in

Un Saoudien prénomme son bébé “Al Saudiyya” en signe de patriotisme

C’est sur le terrain miné de la grave crise diplomatique qui agite le monde arabo-musulman, conduisant l’Arabie saoudite et ses alliés à rompre toute relation diplomatique avec le Qatar accusé de « soutenir le terrorisme » (une accusation qui, proférée par l’un des principaux sponsors du « djihadisme », ne manque pas de sel…) qu’une guerre peu classique fait rage : celle des prénoms donnés aux nouveau-nés.

Le patriotisme chevillé au corps, Ahmad Al Anzi, un père de famille saoudien comblé par la naissance de sa petite fille, a lancé la riposte contre un heureux papa koweïtien qui a eu l’outrecuidance d’appeler son bébé “Qatar”, en signe de son ralliement au camp adverse.

Dès lors, la hache de guerre était déterrée aux yeux de ce loyal sujet du royaume wahhabite, qui a immédiatement contre-attaqué en prénommant son nourrisson “Al Saudiyya”.

Rendant coup pour coup dans un bras de fer peu conventionnel, Ahmad Al Anzi a manifesté son attachement à son pays dans une vidéo qui a donné le ton de sa contre-offensive, sa petite fille, enveloppée dans l’étendard national, dans les bras : « En réponse au Koweïtien qui a récemment appelé sa fille « Qatar » et en tant que citoyen saoudien, j’ai décidé d’appeler la mienne Al Saudiyya bint Wael Ahmad Al Anzi », a-t-il proclamé sur les réseaux sociaux non sans fierté, alors que ses proches explosaient de joie.

Devenue virale, son apparition devant la caméra a divisé l’agora virtuelle arabe en deux clans irréconciliables : ceux qui applaudissent des deux mains à cet élan patriotique farouche, et ceux qui l’observent en émettant de vives réticences, songeant avec inquiétude aux conséquences pour l’avenir de ces enfants affublés de prénoms si difficiles à assumer.

Cela étant, cette guerre des prénoms ne semble pas tendre vers un cessez-le-feu, puisque que d’autres parents montent actuellement au front dans le Golfe persique, désireux, eux aussi, d’afficher leur loyauté à leur pays, à travers les noms importables donnés à leurs nourrissons.

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Dans la vie, il faut etre juste pour faire la part des choses.
    Les saoudiens sont les descendants de Saoud. De quel droit on appelle toute la population de ce royaume des saoudiens.
    L’affiliation d’un homme est son père, pas le père des autres.
    Le royaume actuel porté le nom de Hijaz dans l’histoire.
    C’est pareil pour l’état hébreux, qui nomme son état Israel le prophète yacob (psl), ou meme les iraniens qui nomme la mosquée huseinia en homage à Husein.
    On vit dans un monde Taré, et pourtant les psi chaument.

  2. Encore une non-information. Rien de nouveau sous le soleil. Dans le reste du monde il y a bien des gens prénommés selon des pays, des villes, voire des appartenances ethniques: France, Nancy, Lorrain, Florence, Slavo, Dakota, Lourdes, Shannon, Yehuda, etc. En quoi les Saoudiens seraient-ils fautifs? A la limite, étant sur la terre du Prophète (saw) on aurait pu reprocher à cette famille de ne pas avois choisi un vrai prénom musulman.

  3. C’est surtout faire preuve d’un grand orgueil et de peu de modestie que de donné sont propre nom de famille à tout un pays , qui plus, le pays qui abrite les lieux saint de l ‘Islam… Ce croient t’il éternelle ?
    Avec mes proches , quand je nome se pays , je dis l Arabie , c’est amplement suffisant et on me comprend.
    La famille des Saoude ne régneras pas éternellement sur cette terre, et j ‘espère qu’on renommera ce paye l Arabie ou Hijaz .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En Marche : un espoir pour nos quartiers ?

Un «Bîrunî»  pour unir les musulmans d’Europe, autour de son nouveau calendrier lunaire