in

Egypte : «Mariya», la première chaîne 100% voile intégral

Sous les feux de nos projecteurs uniquement pour être vouées aux gémonies ou verbalisées, les femmes égyptiennes revêtues du niqab apparaissent en pleine lumière sur la chaîne de télévision "Mariya", depuis le 20 juillet, défiant les lois du média de l’image et de la personnalisation par excellence.

Ce reflet de la féminité musulmane intégralement voilée est-il télégénique, et saura-t-il créer l’indispensable lien de proximité avec le public ? La question fait débat au pays des pharaons, à l’heure où certains décèlent dans l'émergence de cette chaîne thématique un signe politique des temps.

Innovation ou ovni, c’est selon, la chaîne baptisée "Mariya" en référence à l’une des épouses du Prophète (saws), aspire à redonner leur dignité à des femmes bannies des studios de télévision sous l’ère Moubarak. Aux manettes, c’est une prédicatrice, Safaa Refai, qui élabore des programmes originaux dédiés au quotidien des femmes en niqab, dont elle a dévoilé le contenu sur le site  Al Ahram online.

30 présentatrices en voile intégral animent  des émissions consacrées essentiellement à des problématiques  religieuses, six heures par jour, sur le canal ultra-conservateur de la Umma islamique. Toutefois, la chaîne ne s’interdira pas de traiter de sujets intimes et sensibles, à l’image d’un documentaire sur l’infidélité dans un couple marié "Mémoires d’une femme", qui abordera le cas de femmes adultères.

Le culte de l’apparence peut toujours aller se rhabiller sur "Mariya", car Safaa Refai ne transigera pas avec sa règle d’or : les femmes non voilées ne passeront pas à l’antenne, pas plus que les hommes d’ailleurs, quant aux interlocutrices non-voilées, conviées en leur qualité d’expertes, elles n’auront d’autre choix que le port du niqab ou être floutées, le temps d’une émission.

Pulvérisant le carcan des canons usuels de la beauté qui fait et défait les carrières, la chaîne "Mariya" et le modèle féminin qu’elle met à l’antenne ont déjà réussi à crever l’écran. L’avenir dira si la chaîne faite par des femmes en niqab pour des coreligionnaires qui leur ressemblent sera la petite chaîne qui monte…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Maroc : la présence d’un responsable israélien au congrès du PJD déclenche l’indignation

Après les «printemps»: quel avenir pour « l’islamisme » ?