in ,

Disparition de milliers de travailleurs de Gaza en Israël dans un contexte d’arrestations massives depuis le début de la guerre

Photo : Des prisonniers palestiniens en détention administrative - Source : B’tselem

Les Palestiniens, dont les permis de travail en Israël ont été révoqués, seraient détenus dans des camps de rétention, mais Israël a jusqu’à présent refusé de communiquer des informations à leur sujet, selon des groupes de défense des droits humains.

Des milliers de travailleurs de Gaza, qui étaient employés en Israël au début de la guerre, ont disparu depuis cette date, dans le cadre d’une campagne d’arrestations massives.

Les groupes de défense des droits humains et les syndicats estiment que certains de ces travailleurs sont détenus illégalement dans des installations militaires en Cisjordanie occupée, à la suite de la révocation de leur permis de travail en Israël. Les autorités israéliennes ont jusqu’à présent refusé de divulguer les noms des personnes détenues.

Lorsque le groupe armé palestinien Hamas a lancé un assaut sans précédent sur le sud d’Israël le 7 octobre, environ 18 500 résidents de Gaza détenaient un permis de travail en dehors de la bande assiégée. Le nombre exact de travailleurs présents en Israël au début des hostilités reste inconnu, mais on pense que des milliers d’entre eux ont été arrêtés par l’armée israélienne et transférés vers des lieux non communiqués.

Walid*, travailleur palestinien né à Gaza, vivait en Cisjordanie occupée depuis plus de 25 ans lorsque Israël a lancé ses bombardements ininterrompus sur Gaza, qui ont fait plus de 7 000 morts et durent depuis trois semaines. Le 8 octobre, il a été arrêté alors qu’il se rendait à son travail et détenu dans un centre situé dans la zone d’Almon, également connue sous le nom d’Anatot, construite sur les ruines de la ville palestinienne d’Anata qu’Israël a confisquée dans la partie occupée de Jérusalem-Est.

Selon les organisations de défense des droits humains, ce centre fait partie de ceux que le gouvernement israélien a réaffectés à la détention arbitraire de centaines de travailleurs, en violation du droit international.

Walid, dont le vrai nom et les détails personnels ne sont pas divulgués pour éviter les représailles, a décrit avoir été maintenu dans une « cage » sans toit, en plein soleil, sans nourriture, sans eau et sans accès aux toilettes pendant trois jours, selon un témoignage écrit remis à l’organisation de défense des droits humains HaMoked, basée en Israël, auquel Al Jazeera a eu accès.

Il a ensuite été déplacé dans une zone d’environ 300 mètres carrés où des centaines d’ouvriers partageaient une cabine sanitaire. Lorsqu’il a demandé à contacter la Croix-Rouge, il a été maudit et battu par des soldats.

Walid a été libéré après que des officiers israéliens se sont assurés que, bien qu’il soit né à Gaza, il résidait en Cisjordanie. Son témoignage fait partie des rares récits qui ont jusqu’à présent émergé des centres de détention où les travailleurs de Gaza sont détenus au secret et sans représentation légale depuis le 7 octobre.

Il est difficile de savoir « où, combien, sous quel statut légal » [ils sont détenus].

« Nous avons reçu des centaines et des centaines d’appels téléphoniques de membres de familles de personnes qui travaillaient en Israël avant les attentats du 7 octobre », a déclaré Jessica Montell, directrice exécutive de HaMoked, à Al Jazeera

Jusqu’à présent, dit Mme Montell, plus de 400 familles et amis de personnes disparues ont pris contact avec l’organisation, essayant de retrouver leurs proches alors qu’ils luttent en même temps pour survivre aux bombardements et au siège « total » d’Israël. Ces appels ont diminué au cours de la semaine écoulée, les habitants de Gaza ayant été de plus en plus privés de moyens de communication.

Dans le cadre de son travail, HaMoked communique régulièrement les noms des détenus aux autorités israéliennes pour savoir où ils sont détenus.

« L’armée israélienne est censée nous informer dans les 24 heures des personnes qu’elle détient et de l’endroit où elles sont détenues », a expliqué M. Montell. « Mais pour tous ces habitants de Gaza, ils nous ont dit qu’ils n’étaient pas l’autorité compétente pour s’adresser à eux. »

« Il est impossible que l’on ne sache pas où ils sont détenus, combien sont détenus, dans quelles conditions, sous quel statut légal », a-t-elle ajouté.

Un groupe de six organisations locales, dont HaMoked, a demandé à la Haute Cour d’Israël de divulguer les noms et les lieux de détention et de garantir des conditions de détention dignes.

Selon les pétitionnaires, certains Palestiniens ont été détenus dans la région d’Almon – où Walid a été arrêté – ainsi qu’à Ofer, près de Ramallah, et à Sde Teyman, près de Beer al-Sabe (Be’er Sheva), dans le sud du Naqab ou désert du Néguev.

Lorsque les hostilités ont commencé et que le point de passage de Beit Hanoun (connu sous le nom d’Erez pour les Israéliens) vers le nord de la bande de Gaza a été fermé, les travailleurs ont tenté de se rendre en Cisjordanie pour trouver refuge auprès des habitants palestiniens.

Mais le 10 octobre, le coordinateur israélien des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) a révoqué tous les permis de travail qu’il avait précédemment délivrés aux habitants de Gaza, transformant instantanément les détenteurs de ces permis en « étrangers illégaux ».

Al Jazeera a contacté l’armée israélienne ainsi que le COGAT, l’organisme qui contrôle le système de permis dans les territoires occupés. Tous deux ont refusé de commenter ou de fournir des informations supplémentaires sur le nombre de travailleurs dont les permis ont été révoqués, ainsi que sur le nombre d’entre eux qui ont été emprisonnés et sur quels motifs.

Publicité
Publicité
Publicité

Une situation sans précédent

Miriam Marmur, directrice du plaidoyer de Gisha, une organisation israélienne de défense des droits humains qui appelle à la liberté de mouvement des Palestiniens, a déclaré que la situation était « sans précédent ».

« Bien sûr, à tout moment, des milliers de Palestiniens sont placés en détention administrative par Israël », a-t-elle déclaré à Al Jazeera. « Mais ce sont les premiers Palestiniens à être détenus en masse. La nature de leur détention, la révocation de leurs permis et le fait qu’Israël refuse jusqu’à présent de divulguer la moindre information sur l’endroit où ils se trouvent… Ce n’est pas quelque chose que j’ai vu auparavant », a-t-elle ajouté.

M. Marmur a ajouté que ces arrestations étaient « illégales et semblaient être des actes de vengeance en violation du droit international ».

Selon les autorités israéliennes, le Hamas a pris au moins 224 personnes en otage lors de son attaque contre le sud d’Israël le 7 octobre. Quatre d’entre elles ont été libérées depuis.

Selon le témoignage de Walid, l’un des officiers d’un camp de détention a dit aux détenus qu’il n’y avait aucune chance qu’ils soient libérés tant qu’il y aurait des otages israéliens à Gaza.

« Il ne s’agit pas d’une déclaration officielle, mais c’est certainement une indication que, au moins pour certaines des personnes impliquées, il y a une sorte de désir d’utiliser ces travailleurs comme monnaie d’échange », a déclaré M. Marmur.

En vertu du système de permis israélien, très peu de Palestiniens de la bande de Gaza peuvent quitter le territoire, car tous les points de passage frontaliers sont sous contrôle israélien ou égyptien depuis que le Hamas a pris le pouvoir en 2007.

Les permis peuvent être délivrés pour des raisons professionnelles, sanitaires ou humanitaires, après un examen minutieux par les autorités israéliennes. La plupart des travailleurs de Gaza – où le taux de chômage global est de 45 % et le chômage des jeunes a grimpé à 70 % – occupent des emplois manuels en Israël, où les salaires sont bien plus élevés.

Les groupes de défense des droits humains s’inquiètent de nouvelles arrestations, alors que les raids se poursuivent en Cisjordanie, y compris dans les zones théoriquement sous le contrôle total de l’Autorité palestinienne.

« Nous n’avons jamais connu une telle situation, où les gens sont pris au piège et ne peuvent pas rentrer chez eux, et sont placés dans une sorte de camp », a déclaré Hassan Jabareen, directeur d’Adalah, le centre juridique pour les droits des minorités arabes en Israël. « Il ne s’agissait que de travailleurs. La seule comparaison possible est peut-être celle avec les réfugiés [sans papiers] ».

Arrestations massives

Le ministre du travail de l’Autorité palestinienne a estimé qu’environ 4 500 travailleurs manquaient à l’appel et auraient été détenus par les forces israéliennes. Le média israélien N12 a rapporté que 4 000 Palestiniens de Gaza étaient interrogés dans des centres de détention israéliens en raison de leur implication possible dans l’attaque.

Outre les travailleurs de Gaza, les forces israéliennes ont arrêté plus de 1 450 résidents palestiniens de Cisjordanie depuis le 7 octobre, selon les estimations de la Palestinian Prisoners Society.

Les arrestations ont eu lieu dans le cadre de lois et d’amendements qui, selon les organisations de défense des droits humains, s’apparentent à des mesures punitives.

Le 18 octobre, le Parlement israélien, connu sous le nom de Knesset, a approuvé un plan temporaire qui prive les prisonniers palestiniens du droit à un espace d’au moins 4,5 mètres carrés, ce qui permet aux cellules qui accueillaient cinq personnes d’en accueillir plus du double.

Selon Physicians for Human Rights Israel (PHRI), les autorités ont également coupé l’accès à l’électricité et à l’eau, limité le nombre de repas par jour, confiné les prisonniers dans leurs cellules et empêché l’accès aux centres médicaux ainsi que les visites de leurs avocats et d’autres représentants officiels. Au moins deux prisonniers sont morts en détention depuis le début de la dernière série d’hostilités.

« Nous demandons aux autorités israéliennes de respecter le droit international et d’autoriser la nourriture, l’eau et les visites », a déclaré à Al Jazeera Naji Abbas, responsable du dossier à la PHRI. « Et de cesser de se venger des prisonniers palestiniens. »

Traduit par : AFPS

Bonjour / Salam 👋

Recevez nos articles directement dans votre boite email

Sélectionner une ou plusieurs listes :
Publicité
Publicité
Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Lettre urgente du Syndicat des journalistes palestinien.ne.s sur la situation dans la bande de Gaza

Lettre de démission de Craig Mokhiber, directeur du bureau new-yorkais en charge des droits de l’homme à l’ONU