in

France: baisse des actes antimusulmans

Le rapport de l’Observatoire National contre l’Islamophobie

 

BILAN DES ACTES ANTIMUSULMANS

ANNEE 2017

ACTIONS – MENACES et CYBER HAINE

 

CHIFFRES :

Pour la période du 1er janvier au 31 décembre 2017, il a été enregistré :

  • 121 actes antimusulmans contre 185 pour l’année 2016, soit 34,60 % d’actes en moins.

ACTIONS :     72 contre 67 pour la même période 2016, soit + 7,5 en plus,

MENACES :   49 contre 118 pour la même période de 2016, soit 58,50 % en moins.

Si globalement on enregistre une baisse de 34,60 %, cela concerne plus les menaces que les actions qui sont traumatisantes et qui ont augmenté de 7,5 %.

ATTEINTES AUX LIEUX DE CULTE ET CIMETIÈRES :

Lieux de culte : 68 en 2017 contre 78 en 2016, soit 12,8 % en moins,

Cimetières :         4 en 2017 contre 7 en 2016, soit 42,9 % en moins.

Le total des atteintes aux lieux de culte et cimetières musulmans a atteint le chiffre en 2017 de 72 contre 85 en 2016, soit 15,3 % en moins.

Cette baisse s’explique par deux éléments, même si plusieurs responsables de lieux de culte continuent à ne pas porter plainte pour plusieurs raisons :

  1. La France n’a plus connu, comme lors des années 2015-2016 des attentats, qui très souvent, favorisent des actes antimusulmans,
  2. Elle peut s’expliquer également par la mise en place d’un Préfet chargé de la sécurisation des lieux de culte et la surveillance de plus de 1 100 sites musulmans par l’opération « sentinelle ».

Par ailleurs, une aide financière a été instaurée par l’Etat pour favoriser la sécurisation matérielle des sites religieux par le biais d’installations classiques (grilles, sas, blindage, digicodes) ou d’installations de vidéo protection.

De 2015 à 2017, la communauté musulmane a ainsi pu bénéficier de 1 327 117 € de subventions pour 125 projets (82 projets en vidéo protection pour 742 787 € et 43 projets hors vidéo protection pour 584 330 €) concernant 91 sites.

Pour rester dans l’analyse des actes antimusulmans, il serait intéressant de connaître, en plus de ces statistiques, le nombre d’affaires dont les coupables ont été identifiés, arrêtés et traduits devant la justice et surtout d’avoir le résultat sur leurs condamnations.

L’Observatoire National contre l’islamophobie s’indigne de voir que des plaintes déposées depuis plus d’un an auprès de certains parquets n’ont pas abouti à ce jour et considère qu’il y a une justice à deux vitesses.

Pour cette raison, une rencontre prochaine avec Mme la Ministre et Garde des sceaux doit avoir lieu pour lui faire part de nos revendications.

Ne soyons pas dupes parce que ces actes antimusulmans sont très souvent provoqués ou encouragés par des discours identitaires de certains de nos hommes politiques et autres qui ne se gênent pas de stigmatiser l’Islam et les musulmans.

Pour être plus complet dans la dénonciation de ces actes antimusulmans, n’oublions pas les discriminations et l’islamophobie via la cyber haine qui, malheureusement, sont en forte progression.

Le Président de l’Observatoire National contre l’Islamophobie

Délégué général du CFCM

Abdallah ZEKRI.

5 commentaires

Laissez un commentaire
  1. J’espère qu’un jour vous ne vous ferez pas agresser car ce n’est pas un penchant pour la victimisation que de faire un constat sur des faits concrets d’attaques contre des mosquées ou des personnes voire même des cimetières : ce n’est pas de la victimisation de comparer le nombre d’actes anti-religieux sur le territoire français et vous verrez que la religion qui est la plus attaquée est bien l’islam.
    Après voila tout est comptabilisé que ce soit pour les chrétiens et les juifs et les musulmans et heureusement que le nombre d’actes anti-religieux est moins important en 2017 qu’en 2016 toutes religions confondus.

  2. Oui, car il faut alors aussi comptabiliser et regarder la montée de la christianophobie, des dégradations et profanations d’édifices religieux chrétiens, des violences faites aux Français de confession juive et donc arrêter de se regarder le nombril entre membres d’une communauté récemment implantée en France!
    Tout simplement, être honnête et reconnaitre un certain penchant pour la victimisation.

  3. “l’Observatoire National contre l’Islamophobie” ?

    Combien de fois faut-il dire que l’islamophobie est la critique d’une religion et n’est donc pas assimilable au racisme anti-arabe. Le catholicisme a eu affaire à l’anticléricalisme, les croyants n’étaient pas visés en tant que “race”.
    Par contre dans nos banlieues perdues s’est développé un nouvel antisémitisme, en plus d’une francophobie qui se retrouve depuis longtemps dans les chansons des rappeurs. Et ça, c’est condamnable.

    • Je tiens à rectifier vos dires : l’islamophobie n’est pas la critique d’une religion , je vous laisserai prendre votre dictionnaire avant de vous exprimez monsieur : c’est une peur vis à vis de cette religion qui poussent les gens à être injustes et hostiles envers cette religion et ses adeptes.
      Ce n’est pas des critiques comme vous le dites puisque les gens vont bien au delà des critiques en commettant des actes anti-religieux (agressions, casse, meurtres)
      le racisme est encore une autre chose que l’islamophobie.
      Après je reconnais un anti-sionisme évident et non pas anti-sémitisme face aux médias de masse et aux politiciens qui poussent les gens à devenir ainsi.

  4. Un lieu de culte, une Cimetière n’ont aucune valeur militaire.

    On crée un problème, on récolte une réaction bonne ou mauvaise pour qu’aprés on fait passer ce qu’on veut, et par miracle il n y a plus de problème, jusqu’au jour où on veut passer une autre chose et le cycle recommence. La période du cycle varie d’un pays à l’autre.
    C’est la seule recette internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour Macron, “la page du printemps tunisien n’est pas tournée”

Le métier de psychologue