,

Une première: L’Egypte va fabriquer 60 bus typiquement londoniens

Que serait Londres sans ses célèbres bus à impérial qui constituent l’une de ses curiosités touristiques les plus prisées depuis 1910, date de leur première apparition dans le paysage ?

Sans ses intemporels bus à deux étages et d’un rouge flamboyant, la cité phare du Royaume-Uni perdrait indéniablement de son charme pittoresque, mais de là à imaginer que 60 d’entre eux sortiraient un jour tout droit des ateliers d’une usine égyptienne, il n’y avait qu’un contrat à sceller et c’est chose faite désormais !

Heureux d’annoncer cette première collaboration à marquer d’une pierre blanche, le ministre égyptien du Commerce et de l’Industrie, Tarek Kabil, a révélé dimanche dernier que la fabrication de 60 exemplaires de l’un des transports en commun les plus emblématiques de la Couronne britannique a été confiée à la société multinationale MCV, implantée près du Caire, le fleuron industriel de la production de camions et autobus, et un véritable champion de l’exportation vers plusieurs marchés à travers le monde, dont Hong Kong et l’Australie.

« La première ligne de fabrication de 60 autobus à deux étages pour la Grande-Bretagne a été officiellement lancée », a-t-il déclaré, en se félicitant de cette marque de reconnaissance des autorités britanniques qui récompense le savoir-faire égyptien en la matière, gage de la qualité de sa production industrielle de véhicules commerciaux.

Dans quelques mois, 60 bus à impérial flambant neufs, dont le montage et l’assemblage auront été réalisés avec minutie par une usine égyptienne, sillonneront les rues de Londres, aux côtés des non moins traditionnels et très appréciés taxis noirs, pour la plus grande joie des autochtones et des touristes.

  

Hesham Muhammed Ali, l'ingénieur égyptien chargé de superviser la production de bout en bout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans le plus grand camp de réfugiés de Turquie, 25.000 Syriens rêvent de rentrer chez eux

Un maillot de football surhaussé d’un hijab : une création signée d’un équipementier danois