Vendredi 25 July 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Réflexions sur le voile intégral. Pour une société spirituellement enrichie par nos différences

Réflexions sur le voile intégral. Pour une société spirituellement enrichie par nos différences
fr
http://oumma.com/sites/default/files/IMG/arton4556.jpg

Je suis personnellement convaincu, moi qui suis chrétien arabe, de culture musulmane aussi bien que chrétienne, que l’islam a un rôle culturel et spirituel à jouer dans notre civilisation mondiale, … comme d’ailleurs d’autres traditions religieuses ont aussi un rôle semblable. Il y a un discernement à faire pour mieux définir ce qui est positif et ce qui l’est moins dans la civilisation occidentale, comme pour mieux définir ce qui est positif et ce qui l’est moins dans la civilisation musulmane. Et ce discernement gagnerait à être fait tous ensemble.

Partagez :

La pratique qui s’est
répandu ces dernières années dans le monde musulman touchant le voile des
femmes a suscité des centaines d’écrits dans le monde arabo-musulman. Elle a
suscité aussi des réactions et des prises de position variées dans le monde
musulman, allant depuis l’interdiction totale et absolue du voile (surtout
intégral), jusqu’à son interdiction partielle ou au contraire l’encouragement
total à le porter toujours. Cela montre que l’on est loin d’une unanimité ( class=ITALIQUE>ijmâ‘)
de la oummah concernant le caractère « islamique » de ce vêtement,
comme aussi d’une unanimité concernant l’attitude pratique à adopter à son
égard. Il reste que, presque partout dans le monde musulman, cela a suscité un
problème. C’est dire assez combien le voile intégral est … problématique !

1. Le voile intégral fait peur

Et c’est vrai que la burqa ou le niqab font
peur … et ce à juste titre. Ils font autant peur aux musulmans qu’aux
non-musulmans. Et quand on attribue ces usages à l’islam, surtout quand on en
fait un point essentiel, cette peur n’est plus seulement du musulman mais de
l’islam. Cela s’appelle « islamo-phobie », puisque la phobie signifie
la peur.

Oui beaucoup d’occidentaux ont « peur » de l’islam. Plus les
musulmans avanceront des requêtes au nom de l’islam, plus l’islamophobie
augmentera. Et les occidentaux se demanderont jusqu’où vont aller ces
requêtes ? Et pourquoi sont-ils si différents et si particuliers, au point
de ne pouvoir entrer dans un système social, culturel, politique, économique,
vestimentaire ou culinaire qui n’est pas le leur et qui leur est préexistant.

Ce sentiment que l’islam pénètre tous les gestes les plus
ordinaires de la vie quotidienne, et qu’il exige de ses fidèles un comportement
spécifique, donne le sentiment d’une « invasion ». Et cela fait peur.
Et la pensée de beaucoup devient : si je cède sur tel point, quel sera le
suivant ? Y aura-t-il jamais une fin ? Cela fait dire à certains que
l’islam ne peut pas s’intégrer en Europe ! Je pense par exemple au Prof.
Giovanni Sartori, sociologue et politologue célèbre en Italie et aux
Etats-Unis, qui a publié un éditorial le 20 décembre dernier en ce sens dans le
« Corriere della Sera ».

2. Est-ce une obligation religieuse musulmane ?

On parle de respect des traditions religieuses et de liberté.
Or, ni la burqa ni le niqab ne sont islamiques. Comme l’a dit en
décembre 2009 Muhammad Sayyed Tantawi, le
Recteur de l’Université Al-Azhar, la plus fameuse université islamique du
monde : ce sont des signes tribaux. En conséquence, il a interdit le port
de ce voile intégral dans les centaines d’établissements dépendant de l’Azhar.
D’autres en ont interdit le port en arguant du fait que cela appartenait à une
autre culture (sous-entendu celle de l’Arabie).

Gamal al-Banna, le propre frère de Hassan, le fondateur des
« Frères Musulmans », a écrit un livre et plusieurs articles pour
contester que le Coran exige que les femmes musulmanes portent obligatoirement
un voile. On connaît la réaction de A’ïchah, Umm al-Mu’minin, quand elle vit
une de ses servantes-esclaves (amah) sortir de la maison avec un
voile : comment elle la frappa en lui disant « Pour qui tu te
prends ? Tu n’es qu’une servante ! », puisque le voile était un
signe de dignité des Dames (et notamment des épouses du Prophète). On voit mal
une femme occupée aux travaux des champs par exemple être ainsi vêtue !
combien plus si elle devait porter un voile intégral !

En Egypte, le 16 novembre 2006, Farouk Hosni ministre de la
Culture (proposé plus tard pour être Directeur Général de l’UNESCO) avait
protesté dans une interview téléphonique contre la diffusion du voile : « Nous
avons connu une époque où nos mères fréquentaient les universités et les lieux
de travail sans être voilées. C’est dans cet esprit que nous avons grandi.
Pourquoi donc ce retour en arrière aujourd’hui ?
 ». La mainmise
des Frères Musulmans est telle sur le parlement qu’ils ont exigé sa démission …
ce qui n’a pas eu lieu grâce à l’intervention de Madame Suzanne Moubarak
l’épouse du président régnant. Dans nos pays arabes, ce sont souvent les femmes
qui sont les plus courageuses … n’ayant plus rien à perdre !

3. L’interdiction du voile est-elle une atteinte à la
liberté ?

On dit qu’une loi interdisant le voile serait une atteinte à
la liberté. Oui, en un sens. Mais toutes les lois ne sont-elles pas des
atteintes à la liberté ? C’est que la liberté a aussi des limites,
lesquelles sont établies aussi par le bon sens et par le sentiment commun, qui
a également le droit d’être protégé. Ainsi, en France (et ailleurs en Europe)
on n’a pas le droit de se promener tout nu dans la rue (sauf dans les lieux
expressément désignés pour cet accoutrement). Où est donc la liberté ?

Comme le disait un penseur grec célèbre, Paul de la ville de
Tarse, haut lieu de la philosophie stoïcienne : « Vous avez été
appelés à la liberté (eleutheria) ! Seulement ne faites pas de
cette liberté un prétexte pour la chair » (Galates 5:13), c’est-à-dire les
passions et tout ce qui est opposé à l’esprit (qui correspond ici au nafs
du Coran dans l’expression inna n-nafsa la-ammâratun bi-s-sû’i ( lang=AR-SA dir=RTL style='font-size:14.0pt;font-family:"Traditional Arabic DS"'>إنَّ 
النَّفْسَ 
لأَمَّارَةٌ 
بِالسُّوءِ
dir=LTR> dir=LTR>) « En effet, l’âme est très incitatrice au
mal »
(sourate de Joseph 12/53). En ce sens, la loi me libère de mes
mauvais penchants.

4. Pourquoi faire une loi ?

Enfin, celles qui portent le voile intégral (niqab ou burqa)
ne le font pas par tradition. Ce sont souvent de jeunes femmes nées en
France, voire des françaises de souche converties à l’islam. Si c’était par
tradition, personne n’y trouverait à redire. On voit encore en Sicile par
exemple, des femmes âgées, tout de noir vêtues, portant parfois un gros paquet
sur leur tête : cela surprend, mais nul ne les critique, car elles suivent
la tradition du pays.

Ici il s’agit de tout autre chose : ces femmes
s’habillent ainsi par idéologie, par défi de la société occidentale qu’elles
jugent pourrie. Qu’elles en soient conscientes ou pas, elles sont porteuses
d’un projet politique dangereux, dangereux non pas parce que politique, mais
parce que déguisé, travesti, en projet religieux. Puisqu’en effet ce
voile intégral n’est pas prévu en islam, ni dans le Coran ni dans la Sunnah.

L’expérience d’autres pays – je pense en particulier à
l’Egypte, plus grand pays arabe – est éclairante : le voile simple, qui
n’était qu’un épiphénomène en 1975, est devenu la norme aujourd’hui ; et
le voile intégral, qui y est apparu vers 1995 comme un phénomène tout à fait exceptionnel,
se banalise aujourd’hui ! C’est que le « religieux » apparaît
comme la seule « valeur sûre » dans notre monde musulman, après la
chute de toutes les idéologies et en l’absence de démocratie, de justice,
d’égalité, etc. Ces faits, que l’on peut observer dans tous les pays du
Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, montrent que si on laisse faire les choses,
cet usage ne fera qu’augmenter.

5. Motivation du voile intégral

Cet usage est culturellement choquant en Occident, et ne peut
se justifier par la religion, puisque rien ne le prescrit. Il ne peut non plus
se justifier par la Tradition, puisque celles qui le portent le font
généralement pour la première fois, et que le pays où elles vivent est
contraire à cet usage. Pourquoi donc l’adopter ?

Il me semble que c’est, au mieux, une réaction de défense
contre un certain laxisme de la morale et du comportement occidental. Cela est
vrai. Mais faut-il réagir à l’extrémisme par l’extrémisme, ou par quelque chose
de choquant ?

L’idéal de toute personne sensée est la pudeur. Or la
pudeur ne nécessite nullement un tel vêtement. Par ailleurs, la tenue qui
manifeste la pudeur varie selon les époques et les lieux, aussi bien en
Occident que dans le monde arabe ou musulman. Enfin, la pudeur est une vertu
humaine, et non une vertu propre aux femmes. Elle vaut donc autant pour les
hommes. Si le voile intégral (ou même le voile simple) était la meilleure
expression de la pudeur et devait être la norme, pourquoi les hommes ne le
portent-ils pas ? C’est sans doute parce que tel n’est pas l’usage.

Ainsi c’est l’usage du groupe, du pays, qui définit, ici et
maintenant, les expressions de la pudeur. En France, ou en Europe, ce sont donc
les usages et les normes françaises ou européennes qui décident de ce qui
convient, surtout s’il n’y a pas d’obligation religieuse claire et évidente. Le
fait même qu’il n’y ait pas de consensus parmi les musulmans sur cet habit,
indique que ce point n’est pas une obligation musulmane. Cela est d’autant plus
évident que TOUS LES MUSULMANS s’accordent à dire que les 5 prières
quotidiennes (et plus généralement les 5 piliers de l’islam) sont obligatoires
pour définir le musulman, même si beaucoup ne les pratiquent pas, tandis qu’ils
ne s’accordent pas sur la question du voile.

6. Conséquences de tout cela sur la réaction occidentale

Le voile intégral est avec évidence contraire aux usages et à
la mentalité française. Il est surtout contraire aux concepts fondamentaux
d’égalité des sexes et de discrétion dans la manifestation de ses convections philosophiques
ou religieuses. Comme tous les usages, ceci n’est pas écrit dans des lois ni
dans la Constitution, mais fruit d’un consensus national qui constitue
précisément un aspect de « l’identité nationale » (dont on parle tant
ces temps-ci).

Etant donné que le voile est vécu dans beaucoup de pays (et
notamment en France) comme un symbole de régression culturelle, les quelques
2000 femmes françaises (peut-être d’ailleurs ne sont-elles pas françaises, mais
seulement présentes en France) qui tiennent à porter le voile intégral font, je
crois, du tort à l’Islam et à tous les musulmans et aux Arabes. Sans le
vouloir, elles donnent de l’islam une image qui renforce dans l’imaginaire
occidental la conception de l’islam comme religion qui est en retard sur la marche
de l’humanité, et qui inévitablement va « ramener en arrière »
l’Occident. Pour notre malchance, à nous les Arabes, tous les rapports établis
par les experts, qu’ils soient Arabes ou étrangers, viennent confirmer par les
faits et les statistiques ce caractère de retard. Est-il vraiment nécessaire
d’en rajouter tous les jours quelqu’élément religieux, comme pour démontrer que
la cause de notre retard est l’Islam ? 

Et c’est d’abord pour cela qu’il faut combattre le voile
intégral.

7. Quelle solution adopter ? L’Etat doit-il faire une
loi ?

Qui donc doit « combattre » le voile
intégral ? Est-ce l’Etat, et par une loi ? Cela serait vraiment
malheureux. D’une part, est-il vraiment nécessaire que l’Etat s’occupe de
légiférer pour un groupe représentant 2000 sur 62.500.000 personnes, soit à
peine 0,003% de la population ? La réponse se trouve dans l’adage
romain : « De
minimis non curat praetor ».

Mais d’un
autre côté, si le silence de la loi s’installe et que la poussée salafiste se
poursuit, comme cela est probable – car il s’agit là d’une « cause »
à gagner, qui sera suivie par d’autres –, on n’est pas sorti de
l’auberge ! On peut trouver des palliatifs, consistant par exemple à
indiquer la ligne générale à suivre, et en laissant aux diverses localités ou
institutions le soin de prendre les décisions sur place.

Malheureusement, l’expérience de « l’affaire de
Creil » qui éclata le 18 septembre 1989 suggère que ce genre de conflits
ne se résout pas tout seul « avec le temps ». Et il a bien fallu la
« Commission Stasi » et la « loi sur le
port de signes religieux ostensibles » du 15 mars 2004 pour arriver
finalement à apaiser la tempête. Et encore ! Et pourtant, la lettre du 4
octobre 1989
d’Ernest Chénière, Principal du
collège Gabriel Havez de Creil, aux parents de Fatima
(13 ans) et Leïla (14 ans) Achahboun, ainsi que de Samira Saïdani class=mw-headline> était raisonnable : « Notre
objectif est de limiter l’extériorisation excessive de toute appartenance
religieuse ou culturelle
. Je vous prie de leur donner la consigne de respecter
le caractère laïc de notre établissement. »

8. Les musulmans peuvent-ils résoudre le problème ?

La solution la plus raisonnable devrait venir de l’intérieur.
C’est d’abord aux musulmans à résoudre le problème. On rêve d’un groupe de
« sages » qui expliquerait ce qu’il en est exactement, et comment se
fait-il que cet usage n’ait été que très partiellement suivi dans la plupart
des pays musulmans, et qu’il apparaît tout à coup aujourd’hui y compris en
Europe.

Hélas, c’est là le problème ! Une sorte de solidarité
clanique ou atavique nous rend incapables de faire l’autocritique, surtout s’il
s’agit de critique de ce qui prend les apparences de la religion. Nous nous
trouvons comme paralysés. L’écrasante majorité des musulmans occidentaux n’est
pas favorable au voile intégral, et la majorité n’est pas favorable par rapport
au voile tout court. Mais personne n’osera descendre dans la rue pour
manifester contre, ou faire pression sur ses coreligionnaires, encore moins de
protester contre les imams.

Il faudrait expliquer publiquement pourquoi un tel habit est éthiquement
opposé à la culture française (et occidentale) et pourquoi il est considéré
comme dégradant pour la femme. Il faudrait surtout que l’islam se repense,
que des musulmans croyants aident leurs coreligionnaires à ne pas lier
l’islam à certaines traditions devenues obsolètes, à discerner en islam entre
foi et culture, à distinguer religion et politique, … bref à construire un
islam moderne et croyant, qui contribue spirituellement à la civilisation
mondiale.

9. Conclusion

Quelle est donc la solution ? Une loi – malgré les
inévitables réactions des milieux musulmans et de certains milieux
non-musulmans – pourrait fixer des limites à l’interdiction ; par
exemple : dans les écoles et les universités, dans les offices publics,
dans les lieux où la reconnaissance de la personne est exigée.

Il faudrait parallèlement que les musulmans eux-mêmes fassent
un travail profond de tanwîr, pour créer un Islam des Lumières, un Aufklärung.
Ceci devrait se faire sur les sites (comme celui de Oumma.com), sur les forums,
dans des débats à la radio et à la TV, dans les médias. Il faudrait bien sûr
pouvoir le faire à travers des conférences-débats, et dans les mosquées, en
mettant en lumière l’aspect positif de cette démarche : repenser
l’islam pour l’Europe aujourd’hui
.

Je suis personnellement convaincu, moi qui suis chrétien
arabe, de culture musulmane aussi bien que chrétienne, que l’islam a un rôle
culturel et spirituel à jouer dans notre civilisation mondiale, … comme
d’ailleurs d’autres traditions religieuses ont aussi un rôle semblable. Il y a
un discernement à faire pour mieux définir ce qui est positif et ce qui l’est
moins dans la civilisation occidentale, comme pour mieux définir ce qui est
positif et ce qui l’est moins dans la civilisation musulmane. Et ce
discernement gagnerait à être fait tous ensemble. L’affrontement ne sert pas à
grand-chose, sinon à envenimer les positions et à augmenter les tensions. Ce
travail de discernement n’est pas aisé. Il est certainement bénéfique pour
l’islam comme pour le christianisme, pour le monde arabe comme pour le monde
occidental.

La présence significative de musulmans en Europe peut être
vécue comme une menace pour les communautés autochtones … et elle l’est
malheureusement en ce moment. La responsabilité de cette situation est
partagée. Mais cette même présence peut être aussi source de réflexion et
d’équilibre pour les deux traditions. Ce travail de discernement doit être fait
en commun, et dans un dialogue culturel, éthique et spirituel, avec tout le
monde (y compris les agnostiques et les non croyants, l’éthique et la
spiritualité n’étant pas la chasse gardée des croyants).

Pour moi, croyant, je pense que la présence significative des
musulmans en Europe aujourd’hui peut devenir un fait providentiel, de la
Providence divine (al-‘inâyah al-ilâhiyyah) … pour eux comme pour les
européens, pour que tous deux se renouvellent par la justice et l’équite, en se
reconnaissant comme légitimement différents et par là complémentaires.  style=''> 

وَاللهُ
سَمِيعٌ
عَلِيمٌ
dir=LTR> ! W-Allâhu samî‘un ‘alîmun = « Et Dieu est
Audient et Omniscient » class=FootnoteSymbol>[1]



lang=FR-CA style='font-size:10.0pt;'>[1] Belle expression, fréquente dans le Coran, qui revient
huit fois dans quatre sourates : 2 (La Vache) 224 et
256 ; 3 (La Famille de ‘Imrān) 34 et
121 ; 9 (Le Butin) 98 et 103 ; 24 (La Lumière) 21 et 50.

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
0 points

Enfin un peu d’air frais ! Un bon résumé de ce que pensent « les autres » (les non-musulmans) du voile intégral.
Espérons que cet appel à la sagesse sera entendu.

X
0 points

On ne commence pas un article en essayant de faire peur aux gens de quelque chose qui ne fait pas peur, pour la simple raison que ce sont des femmes qui le portent. Par contre, J’avais toujours eu peur des cures qui passaient avec leurs longues robes noires. Si la tenue noire des femmes qui portent le burqa integral fait si peur a nos concitoyens europeens, on pourrait demander a nos femmes musulmanes de changer de couleur par exemple bleue comme celles des afghans et j’espere que vous n’aurez plus peur, sinon on pourrait changer de couleur choisir le vert, le blanc..

X
0 points

Tres bon article, tres juste et tres objectif.

Reste a savoir maintenant pourquoi sur ce meme site on voit des reactions, aussi bien dans les articles que dans les commentaires, qui se positionnent a l’oppose de cet article.

Si le voile integral n’est pas une prescription de l’Islam , pourquoi crier a l’islamophobie si on veut l’interdire ? Et pourquoi chercher a le justifier s’il n’est prescrit nul part ?

X
0 points

Merci Monsieur. Tout est dit.
Vos paroles et votre analyse du sujet sont en totale adéquation avec ce que pensent une très grande majorité de Français.
Pour les avoir exprimé ici il m’a été avancé que j’étais un laïc sectaire et islamophobe. Vous risquez la même sentence.

Le voile intégral est avec évidence contraire aux usages et à la mentalité française. Il est surtout contraire aux concepts fondamentaux d’égalité des sexes et de discrétion dans la manifestation de ses convections philosophiques ou religieuses. Comme tous les usages, ceci n’est pas écrit dans des lois ni dans la Constitution, mais fruit d’un consensus national qui constitue précisément un aspect de « l’identité nationale » (dont on parle tant ces temps-ci).

Une sorte de solidarité clanique ou atavique nous rend incapables de faire l’autocritique, surtout s’il s’agit de critique de ce qui prend les apparences de la religion.

Je suis clairement heureux de voir enfin sur ce site des propos qui ne peuvent que regrouper des Français inquiets de voir progresser un islam rétrograde et vindicatif.

Souhaitons sincèrement que votre message soit lu et entendu.

X
0 points

le père Samir Khalil Samir connaît bien le monde arabo-musulman et montre bien que le problème du voile n’est pas qu’en occident.

Le génie d’Oumma est de faire voir la pluralité des opinions sans en diaboliser aucune.

Khalil Samir expose les arguments qui conduisent une si petite minorité de femmes à porter le voile intégral. Ils sont sans doute plus politiques que religieux. Elles savent bien que la majorité des musulmanes ne les suit pas.

Le fait que l’opinion publique les assimile à l’islam est plus génant comme elle les assimile à la croyance et à la foi religieuse. Une foi qui interdirait à la femme de travailler dans la société globale, d’être vues, voire même de s’adresser aux hommes s’ils ne sont pas musulmans et de leur obédience raciale et linguistique. Le signe en un mot de la réaction.

Dieu certes n’a pas peur mais les croyants ont raison de redouter un tel contre-témoignage. La spiritualité n’invite-t-elle pas au dévoilement, reconnaissant l’égalité des hommes et des femmes quelque soit leur race, leur langue, leurs coutumes et leurs costumes ?

X
0 points

Salam,

Mon père, vous citez plusieurs phénomènes qui n’ont pas de liens : le voile intégral, le hijab et l’islamophobie.

Les jeunes filles qui ont été expulsées des écoles de la république ne portaient pas le voile intégral.
Idem pour la femme à qui on a refusé l’entrée d’une banque en région parisienne.

L’islamophobie n’est pas né du voile intégral et encore moins du Hijab. Il existait bien avant. La discrimination de masse (à l’embauche par exemple) dont sont victimes les musulmans en Europe ne vient pas du hijab.

Le hijab ne retarde rien. Les jeunes femmes en hijab se déplacent pour aller dans les écoles de la république, pour travailler, pour voter, pour étudier, pour militer ...

Si le hijab n’existait pas, les musulmans seraient autant discriminés et avec le même mépris. Le hijab c’est secondaire, Mon père revoyez votre copie.

A mon sens, il manque une partie dans votre texte : demander aux non-musulmans de faire preuve de tolérance et à l’Etat d’appliquer le principe de laïcité.

salam.

X
0 points

desole mais ce que lepere samir a dit n est pa vrai il donne l exemple de al azhar comme reference. tantawi cest un employe de moubarek a cause de ca al azhar a perdu son prestige depuis longtemps.vous qui est professeur de l islamologie vous savez tres bien que il ya bcp de al ahadits authentiques qui explique les vresets du coranconcernant le voile par le voile integral.le voile integral cest pas une tradition mais ce lui qui le porte pas commet un peche .

X
0 points

mostafa a dit :
desole mais ce que lepere samir a dit n est pa vrai il donne l exemple de al azhar comme reference. tantawi cest un employe de moubarek a cause de ca al azhar a perdu son prestige depuis longtemps.vous qui est professeur de l islamologie vous savez tres bien que il ya bcp de al ahadits authentiques qui explique les vresets du coranconcernant le voile par le voile integral.le voile integral cest pas une tradition mais ce lui qui le porte pas commet un peche .

Chute brutale.
On a vite fait sur ce site de passer du sommet au fond du ravin.

X
0 points

Merci mostafa pour cet éclaircissement nébuleux.
Maintenant 99% des femmes musulmanes savent quelles vivent dans le péché. Elles vont être ravies de l’apprendre !

X
0 points

Quelle reference que le "shaykh" tantawi ! ce meme "shaykh qui donnait l aval a notre cher nicolas sarkozy pour voter sa loi sur les signes religieux dit "ostensibles".
La burqua pas islamique ???
que son caractére obligatoire ou non fasse divergence est une chose mais dire qu il n est pas islamique est un aveuglemen volontaire ou involontaire, suel un ignorant des textes authentiques peut avancer cela !
je conseille donc au "pere" samir de relire les textes et de ne pas entendre la voix de ceux qui sont politiquement instrumentalisés
cordialment nasser

X
0 points

Belles paroles ! Seront-elles entendues ? Seule réserve : une loi anti-burqa devrait aussi être appliquée à la Réunion (département français) où, depuis longtemps, tous les usages religieux cohabitent sans problème, qu’ils soient ou non conformes à telle ou telle interprétation de la tradition religieuse. Tolérance n’est pas un vain mot !

X
0 points

Salam,

Juste pour verifier.

X
0 points

Bonjour, Salam,

Dans la conslusion du Père Samir, il y a d’une part prescription d’une loi (pour fixer les limites) et d’autre part travail interne de la communauté musulmane.
Pensez vous que les deux propositions sont en cohérence,que leurs effets puissent se conjuguer en synergie, pensez vous vraiment qu’une loi issue d’un débat pseudo démocratique alimenté par des effets médiatiques et enjeux politiques peut permettre de faire progresser la situation ? On peut en douter
Votre diagnostic présente certains éléments pertinents, d’autres sont discutables (motivation du port du voile integrale, chiffres avancés, référence à l’Egypte ...). De ce diagnoctic découle une conclusion fort naive. Elle semble indiquer qu’il n’y a aucun travail de l’intérieur or celui ci exixte, une frange importante de penseurs reformistes se consacrent à ce travail, à cela s’ajoute le travail de terrain loin des caméras ... depuis des décades

X
0 points

En tant que Musulmans Francais croyant vivant en pays laic, j’attend des institutions qu’elles se comporte de la meme facon avec tous.

Samir, ne peut etre juste dans sa penser car comme il le dit il est clairement contre toutes forme de voile.
Il a le droit a ces opinions mais je ne crois pas qu’il a forcement raison

1. Comparer le fait d’etre nue avec le fait d’etre completement habille n’est pas tres honnete.

2."ni la burqa ni le niqab ne sont islamiques". Les quatre écoles sunnites ont discuter le statut juridique du niqab, dans de nombreux travaux importants de fiqh, écrite à travers les siècles de l’Islam et n’ont divergé sur le sujet que sur la base de son obligation, recommandée, ou simplement tolérée, et jamais comme interdit.

Yusuf Quaradawi qui est le plus eminent Oulemas (et qui n’est pas un fan de la burka ou niquab)contemporain dit en ces term "Aucun savant musulman,parmi les prédécesseurs ou savants contemporains, n’ont jamais été signalé comme avoir considéré le niqab interdit, sauf dans le cas d’ihram pour les femmes ... Ainsi, il est indéfendable que des juriste musulman voie le niqab comme étant prohibés ou même simplement indésirables dans l’islam .... Ceux qui croient que le niqab est une innovation ou interdits sont ignorants, et en cela, ils mentent sur la loi de Dieu. Le moins qu’on puisse dire sur la question du niqab est qu’il est seulement permis"

3.Il parle de la priere et nous dit que tous les Musulmans sont en accord sur la priere mais pas sur le voile. des divergences existes entre les principale Ecole sunnites sur beaucoup de sujet mais elle sont toutes accepter car venant de Oulemas reconnu pour leur connaissance et piete. De plus certaines secte Soufis ne vois plus sous certaines condition la priere etre une necessiter.

3.Une autre affirmation a corriger : Le voile integrale a etait interdit en Egypte dans les classes ou tous les eleves et professeurs sont des femmes seulement.

4.Personne n’a dit qu’il sera facile pour les Musulmans d’exister en tant que tel dans une Europe seculaire, mais ce n’est pas en cachant notre Islamiter que tous les problem vont se ressoudre. Je vis en Europe et entend bien reclamer les meme droit que tous citoyen. Si un Punk, une Catholique et autre peuvent vivre librement comme ils le sentent il devrait en etre de memes pour les Musulmans.
les chose change avec temps il n’y a pas si longtemps en France une femme ne pouvait pas voter, Les homosexuels se cacher, les juifs porter une etoile pour les differentier, mais vous voyez Mr Samir les moeurs et idees changes.

5. La divergence entre Oulemas a toujours exister elle continura d’exister jusqu’a la Fin du Monde, car les Musulmans se remettent plus souvent que vous sembler le penser en question.

7. Vos apelle a la rebellion contre nos eminent Oulemas et des plus detestable. Vous pouvez diverger en opinions mais je serais plus en clain a ecouter Quaradawi opinions que la votre.

Conclusion :

Votre meconnaissance du problem que rencontre les Musulmans Europeen n’a rien extraordinaire pusque vous ne vivez pas en europe et base votre opinions utilisant vos propre convictions et le droit.
Je suis pas un fans du niqab et je le laisse entendre a qui le veut bien. Ma femme voulait le porter, je lui dit mon opositions au niqab, mais je lui et dit que l’ultime decition et la sienne car si il n’est pas une obligation a mes yeux, il n’est pas interdit par l’Islam et je ne compte pas mimiser dans sa relation avec Allah.

A bonne entendeur

X
0 points

Article interressant plein de réflexions pertinentes et de bon sens.

Si samir parle de l’égypte c’est bien pour montrer que le voile intégral est loin de faire l’unanimité dans le monde musulman. Ne vous plaignez pas, au contraire il rend service au musulmans en séparant le voile intégral de l’islam.

@I feel pas good :
Les discriminations à l’embauche n’ont aucun rapport avec la religion, c’est un problème de rapport des employeurs avec les populations immigrées subméditerrannéennes, ces problèmes ont existés avant même que l’islam commence à pointer son nez comme sujet conflictuel.
D’ailleurs les noirs chrétiens africains ne doivent pas être mieux traités.

X
0 points

@ Aladin :

Et donc, votre femme porte maintenant le niqab, non ?

X
0 points

« Tres bon article, tres juste et tres objectif.

Reste a savoir maintenant pourquoi sur ce meme site on voit des reactions, aussi bien dans les articles que dans les commentaires, qui se positionnent a l’oppose de cet article.

Si le voile integral n’est pas une prescription de l’Islam , pourquoi crier a l’islamophobie si on veut l’interdire ? Et pourquoi chercher a le justifier s’il n’est prescrit nul part ? »
8 février 2010

La reponse se trouve dans l’article : c’est une reaction clanique. Il ne faut pas perdre de vue que pour un musulman, le plus mauvais des musulmans est toujours meilleur que le meilleur des " mecreants".
Quel que soit le sujet, si un musulman quel que soit son tort, est impliqué c’est a lui que les autres musulmans donneront raison.

X
0 points

2."ni la burqa ni le niqab ne sont islamiques". Les quatre écoles sunnites ont discuter le statut juridique du niqab, dans de nombreux travaux importants de fiqh, écrite à travers les siècles de l’Islam et n’ont divergé sur le sujet que sur la base de son obligation, recommandée, ou simplement tolérée, et jamais comme interdit.Yusuf Quaradawi qui est le plus eminent Oulemas (et qui n’est pas un fan de la burka ou niquab)contemporain dit en ces term "Aucun savant musulman,parmi les prédécesseurs ou savants contemporains, n’ont jamais été signalé comme avoir considéré le niqab interdit, sauf dans le cas d’ihram pour les femmes ... « Ainsi, il est indéfendable que des juriste musulman voie le niqab comme étant prohibés ou même simplement indésirables dans l’islam .... Ceux qui croient que le niqab est une innovation ou interdits sont ignorants, et en cela, ils mentent sur la loi de Dieu. Le moins qu’on puisse dire sur la question du niqab est qu’il est seulement permis" »

La question ne porte pas sur le fait de savoir si le niqab est interdit ou non par l’islam, il porte sur le fait de savoir s’il est obligatoitre ou non de le porter.

S’il n’est pas obligatoire de le porter par la religion , les musulmanes peuvent sans crainte se plier a une loi qui interdirait le port du niqab.

X
0 points

Il était d’avance clair et plus qu’évident que tout ce qui est athée et chretien soit entièrement d’accord avec le texte de Samir...que ce même Samir se refère à ce que dit un type comme Tantawi ne m’étonne absolument pas, le dit Tantawi étant un sbire à la solde du Sire Moubarak, lui même à la solde des occidentaux, qui sont eux-mêmes hostiles à tout ce qui est Islam...donc, pas très très étonnant...
Au fait, entièrement d’accord avec Aladine et Nasser...moi, je dis juste que si ces femmes ont envie de porter le niqab ou la burqua, c’est leur problème, elles font ce qu’elles veulent et qu’on leur foute la paix...on devrait voter une loi empêchant les femmes de se promener, dès les premiers rayons de soleil du printemmps, à moitié nues à Paris et ailleurs, une loi interdisant de montrer une femme nue vantant les mérites de telle ou telle voiture, ou de tel ou tel yaourt !! pourquoi les femmes voilées algériennes n’ont jamais fait grincer des dents durant la colonisation en Algérie où pourtant régnait déjà la soi-disant laïcité ?Pourquoi la tenue des bonnes soeurs n’a jamais fait grincer des dents en France pays pourtant laïc ? je vous le dis en vérité, c’est l’Islam qui dérange en France (70 000 conversions en 2009) et en Europe (1ère religion en Belgique dans 20 ans) ce n’est ni la burqua, ni le niquab, ni les femmes voilées...

X
0 points

Père Samir,

Je vous remercie infiniment pour cette explication tellement éclatante de bon sens.

J’espère que vos paroles ouvriront les yeux de ceux et celles qui persistent à s’enfermer dans un obscurantisme qui fait tellement de tort à l’image de l’Islam.

Mes amitiés

X
0 points

Je ne me permettrais pas d’obscurcir un débat complexe,simplifié par les uns ou les autres pour des raisons qui ne sont pas toujours légitimes,qui dissimulent un fonds d’intolérance.J’apprécie la qualité de la réflexion du Père Samir Khalil Samir.Il est dommage que tant d’intellectuels non musulmans qui ont pris position sur ce sujet en France n’aient pas pris en compte les motivations très diverses du port du voile,ainsi que le fossé qui sépare les adeptes"éclairés" de toute religion de ceux qui n’ont pu bénéficié dans leur milieu socioculturel des éléments de comparaison et de connaissance,y compris de nature religieuse qui leur permettent de distinguer la lettre de la pensée sacrée proprement dite.Issu d’un milieu bourgeois qui réunissait catholiques,protestants,athées aussi bien qu’agnostiques,j’ai eu la chance de fréquenter et d’apprécier beaucoup de musulmans,tirailleurs marocains durant mon service militaire,comme enfants et parents de la banlieue parisienne.J’ai lu le Coran pour mieux comprendre cette culture à laquelle nous devons beaucoup.Le machisme-voire la misogynie, dont il est si difficile de se débarrasser, est à la source des trois religions du Livre et de leur source géographique commune.Il existait dans le monde antique.Il est présent dans presque toute les cultures et n’est donc pas une spécificité de l’Islam.Certes le voile intégral est peu acceptable,même en admettant que,de bonne foi,il ne relève pas de motivations hostiles,dans notre pays laïc et démocratique,qui trahit d(ailleurs en bien des points la Déclaration des Droits de l’Homme dont il se réclame.Cependant la contrainte d’une loi sans doute peu applicable sera moins efficace qu’une initiation,au sein de l’éducation nationale, aux diverses religions ainsi que l’enseignement de notre conquête douloureuse de la laïcité et,dans le cas idéal,celle de la tolérance des convictions intimes,, dans l’intérêt de toutes les familles de pensée.Après tout,les monothéismes ont une dette envers le platonisme.

X
0 points

Dire que le voile fait peur sans chercher à analyser les causes profondes me paraît une conclusion trop hâtive pour un premier point soulevé au début de ce texte. Il est plus facile de décrire une chose mais plus ardue de l’expliquer sauf à prendre des raccourcis comme vient de le faire Mr Samir. En effet, il existe des gens qui ont peur d’attraper un fou rire lors d’un enterrement, de dire de gros mots dans une église ou une assemblée mondaine, d’avoir peur des armes et d’objets tranchants et même peur de sauter du haut de la tour Eiffel.

Au départ, la peur est un phénomène naturel qui peut toucher le commun des mortels et je suis tenté de dire que c’est plutôt l’absence de peur qui fait peur et pose problème. Seulement quand cela s’amplifie jusqu’à devenir une angoisse, s’installe durablement et s’incruste en parasitant les autres pensées, il y a lieu de se poser des questions sur le rôle des médias qui amplifient la chose mais aussi sur les arrières pensées des politiques à la veille d’échéance électorale. En un mot comme en cent, la peur et les phobies doivent se soigner et il est impensable de supprimer les enterrements, de démolir les églises, d’abolir les armes ou de faire fondre la tour Eiffel pour prétendre soigner ceux qui sont “victimes” devant de tels situations.

Dire que la niqab et la burqa ne sont pas des prescriptions religieuses n’autorise pas les laïcards de tous poils de se découvrir une âme religieuse pour se soucier et se prononcer sur ce qui doit s’appliquer ou pas en matière religieuse, surtout lorsqu’il s’agit de l’islam tant décrié par ailleurs et dans de nombreux autres contextes. Interdire le port de ces accoutrements est aussi despotique que de l’imposer. Les lois existent et si une femme est obligée par son mari de se couvrir, elle peut déposer plainte. Ceux et celles qui prétendent se soucier pour les “droits des femmes
”sont dérangés en fait par la vue de la burqa et ne se préoccupent pas si l’épée de Damoclés brandie par la loi les fait claquemurer chez elles si jamais une telle loi est votée. Enfin je ne comprends pas comment de tels habits empêchent la légalité entre les hommes et les femmes. Car il me semble que cette égalité se manifeste dans l’accès équivalent aux droits civils, civiques et sociaux. Cette liberté doit accorder le même salaire aux hommes qu’aux femmes à diplômes équivalents. Aux postes à responsabilités, aux fonctions de management, au partage des tâches ménagères (La musulmane n’est pas forcée de faire la cuisine à son mari, si, si)etc...

Un extrait de l’ouvrage de Frantz Fanon L’an V de la révolution algérienne (1959) illustre bien cette vision poétique de la culture algérienne, et de la femme voilée :
“Il y a chez l’Européen cristallisation d’une agressivité, mise en tension d’une violence en face de la femme algérienne. Dévoiler cette femme, c’est mettre en évidence la beauté, c’est mettre à nu son secret, briser sa résistance, la faire disponible pour l’aventure. Cacher le visage, c’est aussi dissimuler un secret, c’est faire exister un monde du mystère et du caché. Confusément, l’Européen vit à un niveau fort complexe sa relation avec la femme algérienne. Volonté de mettre cette femme à portée de soi, d’en faire un éventuel objet de possession.
Cette femme qui voit sans être vue frustre le colonisateur. Il n’y a pas réciprocité. Elle ne se livre pas, ne se donne pas, ne s’offre pas. L’Algérien a, à l’égard de la femme algérienne, une attitude dans l’ensemble claire. Il ne la voit pas. Il y a même volonté permanente de ne pas apercevoir le profil féminin, de ne pas faire attention aux femmes. Il n’y a donc pas chez l’Algérien, dans la rue ou sur une route, cette conduite de la rencontre inter sexuelle que l’on décrit aux niveaux du regard, de la prestance, de la tenue musculaire, des différentes conduites troublées auxquelles nous a habitués la phénoménologie de la rencontre.

X
0 points

@Jean-Pierre CHAMBARD : Je ne comprend pas le sens de votre question ?

La critique et analyse porte sur le texte non sur ma femme.
J’ai pris l’exemple de ma femme car meme si je ne suis pas d’accord avec elle sur le port du niqab en Europe, Je lui reconnait le droit en tant Que Libre Musulmane Europeen a faire ce qu’elle veut, et elle a le support de plusieur Oulemas (Savant Musulmans) a travers l’histoire Islamique pour le justifier.

Quand au fait si le niquab est une affaire religieuse ou non Monsieur qui a dit.
"La question ne porte pas sur le fait de savoir si le niqab est interdit ou non par l’islam, il porte sur le fait de savoir s’il est obligatoitre ou non de le porter"

S’il vous plait relisait moi, et vous trouverez la reponse dans une des phrases que vous avez releve de mon texte

"Les quatre écoles sunnites ont discuter le statut juridique du niqab, dans de nombreux travaux importants de fiqh, écrite à travers les siècles de l’Islam et n’ont divergé sur le sujet que sur la base de son obligation, recommandée, ou simplement tolérée, et jamais comme interdit"

Cela implique que certain Oulema (Savant) sont d’avis qu’il est Obligatoire et d’autre non, et les different group se base sur les textes Coranique est hadith. Donc aucun ne peut etre montrer du doight, cela veut aussi vouloir dire que celle qui le porte ou non ont toutes les deux raisons.

Amicalement

X
0 points

si je vous dit "khara" vous diffusez ?

X
0 points

Je remercie ce père chrétien qui défend l’image d’un islam ouvert et tolérant face à des musulmanes "burqanisées" qui ne font que l’avilir.Ce monde marche décidément à l’envers.

X
0 points

@ Djamel : Entirement d’accord avec vous !

Salam

X
0 points

salam a tous
la religion n est pa la politique.les lois divines ne sont pa soumises a des comprpmis ou des concessions 1 plus 1 egale a 2 on vient pa me dire non ou oui mais.azhar malheureusement a perdu son prestige il ya longtemps 1 enfant va te dire ca maintenant .

X
0 points

Salam

Avec tout le respect que je vous dois monsieur Samir et en dehors de certaines réflexions intéressantes, votre texte comporte de nombreuses contradictions dont celle-ci :

Vous dites "Ce sont souvent de jeunes femmes nées en France, voire des françaises de souche converties à l’islam. Si c’était par tradition, personne n’y trouverait à redire".

et plus loin. "les quelques 2000 femmes françaises (peut-être d’ailleurs ne sont-elles pas françaises, mais seulement présentes en France) qui tiennent à porter le voile intégral"

Il faut savoir tout de meme sur quoi vous basez votre réflexion car sinon c’est tout votre argumentaire qui s’écroule.

J’ai aussi une question a vous poser qui n’a pas pour objectif de choquer mais seriez vous pour dévoiler les soeurs chrétiennes ?

Par ailleurs, vous dites :

"Plus les musulmans avanceront des requêtes au nom de l’islam, plus l’islamophobie augmentera. Et les occidentaux se demanderont jusqu’où vont aller ces requêtes ? Et pourquoi sont-ils si différents et si particuliers, au point de ne pouvoir entrer dans un système social, culturel, politique, économique, vestimentaire ou culinaire qui n’est pas le leur et qui leur est préexistant".

Peut-on savoir de quelles requêtes vous parlez ? faites-vous allusion aux piscines et autres salles de sport ? vous savez sans doute que des femmes juives, chrétiennes ou simplement pudiques en font de meme, ce qui n’a jamais pose problème a ce jour.

Je passe sur l’amalgame que vous faites entre le voile et le niqab qui démontre le peu de connaissances que vous avez des textes et des différents avis juridiques en islam.

Cordialement

X
0 points

"On connaît la réaction de A’ïchah, Umm al-Mu’minin, quand elle vit une de ses servantes-esclaves (amah) sortir de la maison avec un voile : comment elle la frappa en lui disant « Pour qui tu te prends ? Tu n’es qu’une servante ! », puisque le voile était un signe de dignité des Dames (et notamment des épouses du Prophète). "

SVP dites-moi est ce que cette histoire sur Aicha (Oum el mu’eminine) est vraie.
Svp répondez-moi car de toutes les justifications contre le port du voile c’est la première fois que j’entende ça.

X
0 points

@ Djamila

on devrait voter une loi empêchant les femmes de se promener, dès les premiers rayons de soleil du printemmps, à moitié nues à Paris et ailleurs, une loi interdisant de montrer une femme nue vantant les mérites de telle ou telle voiture, ou de tel ou tel yaourt !!

Toujours le même argument récurrent : tenter de détourner tous les arguments contre l’ultra-pudibonderie paternaliste et machiste qui traverse CERTAINS courants du monde musulman en brossant le portrait d’un occident soit-disant décadent. Mais où mettez-vous le curseur de la nudité ? La femme qui met un débardeur et un short aux "premiers rayons du soleil" est-elle nue, selon vos critères ? Très certainement. Car de nudité (en tant que telle) pour vendre voiture ou yaourt nous n’avons vu. Femme alanguit en goutant son yaourt ou en position lascive dans une voiture certes. Le capitalisme sécularisé utilise ces vils ressors pour parvenir à ses fins et ça ne m’enchante pas non plus. Mais vous construisez une image archétypale d’un occident décadent. L’occidentalisme après l’orientalisme. Votre conservatisme n’aura pas raison de notre libéralisme en pointant, éxagerant puis généralisant abusivement ses dérives (car il en a, certes).

D’autre part vous montrez bien votre intolérance et votre aveuglement néo-tribal en disant que cela ne vous étonne pas que "tout ce qui est athée et chrétien" ("ce" = des choses, donc, pas des personnes) soient d’accord avec le Père Samir. Dommage pour vous, certains musulmans ont trouvé l’approche pertinente. Des "mauvais musulmans" surement. Bon voyage au Pakistan ou en Arabie Saoudite et la société française est navrée de n’avoir pu accéder à vos demandes...