Vendredi 11 July 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Mahmoud Abbas, le déshonneur et la guerre

Mahmoud Abbas, le déshonneur et la guerre
fr
http://oumma.com/

Partagez :

Le président Mahmoud Abbas est en visite officielle ce lundi à Paris. Avant sa rencontre avec Nicolas Sarkozy, le chef de l’Autorité palestinienne a assisté à l‘inauguration, en compagnie du maire Bertrand Delanoë, de la place Mahmoud Darwich. La cérémonie s’est tenue dans le sixième arrondissement de Paris, devant le Quai Malaquais, aux abords du pont des Arts. Cet hommage rendu au plus célèbre poète de Palestine semble constituer la contre-partie diplomatique d’une autre inauguration, celle de la promenade Ben Gourion, qui s’etait déroulée le 15 avril en présence du président israélien Shimon Peres.

La venue de Mahmoud Abbas intervient dans un contexte géopolitique délicat. Deux semaines après l’attaque meurtrière d’un convoi humanitaire par les forces armées israéliennes, les pressions internationales s’exercent dorénavant sur deux questions fondamentales : d’une part la crédibilité accordée à la commission d’enquête chargée d’examiner les détails de l’assaut israélien, d’autre part les conditions pour une levée partielle ou totale du blocus illégal imposé par Israël à la bande de Gaza.

C’est sur cet aspect qu’une polémique vient d‘apparaître : hier, le quotidien Haaretz a publié l’information selon laquelle Mahmoud Abbas se serait déclaré, lors d’une récente visite au président Obama, opposé à la levée du blocus maritime de Gaza. Selon les propos qui lui sont prêtés, le risque de consolider l’autorité exercée par le Hamas serait trop important. Immédiatement, Fawzi Barhoum, porte-parole du mouvement en charge de la bande de Gaza, a dénoncé cette prise de position, exigeant des autorités rivales du Fatah d’apporter une clarification. Ce fut chose faite dans l’heure : Nabil Abu Rudaineh, porte-parole de la Présidence, a démenti, auprès de l’agence de presse Wafa, les déclarations rapportées par le quotidien israélien. Un des négociateurs qui accompagna le président palestinien aux Etats-Unis, Saeb Erekat, surenchérit, qualifiant l‘article de « publication absurde et irresponsable » et s‘indignant d’une « tentative de désinformation destinée à occulter la responsabilité d’Israël dans son blocus illégal et inhumain de Gaza ».

Sous la plume de Barak Ravid, journaliste responsable de la bévue, le quotidien Haaretz a donc dû, dès hier soir, rectifier le tir, précisant, quelques heures à peine après la mise en ligne de l’article contesté, le démenti officiel des autorités palestiniennes.

Cela n’a pas empêché, aujourd’hui encore, certains médias partisans pro-israéliens de s’emparer de cette information invalidée afin de justifier la position intransigeante du gouvernement Netanyahu et de souligner le soutien tacite dont il bénéficierait de la part des voisins arabes.

Dans les faits, malgré quelques récentes déclarations de principe et de timides gestes d’ouverture, l’Autorité palestinienne ainsi que l’Egypte s’étaient largement accommodés, jusqu’alors, du blocus, espérant sans doute qu’il affaiblirait le pouvoir et la popularité du Hamas aux yeux des habitants de Gaza. Mais suite à la critique internationale faite à l’encontre des exactions commises par l’armée israélienne, il eut été mal venu de la part des représentants du Fatah et du président égyptien Hosni Moubarak d’afficher ouvertement une quelconque complaisance à l’endroit du blocus.

Quant à l’accusation de désinformation imputée au quotidien israélien Haaretz, pourtant réputé pour son indépendance, elle n’est pas sans évoquer une autre controverse, concomitante et de même nature : à l’instar des dirigeants palestiniens, les autorités saoudiennes ont dû démentir, samedi dernier, l’information rapportée le jour même par le quotidien britannique The Times selon lequel le régime de Riyad aurait autorisé Israël à survoler son territoire en cas d’attaque militaire. Deux annonces trompeuses en l’espace d’un week-end et dont la particularité commune consisterait bel et bien à accentuer les clivages de la diplomatie arabe. S’il s’agit pour certains d’une simple coïncidence, beaucoup ne manqueront pas d’y voir un habile jeu de dupes, cartes sur table.

Quant à Mahmoud Darwich, ce « lanceur de dés », qu’aurait-il pensé de ces dernières péripéties, lui qui médita dans un poème la trace qu‘il laisserait plus tard : « Ils m’aiment mort pour pouvoir dire : il fut des nôtres, et il fut à nous…J’ai dit : Je vous demanderai d’être lents, de me tuer petit à petit pour que je compose un dernier poème à l’élue de mon cœur. Mais ils ont ri et, dans la maison, n’ont dérobé que les mots que je dirai à l’élue de mon cœur ».

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
0 points

Aux sionistes, la place d’un criminel et aux palestiniens, la place d’un poète !! quelle comédie avec ce Delanoë ! pourquoi pas une place Yasser Arafet ou un autre palestinien qui s’est battu toute sa vie contre le sionisme ?? je ne comprends absolument pas pourquoi ce traitre d’Abbas vient inauguer cette place à Paris et serrer la main à ce pro-sionistes ??

X
0 points

C’est pas faute d’avoir essayer,de donner son sentiment et de poster une petite idée en réponse à votre post précédent : "M.Bush féministe au moyen-orient" mais la censure est tenace,elle n’a pas cédé.

Dommage parce que la meilleure façon de faire évoluer les choses c’est avant tout de les dénoncer.

Voyez comme touts les responsables qui ont en charge de veiller sur les intérêts de l’état sioniste se sont mis en ordre de marche et y sont allés par tous les moyens pour passer à la télé et défendre les israéliens devenues et à les écouter les victimes du hamas,sic !!

Elisabeth levy,bhl, puis Marek Halter.

Le hamas a été élu par le peuple et pour le peuple ,

c’est une démocratie quoiqu’on en dise.

J’ai vu un très beau film ce week-end que je vous recommande vivement :

Siriana

X
0 points

Il est clair que la judéité même agnostique de Delanoê explique la teneur de ses décisions politiques sur le sujet.

X
0 points

On doit certainement dénoncer les palinodies de l’actuel maire de Paris et, également, la présence de Mahmoud Abbas en ce moment. On doit encore dénoncer cette farce d’une "commission d’enquête" nommée par Israël (juge et partie !). Les nations d’Occident semblent, d’ailleurs, accepter cette farce !
Dans le même temps, on peut espérer que l’actualité sportive ne fera pas oublier le sort du peuple palestinien ! Une actualité chasse l’autre...

X
0 points

O que certainement pas Reneabel,les vouvouzelas s’y sont mis aussi.

X
0 points

"Le hamas a été élu par le peuple et pour le peuple, c’est une démocratie quoiqu’on en dise"

Mahmoud Abbas est le président élu de la Palestine et en tant que tel, lui et son gouvernement doivent être reconnus : c’est la démocratie.

En 2007, à la suite d’élections législatives et d’une victoire locale, une milice armée a pris le pouvoir à Gaza et a fait sécession (140 morts).

Attendons les élections suivantes pour savoir si cette milice respectera le processus démocratique. Les dictatures communistes aussi s’occupaient beaucoup du bonheur du peuple.

X
0 points

Djamila vous vous trompez, Delanoë n’est pas pro-sioniste , il est sioniste et profondément. Rappelez-vous la réception faite à Bachar El Assad !

X
0 points

Il y a un fait important qu’on ne doit pas ignorer au sujet du triste personnage qu’est Mahmoud Abbas : c’est qu’IL N’EST PAS MUSULMAN, en tant qu’il appartient à la secte des BAHAÏS unanimement considérée par les oulémas comme étant une secte d’apostats. Et en Islam, on a plus de respect et de considération pour les Chrétiens et les Juifs que pour les renégats. De ce fait, M. Mahmoud Abbas cumule à présent deux reniements : un reniement spirituel et un reniement politique, en trahissant son peuple.

X
0 points

à Djamila, je suis tout à fait d’accord avec toi, d’autant que ce M.Abbas n’a rien apporté de plus à nos frères palestiniens, bien au contraire, durant son mandat il n’a fait que jouer le jeu de ces terroristes de sionistes et américains...

X
0 points

@ l’inconnu qui parle de démocratie !!

Qu’il sache que le mandat de Abbas a pris fin depuis longtemps (janvier 2009 je crois) mais qu’il refuse de proceder a des elections.

La Hamas a été élu et a remporter les legislatives !!

  •  Le ministre de l’interieur ne pouvait pas recruter et organiser la police comme il l’entendait...
  •  Des députés du Hamas ont été arreter en masse par Israel, aucun du Fatah, que c’est étangre...
  •  La Hamas a decouvert des documents prouvant que le Fatah d’Abbas collaborait avec Israel contre lui... C’est de la haute trahison...
  •  le monde occidentale a refuser le resultat des elections legislatives palestinnienne en prenant des sanctions, surement car les palestiniens ont mal voté... c’est ça la democratie...
  • X
    0 points

    et en plus il signe pas son message .

    Un démocrate sans doute !!

    X
    0 points

    à lire

    Je posais la question suivante à un ami juif :

    Pourquoi la question du retour des réfugiés vous pose-t-elle tant de soucis ?

    M’a répondu :

    "béta,parce qu’aujourd’hui ,ils sont 4 fois plus..."

    lui ai demandé alors :

    "et si ils étaient restés,sans doute n’auraient-ils pas eu d’enfants.. ?"

    Un sourire coquin pour seule réponse.

    C’est vraiment dommage.

    S’octroyer le droit de disposer d’une terre juste pour satisfaire des intérêts économiques c’est franchement triste mais disposer du droit de vie ou de mort d’un peuple c’est inacceptable.

    C’est contraire aux principes de la dignité humaine.

    D’aucuns nous diront qu’en chaque musulman,un terroriste sommeille.

    Alors que pour le croyant,il n’est qu’ musulman qui prie et qui demande pardon,à Dieu ,L’audient,Le miséricordieux, pour le mal qu’il a fait.

    Inch Allah.

    X
    0 points

    ‘inauguration, en compagnie du maire Bertrand Delanoë, de la place Mahmoud Darwich, validé par le abbas la marionnette,
    Une inauguration démago-idéologique, juste avant le maire connu par son penchant à inaugurer une place au nom de ben gaurionne le sanguinaire de 48, est symbole de grand guerrier chez les sionistes et fondateur d’israel.
    Mais pour les arabes il faut leur donner un symbole de poète, de faiblesse.