in

Christophe Barbier, la caution intellectuelle du débat sur l’islam, se fait l’avocat des musulmans…

L’indispensable écharpe rouge autour du cou, l’éloquence persuasive, Christophe Barbier, l’éditocrate omniscient du parisianisme, qui selon la formule consacrée « a un avis sur tout, et surtout un avis », ne pouvait décemment faire faux bond à Jean-François Copé, dans sa course en solitaire pour organiser un débat qui a frôlé le naufrage.

Le conformisme intellectuel fait homme, le directeur de l’Express qui aime jouer à ce qu’il n’est pas, un grand pourfendeur de la pensée unique, a éclairé l’assistance Umpiste de sa pensée fertile et néanmoins très vagabonde, qui va au gré du vent, bon ou mauvais, réajustant constamment le tir. Une redoutable forfaiture qui se fait combative quand elle appelle à « la résistance de la République » contre le Quick Halal, les minarets, le foulard, le voile intégral, et plus condescendante quand elle justifie sa une apocalyptique d’octobre 2010 en assurant « protéger les musulmans contre l’intégrisme », sous-entendu contre eux-mêmes…

A-t-il été la caution intellectuelle dédouanant l’UMP, et notamment le ministre de l’Intérieur et des Cultes, Claude Guéant, de sa rhétorique indigne, pillée au FN ? Toujours est-il que notre oracle des temps modernes a quitté sa parure d’oiseau de mauvais augure, qui lui faisait voir des barbus partout à la seule évocation de la révolution tunisienne, pour entonner une nouvelle antienne, qu’il faut bien se garder de prendre pour un petit miracle laïque : « il faut répondre aux attentes concrètes, matérielles des musulmans, ce sont eux qui rencontrent les difficultés matérielles, immobilières en ce moment… » adressant un sourire complice à Claude Guéant, ainsi absous publiquement.

Passage à 1’39


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une mère de famille portant le foulard refoulée d’un collège de l’Hérault

Pourquoi les mobilisations au Maroc ne prennent-elles pas ?