiffre, mais voir dans les médias un père de famille pleurer la mort de ses deux enfants, cela brise le cœur. Oui je suis déçu ne n’avoir entendu aucun mot de compassion ou de cesser le feu de la part des dirigeants étrangers.

    Cela n’a rien voir avec avec la culture ou la religion, mais si ce crime concernait des israéliens ou des chrétiens, la gravité serait la même à mes yeux. Aujourd’hui je ne comprend pas la position de la France, qui en temps de paix, nous évoque fièrement les droits de l’homme et le dialogue, mais en temps de conflit, soutient subitement l’un des deux camps, je ne désignerai pas Israël comme l’agresseur car me direz vous il ne fait que se défendre. Mais tous ces hommes politiques ont l’air d’oublier les expulsions des musulmans dans jerusalem-est au tout début du conflit, qui est l’agresseur dans tout ca ? Qui a allumé la mèche ? Je ne comprend pas se soutien à Israël, car comme l’on remarqué de nombreux internautes, comment peut-on interdire les manifestations pour éviter les troubles publics et en même temps soutenir l’un des deux camps ?

    Comment peut-on lutter contre le terrorisme qui frappe la France, et en même temps soutenir des agressions qui se passe dans le monde ? D’un point de vue stratégique et sécuritaire, je ne trouve pas cela très intelligent. Si de nouveau acte odieux se réalisent sur l’hexagone, cela ne sera pas une surprise, malheureusement.

    Je ne participe pas personnellement aux manifestations pro-palestienne, pour quelle raison ? c’est que depuis longtemps, j’ai trop souvent observé les dégâts de cette mondialisation sauvage de l’information et cette mondialisation économique et commerciale qui détruit notre planète. Je crois en revanche en l’harmonie ; comment peut t’elle s’exprimer ? C’est déjà de commencer par s’ancrer dans la réalité de notre ville, de notre région, de notre pays et de notre continent, plutôt que de s’essayer de régler des problèmes qui s’opèrent à l’autre bout du monde. Non ce n’est pas aux citoyens français de régler le problème palestinien, mais c’est à leurs pays voisins qu’en revient cette responsabilité. Dans tout cela, que fait la Syrie et L’Irak, la Turquie ou les émirats, ainsi que tous les autres pays voisins ? La réponse est peut- être fataliste et nous la connaissons. Mais par exemple, est- ce que le problème du cachemire aurait t-il pu être réglé par les norvégiens ou les suisses, est ce que le problème du pays-basque aurait il pu être résolu par le Maroc ou bien la Géorgie ? Cela coule de sens pourtant. La mondialisation à ses nombreux bienfaits, mais elle a aussi déséquilibrée les relations diplomatiques, elle a apportée des rapports distants et illusoires, à défaut de s’entendre avec son frère ennemi.

    Pour terminer, rappelons nous instant l’époque des croisades à Jérusalem, il ne s’agit pas de prendre parti, mais lorsque les musulmans ont été mis en déroute par les latins, le secours n’est ni parvenu d’Arabie, ni parvenu du Maghreb ou d’une autre région du monde, mais était simplement originaire du pays voisin, la Syrie, sous le nom de Saladin…

    http://jonasdjeser.unblog.fr/

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Le Coran et la femme: entretien exclusif avec Amina Wadud

L’Homme médian est la voie