in

L’Arabie Saoudite interpelle un millier de Nigérianes venues seules faire le pèlerinage

La monarchie absolutiste qui préside aux destinées de l’Arabie Saoudite, mais aussi à l’infantilisation de la femme, cloîtrée dans un carcan civique qui en fait un être mineur à vie, privée des plus élémentaires libertés individuelles, ne laisse décidément rien passer à la gent féminine, même lorsqu’il s’agit de ressortissantes étrangères, au risque de provoquer un incident diplomatique.

L’ultra-conservatisme saoudien traite les femmes avec équité, car il ne fait aucun favoritisme… Réagissant de manière épidermique à la vue d’un millier de Nigérianes, sans escorte maritale, à l’aéroport de Riyad, les autorités du pays n’ont pas fait dans la dentelle : tout le groupe a été arrêté, et au diable les accords passés avec le Niger !

Outré, le gouvernement nigérian n’a pas eu de mots assez forts pour condamner cette interpellation inacceptable. L'ambassadeur, Aboubakr Chihi Bono, a insisté sur le fait que ces femmes qui sont, toutes, âgées de moins de 35 ans, avaient été autorisées à se rendre au pèlerinage dans le cadre d’un "accord signé, l'année dernière, avec les autorités de Riyad", s'insurgeant contre l’illégalité de cette mesure répressive qui va  à "l’encontre des accords conclus".

Le vent de la libéralisation qui a frémi à l’annonce du droit de vote accordé aux Saoudiennes lors des élections locales de 2015, ne fut qu’une bise légère très vite chassée par le blizzard du projet gigantesque de la cité des femmes, une véritable ruche bourdonnante d'ouvrières besogneuses contribuant, loin de tout et des regards, à l’effort de la nation, tandis que se mouvoir en toute liberté au volant d’une voiture demeure un rêve inaccessible. Mais le royaume wahhabite peut compter sur ses proches alliés occidentaux pour fermer les yeux sur un patriarcat tyrannique, la géopolitique et le précieux or noir rendant certaines indignations, qui ont le verbe haut en France, muettes sur la scène mondiale…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Assassinat de Kadhafi : un officiel libyen incrimine les services secrets français

A la Grande Mosquée de Strasbourg, Manuel Valls demande sèchement qu’on l’applaudisse