,

Claude Goasguen, député LR de Paris, l’a proclamé : « Nous avons un problème avec les maghrébins incontestable »

Parmi les chantres d’Israël en France, qui ne ratent jamais une occasion de manifester ostensiblement leur soutien au régime ultra-sioniste de Tel-Aviv et au rouleau compresseur de son colonialisme, Claude Goasguen, député-maire LR du chicissime 16ème arrondissement de Paris, rivalise de zèle, ce qui n’est pas un mince exploit dans le paysage politique hexagonal…

Comment s’étonner, dès lors, que celui qui est de toutes les manifestations organisées par les groupes de soutien pro-israéliens, avec une exaltation intacte, voire revigorée au fil des années, puisse sonner la charge contre l’islam en cette rentrée où il est de bon ton de faire dans la surenchère islamophobe ?

Invité de la chaîne parlementaire LCP, hier, mercredi 14 septembre, Claude Goasguen a décoché ses flèches empoisonnées à la faveur d’un débat évoquant « l’identité heureuse » si chère à Alain Juppé et dénigrée par son ennemi juré Sarkozy, s’emparant de ce thème de campagne juppéiste pour mieux le retourner contre les musulmans.

"C'est un thème de campagne qui se défend, c'est le sien, c'est un thème centriste", a-t-il déclaré en préambule, avant de dégoupiller ses grenades avec un paternalisme aussi sournois que pernicieux. " Je ne suis pas sûr, pour connaître bien la communauté musulmane, que le chemin de la communauté musulmane soit sur la direction d'une identité heureuse. Je dirais même qu'elle m'inquiète de plus en plus, cette communauté musulmane. Elle est absente. C'est vrai qu'il y a des personnalités musulmanes qui viennent de temps en temps passer à la télévision. Mais des millions de musulmans – vous imaginez ce que ça représente pour des millions de musulmans, ce qui se passe en France en ce moment, quelle peut être leur réaction ? Est-ce que vous auriez, vous… par exemple si des catholiques venaient assassiner d'autres personnes en France, mais je serais le premier à descendre dans la rue pour sanctionner les catholiques en question vigoureusement", a-t-il lancé.

Et de poursuivre, drapé dans son hypocrisie républicaine, en sommant les musulmans de s’indigner, implicitement : « Je pense bien que tous les musulmans ne sont pas favorables à l'islamisme, mais je trouve que leur réaction n'est pas encore assez forte. »

Déplorant que le pays « ait un problème avec les maghrébins », tout en estimant que le vrai courage politique est de dénoncer, comme lui, cet état de fait (et non le deux poids deux mesures qui sévit dans la République laïque, cela va de soi !), le député « Les Républicains » des beaux quartiers ne nous aura rien épargné, pas même ses lamentations sonnant faux quand il a assuré regretter qu’il n’y ait pas « de clergé dans la religion sunnite ».

Dans cette sinistre pantalonnade politicienne, Claude Goasguen aura martelé jusqu’au bout « Nous avons un problème avec les maghrébins incontestable », histoire que cela rentre bien dans les têtes, en exhumant très opportunément la guerre d’Algérie, davantage pour creuser des fossés d’incompréhension que pour créer des ponts entre tous les Français.

Nul besoin d’être grand clerc pour démystifier la supercherie de cet admirateur d’Israël, dont l’ardeur pourrait supplanter l’empressement de Sarkozy mais aussi le « lien éternel » qui lie Valls à l’Etat hébreu, c’est dire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *