Facebook, une plaque tournante de groupuscules islamophobes

« Racistes de tous les pays, unissons-nous ! », tel est le mot d’ordre auquel se rallie un nombre crois

mercredi 27 janvier 2010

« Racistes de tous les pays, unissons-nous ! », tel est le mot d’ordre auquel se rallie un nombre croissant d’islamophobes en herbe, se mêlant à la grande communauté des inconditionnels du réseau social le plus prisé du monde, fort de ses 300 millions de membres disséminés aux quatre coins du globe.

Nouvelle guerre psychologique qui se répand à la vitesse de la lumière, la guerre des nerfs du Web a choisi son terrain de jeu, fédérateur, mondial et interactif, pour exhumer des heures glaciales d’un fascisme lancinant les grands classiques de l’injure xénophobe.

Face à cette menace de virus anti-musulmans, plus d’un million d’abonnés s’insurgent, appelant à un boycott de Facebook aussi longtemps que celui-ci n’aura pas éradiqué l’engeance du mal en son sein.

Carrefour planétaire de rencontres et d’échanges, Facebook, qui attire une majorité d’américains, de canadiens, d’anglais, les égyptiens se classant en quatrième position, est coutumier de ces duels en ligne qui galvanisent des extrémistes en mal de reconnaissance. Ainsi, en novembre 2008, sept groupes néo-nazis italiens avaient fait irruption sur le réseau, donnant libre cours à leur violence irrépressible au travers de messages sans équivoque : " Un boulot utile pour les gitans - cobayes de chambres à gaz " ou " Brûlons-les tous ". N’en jetez plus... !

La haine n’a pas de frontières, et grâce à Facebook elle les abolit instantanément. Tapez « Fuck Islam », et vous ouvrirez en ligne la boîte de Pandore de l’extrême droite sioniste et internationale, déversant son lot de sympathisants et militants fervents, sous les ordres du sinistre führer répondant au nom de Richard Hattenborough.

Relayée en France par des blogs racistes à l’image de Bivouac ID, l’islamophobie a sélectionné ses tribunes communautaires pour haranguer des anonymes aisément manipulables et impressionnables.

Sur le vaste échiquier du Net, la chaîne de la solidarité contre l’infamie, impuissante à ce jour contre ces forums nauséeux, doit à son tour retourner contre Facebook les mêmes armes virtuelles.

Publicité

commentaires