in

Coup de tonnerre au tribunal : un vice-procureur met en cause la responsabilité “des plus hautes autorités de l’Etat” dans l’ ’islamophobie

Alors que le tribunal de Castres rendait son verdict concernant l’affaire des profanations de tombes par un militant du FN, la déclaration du vice-procureur Phillipe Mao, aux allures de plaidoyer citoyen, a fait grand bruit.

Le magistrat a clairement mis en cause la responsabilité de l’Etat dans la vague islamophobe que traverse le pays depuis quelques années :“Ce que nous avons à juger est le résultat d’un vent mauvais qui souffle sur notre pays depuis plusieurs années et dont je crois pouvoir dire que les plus hautes autorités de l’Etat n’y sont pas étrangères et contribuent à l’alimenter, même si elles ne sont pas les seules”.

A l’affût de la moindre critique à l’égard du système sarkoziste , un député UMP du Tarn (Bernard Carayon, ancien membre d’un syndicat d’étudiants d’extrême droite) est monté au créneau pour exiger des sanctions : “Ces propos, qui établissent un lien entre cet acte inqualifiable et la politique engagée par le chef de l’Etat, sont indignes d’un magistrat, profondément antirépublicains et appellent une réponse judiciaire ou administrative appropriée”.

Le Sarkozysme se porte bien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une mosquée vandalisée pour la 3ème fois en 5 mois

Démission d’une journaliste vedette d’Al-Jazeera