in

Sous la pression de BDS, G4S met fin à la plupart de ses activités illégales avec Israël

Les défenseurs des droits de l’homme intensifient la pression contre la compagnie

● G4S annonce la cession de la plupart de ses activités en Israël, en raison de l’intense pression exercée par BDS

● G4S reste impliqué dans l’entrainement de la police israélienne et la construction dans les colonies.

● Les militants de la campagne BDS célèbrent une victoire et appellent à maintenir la pression.
2 décembre 2016 – La plus importante compagnie mondiale de services de sécurité G4S, a annoncé aujourd’hui qu’elle vendait la plupart de ses entreprises en Israël après qu’une campagne efficace contre la compagnie, menée par le mouvement pour les droits des Palestiniens BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) conduit par les Palestiniens, ait causé « des dommages à sa réputation ».

Réagissant à cette nouvelle ainsi qu’au fait que G4S maintient néanmoins certains projets illégaux avec Israël, Rafeef Ziadah, parlant pour le BNC (Palestinian BDS National Commitee) a déclaré : « Nous avons réussi à pousser une des plus importantes entreprises mondiales à vendre le coeur de ses activités en Israël. Notre campagne coordonnée mondialement a eu un réel impact. Nous allons continuer notre campagne jusqu’à ce que G4S mette fin à toutes ses implications dans la violation des droits des Palestiniens. »

Les multinationales françaises Veolia et Orange ainsi que la plus grande entreprise de matériaux de construction irlandaise CRH ont toutes quitté le marché israélien depuis septembre 2015, essentiellement à cause de la campagne BDS.

« Un effet domino est à l’oeuvre ici » a dit Ziadah, « Certains dirigeants de fonds d’investissement ont compris que leur responsabilité fiduciaire les obligeait à désinvestir des entreprises internationales et israéliennes et des banques complices des incessantes violations du droit international par Israël ».

Guman Mussa, coordinateur au BNC pour le monde arabe, a ajouté :

« Ce n’est pas tous les jours que les militants des droits de l’homme peuvent contraindre une importante multinationale comme G4S à mettre fin à son implication dans de sérieuses violations des droits humains gràce à une campagne soutenue et stratégique de pressions populaires.La campagne BDS manifestement fonctionne et d’autres multinationales complices comme Hewlett-Packard et Alstom devraient en prendre note

« Nous dédions cette victoire à tous les prisonniers politiques palestiniens qui, en 2012, ont appelé le mouvement BDS à intensifier le boycott de G4S en raison de son rôle dans les prisons israéliennes, où la torture est répandue.

G4S est une entreprise britannique de services de sécurité qui aide Israël à gérer les prisons où des prisonniers politiques palestiniens sont enfermés sans jugement et soumis à la torture et à de mauvais traitements. Elle est également impliquée dans la fourniture d’équipements et de services aux checkpoints militaires d’Israël, aux colonies illégales et aux infrastructures policières et militaires.

La campagne internationale « Stop G4S » à couté à la compagnie l’abandon de contrats valant des millions de dollars en Europe, dans le monde arabe, en Afrique et ailleurs.

La liste des clients perdus par G4S comporte des entreprises privées, des universités, des syndicats et des organes des Nations Unies.

En dépit de la vente de ses filiales, 64S reste directement complice des violations des droits des Palestiniens par Israël au travers de « Policity », le centre d’entrainement national phare qu’elle possède en commun et du groupe « Shikun & Binui » profiteur de la colonisation.

C’est la police israélienne qui intervient dans Jérusalem-Est occupée, au lieu de l’armée israélienne dans le reste de la Palestine occupée, en tant que surveillant de l’annexion illégale par Israël, protégeant les colonies illégales, et opprimant la population palestinienne de la ville.

Riya Hassan, coordinatrice de la campagne BDS en Europe, conclut : « Le BNC est déterminé à poursuivre sa campagne contre G4S, en partenariat avec d’autres luttes pour la justice au travers du monde. Des Etats-Unis à la Palestine, de l’Afrique du Sud au Royaume-Uni, G4S profite du commerce manifestement raciste de l’incarcération de masse.

« Comme lors de la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, la pression de BDS contre le régîme israélien d’occupation, de colonisation de peuplement et d’apartheid a conduit certaines des plus puissantes multinationales à comprendre que tirer profit des violations des droits des Palestiniens par Israël n’est pas seulement sans éthique et socialement irresponsable. C’est également carrément nuisible aux affaires . »

Notes:

En mars 2016, G4S a annoncé qu’elle allait vendre ses filiales en Israël dans les « 12 à 24 mois » à venir. En évoquant ce départ, le Financial Times a rapporté que G4S allait « se sortir de lui-même d’une entreprise nuisant à sa réputation ».
Plus récemment, l’UNICEF en Jordanie et une des principales chaînes de restaurants en Colombie sont les dernières organisations à mettre fin à leurs contrats avec G4S, suivant les campagnes de BDS.
Le fonds souverain norvégien a désinvesti de Shikun & Binui en 2012, comme le « Superannuation Fund » de Nouvelle-Zélande, qui a cité « l’implication de la compagnie dans la construction de colonies de peuplement dans les Territoires Occupés de Palestine ».
En juin 2014, la fondation Bill Gates a suivi une campagne internationale et retiré toute sa mise de 170 millions de dollars de G4S. Le même mois, l’église méthodiste unie des États-Unis a retiré toutes ses actions de son fonds d’investissement. L’Institution Publique de Sécurité Sociale du Koweït (PIFSS : Public Institution for Social Security) a décidé de désinvestir de G4S en juin 2016, suivant les appels de BDS-Koweït et du BNC. 

BDS FRANCE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fillon, les “races”, les “Musulmans”, “les Juifs” !

5 000 ans d’histoire religieuse en deux minutes