in

Gaza : les noms et visages des seize mineurs palestiniens tués par Israël

Au moins 45 Palestiniens ont été tués et plus de 360 blessés dans les frappes israéliennes qui se sont abattues, sans discontinuer, sur la bande de Gaza pendant trois jours terribles.

Seize mineurs, dont de très jeunes enfants, figurent parmi les 45 victimes palestiniennes de ces bombardements meurtriers, entre le 5 et le 7 août 2022.

Publicité
Publicité
Publicité

Ces seize jeunes palestiniens voulaient juste vivre un bel été. Ces enfants, comme tous les autres enfants du monde, prévoyaient de jouer au foot, d’aller à la plage ou en colonies de vacances…  Mais au cours de ces trois jours tragiques, les forces israéliennes ont fait de leur été ensoleillé un enfer, en faisant à nouveau pleuvoir leurs bombes assassines sur la bande de Gaza sous blocus.

« Il n’y a pas de zone sûre dans la bande de Gaza pour les enfants palestiniens et leurs familles. Ils sont les plus touchés par les offensives militaires répétées d’Israël », a vivement déploré Ayed Abu Eqtaish, directeur du programme Responsabilité de l’ONG Defence for Children International – Palestine (DCIP), dans un communiqué.

Si un cessez-le-feu est entré en vigueur dimanche soir, à la suite d’un accord négocié par l’Egypte, les Palestiniens, dont les familles ont été une fois encore décimées, pleurent les nombreux morts civils de cette énième offensive dévastatrice.

L’armée israélienne, avec le cynisme qui la caractérise, prétend que certaines pertes civiles sont dues à des tirs de roquettes ratés, sans pour autant fournir de preuves tangibles, ayant fait l’objet d’une vérification  indépendante. Le ministère palestinien de la Santé, pour sa part, affirme catégoriquement que toutes les victimes, y compris les seize mineurs, ont perdu la vie sous les bombes israéliennes.

Certaines familles endeuillées ont souhaité partager leur histoire, tandis que d’autres ont demandé le respect de leur vie privée.

Voici les noms et visages des malheureux enfants palestiniens qui ont péri lors de la dernière attaque israélienne impitoyable.

Alaa ِAbdullah Qaddoum, 5 ans

Alaa Abdullah Qaddoum (5 ans) a été tuée le 5 août 2022 par une frappe aérienne israélienne ciblant le quartier de Shujaiya, au nord de la bande de Gaza.

La petite fille, l’innocence personnifiée, fait hélas partie des premières victimes palestiniennes, mortes vendredi dernier, soit le premier jour du raid aérien israélien mené sur la bande de Gaza, illégalement assiégée depuis 15 longues années.

Elle est morte, alors qu’elle jouait devant sa maison. Son frère de 7 ans et son père ont été blessés dans cette frappe.

« Alaa était une enfant de 5 ans innocente, en train de jouer dans la rue avec ses frères et cousins. Qu’a-t-elle fait pour être tuée ? », s’interroge, bouleversé, son cousin Abu Diab Qaddoum.

Momen Muhammed ِAhmed al-Nairab, 5 ans

Momen Muhammed ِAhmed al-Nairab (5 ans) a été tué le 6 août, dans la frappe aérienne israélienne sur le camp de réfugiés de Jabaliya, au nord de la bande de Gaza.

Ce camp est l’un des endroits les plus densément peuplés au monde. Il abrite plus de 114 000 personnes sur une superficie de seulement 1,4 km².

Hazem Muhammed Ali Salem, 9 ans 

Hazem Muhammed Ali Salem (9 ans) a été tué le 6 août. Selon les preuves collectées par l’ONG Defence for Children International, il figure parmi les quatre enfants décédés samedi, dans l’explosion survenue dans le camp de réfugiés de Jabaliya.

Israël affirme ne pas être à l’origine de cette explosion, mais les sources palestiniennes sont formelles : elle ne peut pas provenir d’ailleurs.

Ahed Muhammed al-Nairab, 11 ans 

Ahmed Muhammed al-Nairab (11 ans) a été tué le 6 août, dans le camp de réfugiés de Jabaliya.

Ahmed Walid Ahmed al-Farram, 16 ans

Ahmed Walid Ahmed al-Farram (16 ans) a été tué le 6 août. L’adolescent figure parmi les quatre enfants décédés samedi, lorsque des avions de chasse israéliens ont frappé le camp de réfugiés de Jabaliya.

Selon l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), le taux de chômage élevé, les coupures d’électricité régulières et l’eau contaminée sont le lot quotidien du camp.

Muhammed Iyad Muhammed Hassouna, 14 ans

Muhammed Iyad Muhammed Hassouna (14 ans) a été tué le 6 août par une frappe aérienne israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, qui a entièrement détruit sa maison.

Adeeb Ahmad, témoin oculaire du drame, rapporte à MEE qu’au moins huit personnes ont été tuées dans ce raid. « La maison a été frappée sans avertissement préalable », a précisé Adeeb Ahmad. « Les maisons sont surpeuplées ici, logeant sept à huit personnes chacune, et elles sont proches les unes des autres, alors lorsqu’une maison est touchée, plusieurs maisons autour sont impactées. »

Fatma Aaed Abdulfattah Ubaid, 15 ans

Fatma Aaed Abdulfattah Ubaid (15 ans) a été tuée le 7 août 2022 par une frappe aérienne israélienne à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza. Elle fait partie des neuf enfants tués en l’espace d’une demi-heure, peu avant l’annonce du cessez-le-feu, dimanche.

Ahmed Yasser Nimr al-Nabahin, 9 ans

Muhammed Yasser Nimr al-Nabahin, 12 ans

Dalia Yasser Nimr al-Nabahin, 13 ans

Muhammed (à gauche), Ahmed (au centre) et Dalia (à droite) : la fratrie a été assassinée le 7 août, dans une frappe aérienne israélienne ciblant le camp de réfugiés de Bureij, dans la bande de Gaza. (réseaux sociaux)

Cette frappe aérienne israélienne a anéanti toute une famille : le père Yasser al-Nabahin et ses trois enfants – Muhammed Yasser Nimr al-Nabahin,13 ans, Ahmed Yasser Nimr al-Nabahin,9 ans, et leur sœur, Dalia Yasser Nimr al-Nabahin, 13 ans, ne sont plus de ce monde.

Muhammed Salah Nijm, 16 ans 

Muhammed Salah Nijm (16 ans) a été tué le 7 août 2022 sous les bombes israéliennes larguées sur le cimetière de Falloujah, au nord de Gaza.

Hamed Haidar Hamed Nijm, 16 ans

Hamed Haidar Hamed Nijm (16 ans) a été tué le 7 août, dans la frappe aérienne israélienne sur le cimetière de Falloujah, dans le nord de Gaza. L’adolescent compte au nombre des victimes du raid mené dimanche sur le cimetière.

Selon les explications fournies à MEE par un témoin oculaire, Mohammad Sami, quatre des garçons étaient cousins et le cinquième était leur ami. « Ils venaient s’asseoir ici chaque jour », a  souligné Mohammad Sami avec émotion, ajoutant : « C’est un endroit sûr ».

 Jamil Nijm, 4 ans

Le petit Jamil Nijm a perdu la vie, le 7 août 2022, dans la frappe aérienne israélienne sur le cimetière de Falloujah. C’est le plus jeune enfant tué lors de l’offensive d’Israël sur la bande de Gaza. Il n’avait que 4 ans.

Jamil Ihab Nijm, 13 ans

Jamil Ihab Nijm (13 ans) fait partie des enfants tués le 7 août 2022, dans la frappe aérienne israélienne sur le cimetière de Falloujah. C’est le quatrième enfant de la famille Nijm à avoir perdu la vie, au cours d’un dimanche funeste.

Nazmi Fayez Abdulhadi Abukarsh, 16 ans 

Nazmi Fayez Abdulhadi Abukarsh (16 ans) a été tué le 7 août, dans le cimetière de Falloujah. L’adolescent était un ami proche des garçons de la famille Nijm.

Hanin Walid Muhammed Abuqaida, 10 ans

Hanin Walid Muhammed Abuqaida (10 ans) a succombé à ses blessures, lundi 8 août. La petite fille avait été grièvement touchée dimanche par le raid israélien lancé sur le camp de réfugiés de Jabaliya, à Gaza.

Publicité
Publicité
Publicité

Source : Middle East Eye

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Depuis 1992, début de la trompeuse opération de paix, nous savons tous ou nous devrions savoir, qu’aujourd’hui, les gens de Filastine n’ont pas un choix qui serait la paix. Le choiwx se limite à subir résignés et donc morts vivants l’hostilité Sioniste, ou résister pour peu qu’ils en trouvent les moyens. Le monde qui se dit libre a validé l’impunité Sioniste, l’assymétrie des réactions moralisatrices comparées à la situation Ukrainienne suffit à tout homme honnête et libre pour se convaincre de l’hypocrisie Américaine et Occidentale. Joe Biden est allé jusqu’à affirmer pour la millième et une fois le droit de l’entité Sioniste à se défendre, or, cette fois-ci, l’avocat le plus astucieux ne trouverait pas la moindre poussière de légitime défense, laquelle ne fut jamais mais toujours selon le droit, du point de vue du peuple oprimé et sous occupation.

    Voici qui fera mentir Leroy qui en fait ne croit pas à ce qu’il écrit, il n’y a plus vraiment de factions diverses et de groupes en Filastine, il n’y a plus que se résigner ce qui est une autre forme de mort, ou résister, mais lisez plutôt, pourvu qu’Oumma publie.

    https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/israel-gaza-occident-rend-possible-violence-contre-palestiniens

    Croissant de lune.

  2. Que Dieu englobe par Son Infinie Miséricorde ces petits anges.
    Une pensée émue et douloureuse à l’égard des familles de ces enfants. Quel a été leur tort ?
    Quand aux criminels, ils ne seront jamais inquiétés puisqu’ils appartiennent à l’armée la plus morale du monde…

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Peut-on parler de compatibilité entre démocratie et capitalisme ?

A Rafah, au milieu des décombres, des clowns pour retrouver le rire des enfants palestiniens