Jeudi 24 April 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Le mois islamique est-il universel ou national ?

Le mois islamique est-il universel ou national ?
fr
http://oumma.com/sites/default/files/936503885.jpg
La charia et le calendrier (2/3)

La règle énoncée par le Prophète pour la détermination du début des mois islamiques (consistant à voir soi-même la nouvelle lune, ou à apprendre de source fiable qu’elle a été observée quelque part) répondait parfaitement aux besoins de petites communautés ou d’individus isolés voyageant dans le désert. Mais, son application à des populations entières, vivant sur des territoires étendus, soulevait de grandes difficultés d’ordre théorique et pratique.

Partagez :

Les difficultés d’application de la règle d’observation de la nouvelle lune

La règle énoncée par le Prophète pour la détermination du début des mois islamiques (consistant à voir soi-même la nouvelle lune, ou à apprendre de source fiable qu’elle a été observée quelque part) répondait parfaitement aux besoins de petites communautés ou d’individus isolés voyageant dans le désert. Mais, son application à des populations entières, vivant sur des territoires étendus, soulevait de grandes difficultés d’ordre théorique et pratique.

En effet, l’observation de la nouvelle lune à l’oeil nu n’est pas une affaire simple. Elle dépend de nombreux paramètres astronomiques et de facteurs atmosphériques, qui peuvent être favorables en un lieu donné, à un moment donné, et défavorables ailleurs, ou en d’autres saisons. En conséquence, des personnes situées en des lieux différents n’observeront pas toutes la nouvelle lune le même soir. Le premier jour du mois sera, de ce fait, décalé d’un jour ou deux d’une communauté musulmane à l’autre.

Or, les premiers astronomes convertis à l’islam (et dans leur sillage les juristes musulmans) savaient bien que la durée du mois lunaire se situait entre 29 j et 30 j, entre deux conjonctions, comme l’enseignaient déjà les astronomes babyloniens, deux millénaires auparavant ; ou entre deux observations de la nouvelle lune, comme le Prophète l’avait souligné dans différents hadiths. Le début du mois et sa durée étaient indépendants de la présence ou de l’absence d’observateurs et des conditions de visibilité.

L’observation d’une nouvelle lune devait donc, logiquement, marquer le début du nouveau mois lunaire pour l’ensemble de la Terre. De même, la durée de tout mois lunaire, entre deux nouvelles lunes, devait être identique pour toutes les communautés. (18 )

Mais, ces propositions, si simples sur le plan théorique, soulevaient des problèmes d’une grande complexité, au niveau de leur application. Par exemple, une fois la nouvelle lune observée de manière fiable, quelque part, comment cette information serait-elle portée à la connaissance de populations vivant sur de vastes territoires, ou parfois même en des régions très éloignées (comme l’Espagne par rapport à l’Arabie) ? A qui cette information s’imposait-elle avec toutes ses implications (telles que commencer le jeûne, célébrer la fin du ramadan, etc.) ? (19)

Les juristes des premiers temps de l’islam, à la fois réalistes et pragmatiques, donnèrent des réponses diversifiées, parfois très nuancées, à ces questions. Les différentes écoles juridiques prirent en considération les facteurs qui leur semblaient s’imposer, qu’ils soient d’ordre astronomique, théologique, juridique ou pratique. De ce vaste éventail de réponses se dégage un noyau central de principes fondamentaux, qui sont d’un grand intérêt aujourd’hui :

- D’une manière générale, l’observation de la nouvelle lune ne peut être prise en compte que par les communautés auxquelles l’information parvient.

- L’observation de la nouvelle lune dans un pays d’Orient marque, sur le plan théorique, le début du nouveau mois pour tous les pays situés à l’ouest du lieu de cette observation. (20) Car, au fur et à mesure que l’âge de la nouvelle lune augmente, entre le moment de sa naissance (à la conjonction) et son premier coucher, la possibilité de l’observer s’améliore. C’est le cas en allant d’Est en Ouest, de la Mecque vers Casablanca, par exemple, du fait que la nouvelle lune est âgée de 3 h de plus à son coucher au Maroc qu’à son coucher en Arabie Saoudite.

- Une observation de la nouvelle lune doit être considérée comme nulle, lorsqu’elle est rapportée alors que la conjonction n’a pas encore eu lieu. (21)

- Mais, par-delà toutes ces considérations, et compte tenu des difficultés de communication entre les communautés musulmanes, sur le plan géographique, les oulémas déclarèrent que les habitants de chaque pays devaient appliquer la décision des autorités nationales, concernant le début des mois lunaires.

Ces règles n’avaient, à l’époque, qu’une portée limitée, parce que l’information sur l’observation de la nouvelle lune ne pouvait être véhiculée que sur des zones géographiques restreintes, proches du lieu d’observation. De plus, ceux qui n’avaient pas connaissance de l’observation de la nouvelle lune le soir du 29è j du mois comptabiliseraient un 30è j dans le mois en cours, puis entameraient le décompte du nouveau mois, avec un écart ne dépassant pas 24 h.

Mais, aujourd’hui, du fait de la multiplicité des Etats et des communautés islamiques à travers le monde, le même début de mois est, parfois, égrené comme un chapelet, en plusieurs jours successifs, dans différents pays. Il en fut ainsi pour « Eid al fitr » ou 1er chawal 1429, qui fut célébré en 5 jours différents à travers le monde : dans 1 pays le 29 septembre 2008, dans 19 pays le 30 septembre, dans 25 pays le 1er octobre, dans 5 pays le 2 octobre, et dans 1 communauté le 3 octobre 2008. (22)

Un tel dérapage du calendrier musulman est contraire à la Raison, et ne serait pas possible, si les principes énoncés ci-dessus étaient respectés. C’est la thèse soutenue dès 1965 par Allal el Fassi, un ’alem de l’université Qarawiyine de Fès et ministre marocain des affaires islamiques, dans un rapport sur « le début des mois lunaires » préparé à la demande du roi Hassan II. D’après lui, si un consensus islamique pouvait être réalisé autour d’un tel « retour aux sources », cela pourrait constituer une « voie de progrès » considérable, dans le but d’unifier les dates des célébrations à caractère religieux à travers le monde musulman, en exploitant les possibilités offertes par les technologies modernes de communication. (23)

Ainsi, concernant « eid al fitr » ou 1er chawal 1429, la conjonction eut lieu le 29 septembre 2008 à 8:12 GMT mais, d’après les observatoires astronomiques, la nouvelle lune ne pouvait être observée nulle part sur Terre, ce jour-là. L’observation annoncée par l’Arabie Saoudite, le soir du 29 septembre, était donc erronée. Par contre, le soir du 30 septembre, la nouvelle lune pouvait être observée dans de nombreuses régions du monde. (24) La nouvelle d’une telle observation, où que ce soit sur Terre, au soir du 30 septembre, aurait pu être portée immédiatement à la connaissance de l’ensemble de la planète, grâce aux moyens de télécommunication modernes. Toutes les communautés musulmanes du monde auraient donc pu célébrer « eid el fitr » le même jour, le 1er octobre, compte tenu des principes formulés par les premiers oulémas sur ces questions. (25)

L’écart entre les discours méthodologiques et les pratiques nationales

Mais, dans le souci d’affirmer leur souveraineté, de nombreux Etats musulmans ont défini leurs propres procédures en matière de détermination du début des mois lunaires. Celles-ci sont, parfois, sans rapport avec la méthode d’observation préconisée par les oulémas, comme c’est le cas de la Libye. Ou bien, elles sont, dans certains cas, associées à des paramètres d’ordre astronomique, qui ont pour but d’améliorer la fiabilité de l’observation. (26)

L’Arabie Saoudite applique, ainsi, deux méthodes pour la détermination du début du nouveau mois. Elle utilise, à des fins administratives, un calendrier annuel, basé sur le calcul, connu sous le nom de calendrier d’Umm al Qura, (27) qui tient compte à la fois de la "conjonction" et des horaires de coucher du soleil et de la lune aux coordonnées de La Mecque, le soir du 29è j de chaque mois. Le coucher de la lune après celui du soleil indique le début du nouveau mois. Dans le cas contraire, le mois en cours aura une durée de 30 jours

Mais, l’Etat saoudien estime qu’il n’est pas conforme à la charia d’utiliser le calendrier d’Umm al Qura pour déterminer le début des mois associés à des célébrations religieuses (1er muharram, 1er ramadan, 1er chawal, 1er dhul hijja...). Des commissions spécialisées sont chargées, en de telles occasions, de scruter le ciel à l’oeil nu pour apercevoir la nouvelle lune, avant que le Haut Conseil Judiciaire d’Arabie Saoudite ne décrète le début du nouveau mois.

En Inde, au Pakistan, au Bangladesh, à Oman, au Maroc, au Nigéria, à Trinidad, etc., l’observation de la nouvelle lune doit être attestée par un cadi (juge) ou une commission officielle spécialisée.

En Egypte, le nouveau mois débute après la conjonction, lorsque la nouvelle lune se couche 5 minutes au moins après le coucher du soleil.

En Indonésie, en Malaisie et à Brunei, il débute après la conjonction, lorsque l’âge de la nouvelle lune est supérieur à 8 h, l’altitude < 2° et l’élongation > 3 ° .

Il débute, en Turquie, après la conjonction, quand la nouvelle lune forme un angle de 8° au moins avec le soleil, à une altitude d’au moins 5 ° .

En Libye, le nouveau mois débute si la conjonction se produit avant l’aube (« fajr »), heure locale. 

L’étude de cas spécifiques démontre, cependant, l’existence d’un écart important entre les règles que les différents Etats et communautés islamiques affirment appliquer et leurs pratiques. Cela ressort clairement de l’analyse du cas du 1er ramadan 1426, qui fut célébré en 4 jours différents à travers le monde : le lundi 3 octobre 2005 au Nigéria ; le mardi 4 octobre dans 22 pays, dont l’Arabie Saoudite, l’Algérie, la Mauritanie, la Libye et l’Egypte ; le mercredi 5 octobre dans 23 pays ; et le jeudi 6 octobre dans 3 pays. (28)

D’après les observatoires astronomiques, les observations annoncées par le Nigéria, l’Arabie Saoudite, l’Algérie, la Mauritanie et l’Egypte étaient erronées. (29) Elles n’étaient possibles ni le 2 octobre au Nigéria (la veille de la conjonction) ni le 3 octobre 2005 (au soir de la conjonction), en Arabie Saoudite ou en Algérie, compte tenu des paramètres astronomiques applicables à ces régions. (30) L’Egypte ne pouvait pas, non plus, avoir observé le coucher de la lune 5 minutes après celui du soleil, conformément à la procédure qu’elle disait appliquer. Mais, bien que ces données astronomiques aient été largement connues des experts, et aient été absolument défavorables à toute observation visuelle de la nouvelle lune, les Etats concernés n’en ont tenu aucun compte, en procédant à l’annonce des observations, pour des raisons inexpliquées.

Cependant, l’observation de la nouvelle lune pouvait être effectuée le soir du 4 octobre dans de nombreuses régions du monde (mais non en Europe, au Moyen Orient et en Afrique du Nord). Le jeûne aurait donc pu débuter le 5 octobre dans toutes les communautés musulmanes du monde, si la première observation fiable effectuée quelque part, avait été validée et confirmée par les autorités nationales concernées, puis avait été immédiatement portée à la connaissance des fidèles sur toute la Terre, grâce aux moyens de télécommunication modernes, comme le proposait Allal el Fassi en 1965. Seule la Libye, qui n’utilise pas la méthode d’observation de la nouvelle lune, et se base uniquement sur le critère de la « conjonction réalisée avant l’aube, heure libyenne » aurait débuté le ramadan le 4 octobre.

Les aléas associés à la méthode d’observation mensuelle de la nouvelle lune ont constitué une source de frustration récurrente pour un grand nombre de musulmans, en particulier à l’occasion des grandes célébrations religieuses. Ayant reçu une éducation moderne, ils savent qu’il ne peut exister, sur le plan astronomique, qu’un seul mois lunaire, applicable à l’ensemble de la Terre, débutant au même instant pour tous, et de la même durée dans tous les pays. De nombreux penseurs et dirigeants musulmans en concluent qu’il serait plus raisonnable de déterminer le début des mois islamiques, en se basant sur le calendrier lunaire astronomique, qui peut être établi des années à l’avance, et est parfaitement fiable.

Mais, ils sont confrontés à une question épineuse, à laquelle peu d’entre eux sont en mesure d’apporter une réponse satisfaisante : « Une telle démarche est-elle compatible avec les prescriptions de la charia ? »

Pour Cheikh Abdul Muhsen Al-Obaikan, conseiller du Ministère de la Justice d’Arabie Saoudite, cependant, la réponse est évidente. Dans une interview accordée à un quotidien saoudien le 5 octobre 2005, il déclare : « Compte tenu de l’état d’avancement de la science et de la technologie modernes, utiliser l’œil nu pour déterminer le début et la fin du mois de ramadan relève d’une démarche primitive ... Il n’y a pas d’autre façon de le dire, c’est du sous-développement à l’état pur. » (31)


19. Allal el Fassi : « Aljawab assahih... » op. cit. pp. 21

20. Allal el Fassi : « Aljawab assahih... » op. cit. pp. 18-33

21. Allal el Fassi : « Aljawab assahih... » op. cit. pp. 26-28

22. Allal el Fassi : « Aljawab assahih... » op. cit. p. 22

23. Moonsighting.com  : Premier chawal 1429 "eid al fitr" dans les pays musulmans

24. Allal el Fassi : « Aljawab assahih... » op. cit. p. 25

25. « The Astronomical New Moon is on Monday, September 29, 2008 at 8:12 GMT, 4:12 am EDT, 1:12 am PDT). It will not be visible on September 29 except small possibility in Polynesian Islands. On Tuesday, September 30, it will be visible in New Zealand Australia, Indonesia, South Asia, Africa and Americas. In North America on September 30, it can be seen in Southern belt states. So, Eidul-Fitr is expected on Wednesday, October 1, most of the world, Insha-Allah. Also, according to the criteria adopted by Fiqh Council of North America, and European Council for Fatwa and Research, the first day of Shawwal is on Wednesday, October 1, 2008, which would be after completing 30 days of Ramadan.
In UK moon cannot be sighted on Sep 29 or Sep 30, 2008. Sighting in UK could only be on October 1. However a Fatawa from Deoband, India, is that even if moon is seen in as far south as South Africa, UK will accept that sighting. According to this criterion Eid in UK will be on October 1.In Pakistan, moon may not be seen on September 30, except by high powered telescope. So, Eid in Pakistan is expected to be on Octber 2, 2008. ISNA’s decision is on http://www.isna.net/for Eid to be on Oct. 1, Wednesday”

26. Le calendrier saoudien d’Umm al Qura, préparé sur une base annuelle, donc longtemps à l’avance, avait annoncé le 1 chawal pour le 1 octobre (en application de ses paramètres). Mais, les autorités saoudiennes l’ « ajustèrent » à la dernière minute pour ramener le 1er chawal au 30 septembre 2008, pour des raisons inexpliquées. Le détail de ces « ajustements » est présenté  par l’astronome Robert Harry van Gent dans son article : The Umm-al-Qura calendar of Saudi Arabia dans la section « Advancement and postponement of the Umm al Qura calendar ». A noter que quatorze Etats musulmans ont suivi l’Arabie Saoudite dans cet « ajustement ».

27.  Moonsighting.com : Procédure d’observation de la nouvelle lune par pays

28. Robert Harry van Gent : The Umm-al-Qura calendar of Saudi Arabia

29. Moonsighting.com 1426rmd : Au Nigéria, les autorités annoncèrent que la nouvelle lune avait été aperçue le 2 octobre au soir , et le premier jour de jeûne fut fixé au 3 octobre, alors que la conjonction n’eut lieu que le 3 octobre, dans la matinée.
Le Haut Conseil Judiciaire d’Arabie Saoudite (HCJAS) annonça, pour sa part, que la nouvelle lune avait été aperçue le 3 octobre au soir, alors qu’elle avait moins de 5 h d’âge. Or, d’après les astronomes, il était impossible d’observer une lune aussi jeune (l’âge habituel requis étant d’au moins 18 h). De plus, les autres paramètres astronomiques n’étaient pas favorables à une telle observation. Le début du ramadan fut décrété pour le 4 octobre, date qui concordait avec celle établie de longue date par le calendrier d’Umm al Qura. Huit Etats du Moyen Orient annoncèrent le début du ramadan pour le 4 octobre, en se basant sur l’annonce saoudienne.
L’Algérie, la Mauritanie et l’Egypte annoncèrent également que la nouvelle lune avait été aperçue sur leur territoire le soir du 3 octobre, alors qu’elle était âgée de moins de 9 h dans toute cette zone, à la fois bien trop jeune pour être visible, et associée à des paramètres d’observation défavorables. Pour eux aussi, le ramadan débuta le 4 octobre.
La Libye, quant à elle, débuta le jeûne du ramadan le 4 octobre, du fait que la conjonction s’était produite le 3 octobre dans la matinée, donc avant le « fajr » (aube) du 4 octobre.

30. La multiplicité des rapports erronés relatifs à l’observation de la nouvelle lune, parfois avant même la conjonction, s’explique du fait que les personnes cherchant à apercevoir la nouvelle lune dans le ciel, à son premier coucher, la confondent souvent, de bonne foi, avec d’autres phénomènes naturels.
En effet, comme il a déjà été indiqué, la nouvelle lune ne devient généralement visible que quelques 18 h après la conjonction, et sujet à l’existence de conditions favorables résultant de facteurs tels que le nombre d’heures écoulées depuis la conjonction ; les positions relatives du soleil, du croissant lunaire et de l’observateur ; l’altitude de la lune au coucher du soleil ; le lieu où l’on procède à l’observation ; l’angle formé avec le soleil au moment du coucher ; les conditions d’observation (pollution, humidité, température de l’air, altitude) ; la limite de détection de l’œil humain ; etc.
Dans beaucoup de cas, le jeu de tous ces facteurs la rend très difficile (sinon impossible) à distinguer dans le ciel, à l’oeil nu, à son premier coucher après la conjonction.

31. Moonsighting.com 1426rmd  : Le site spécialisé « Moonsighting.com » explique que la conjonction s’est produite le 3 octobre à 10:28 GMT mais que la nouvelle lune ne pouvait être observée nulle part dans le monde le 3 octobre 2005. Elle pouvait être vue le 4 octobre dans la majeure partie du monde, à l’exception de la plus grande partie de l’Asie et de Europe, où elle ne pourra être vue que le 5 octobre au soir. Par conséquent, le 1er ramadan sera le 5 octobre en Amérique du Nord et dans la plus grande partie du monde, sauf en Europe et dans la plus grande partie de l’Asie.

32. « The Astronomical New Moon is on Monday October 3, 2005 at 10:28 Universal Time. Looking at the visibilty curve one can understand that the moon is in the Southern Hemisphere. The moon is about 15 hours old and being too low on the horizon for North America will set in 14 min. after sunset on west coast. It cannot be seen in North America nor anywhere East of USA October 3. On October 4, it will be visible in most of the world except most of Asia and Europe, where it will be 24 to 31 hours old and less than 2 degrees above the horizon, still not visible. In Europe and most of Asia, it cannot be seen until October 5, when it will be 48 to 55 hours old. Accordingly, the first day of Ramadan will be on Wednesday, October 5, 2005 for North America and most of the world, except most of Asia and Europe”

33. Anver Saad, « The Untold Story of Ramadhan Moon Sighting » Daily muslims, October 07, 2005 : « In an interview with a Saudi newspaper, Saudi religious scholar Sheik Abdul Muhsen Al-Obaikan argued that using the naked eye to determine the beginning and end of Ramadan was primitive in an age of modern science and technology. "There is no other way to put it. It’s pure backwardness," he said. »

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
0 points

Les gens du savoir les plus certifiés estiment que la discorde sur les débuts des mois doit être considérée.

Nul doute qu’il y a entre les débuts du mois un décalage évident. Ce qui témoigne pour cette considération c’est le hadith rapporté par Kouraybe serviteur d’Ibn Abbas.

Oum El Fadhle fille d’El Hareth l’a envoyé pour quelque besoin chez Mouâwiya à Damas.

Il a dit : « Je suis allé à Damas, j’ai exécuté ma tâche. Le mois de Ramadhan a débuté quand j’étais à Damas : J’ai vu le croissant lunaire la nuit du vendredi. Puis, je suis retourné à El-Madina à la fin du mois. »
Ibn Abbas m’a interrogé sur le début du mois : « Quand est-ce que vous avez vu le croissant ? »

Je lui ai dit : « Nous l’avons vu la nuit du vendredi. »
Il a dit : « Toi tu l’as vu ? »

J’ai dit : « Oui et les gens l’ont vu et ont jeûné ainsi que Mouâouiya. »
Il a dit : « Mais nous ne l’avons vu, que la nuit du samedi. Nous jeûnerons jusqu’à completer trente jours ou voir le croissant de Chawal. »
J’ai dit : « Tu ne te contentes pas de la vision de Mouâouiya et de son jeûne (c’est le Khalife) ? »

Il a dit : « Non ! C’est comme cela que nous a ordonnés (de faire) Le Messager d’ALLAH Salla Allahou Alaïhi wa Sallam. »

L’argument évident - dans ce hadith - s’éclaircit d’après les points suivants :

1/ Les musulmans étaient à cette époque une seule nation et avaient un seul état. Mouâouiya était le Khalife et Ibn Abbas lui reconnaissait sa présidence (Khalifa). Si la discorde sur les débuts du mois n’était pas considérée, il n’aurait pas pu le contredire.

2/ Kouraybe est un adepte d’Ibn Abbas : Un des plus illustres et un des meilleurs élèves de ce dernier. Il a informé qu’il a vu le croissant lunaire et que les gens l’ont vu, alors ils ont tous jeûnés (à Damas).

3/ Ibn Abbas a dit : « C’est comme cela que le Prophète, Salla Allahou Alaïhi wa Sallam, nous a ordonnés de faire. » Il a attribué l’ordre au Prophète, Salla Allahou Alaïhi wa Sallam. Il connaît bien le sens du terme et le risque qu’il encourt devant Dieu, en attribuant une chose au Prophète, Salla Allahou Alaïhi wa Sallam, qu’il n’a pas dit, ni textuellement, ni comprise du sens de se termes.
Quant à l’entente des gens sur la même vision (du croissant lunaire) en ce qui concerne le jour d’Arafat (pendant le pèlerinage) c’est parce qu’ils sont dans un même lieu. Il faut bien qu’ils aient une même vision

X
0 points

vero a dit :
« Cet ahurissant fatras de calculs ineptes qui prétendent que cela ferait plaisir à dieu qu’on arrête de bouffer le lundi matin plutôt que le mardi porte un nom : superstition ! ou plus familièrement,en bon français : ça s’appelle enculer les mouches. Bien sûr, le temps perdu à ces imbécillités ne se rattrape pas, d’où le retard abyssal des adeptes de ces gesticulations mentales grotesques. Et ça ne s’arrangera pas ! Cinq siécles de retard,et ça continue de s’accumuler...pauvres gens, par millions, aux vies gâchées par un lavage de cerveau dont l’immense majorité sont incapables de se détacher, qui vont traverser la vie et le monde sans rien y comprendre, ni même essayer : des millions de vies totalement inutiles.Merci au hasard qui me permet d’échapper à cette malédiction ! »

Salut vero,

Je vous trouve très trivial(e) dans vos propos. Et le hasard ne vous pas empêché (e) de venir « pondre » une analyse grossière et dépourvue d’intérêt et pleine de préjugés.

Que connaissez-vous de ces millions de pauvres gens dont vous parlez ? Et puisque vous semblez avoir tout compris du monde, à l’image de la lune, éclairez-nous donc au lieu de faire dans l’insulte à l’égard de choses dont vous ignorez tout.

Vous pouvez toujours fuir, la réalité finit toujours par se rappeler à vous à commencer par le fait que vous, tous les êtres humains dont moi-même sommes mortels. Et là le hasard ne peut rien pour vous.

Cet article a le mérite de mettre en avant des points sur lesquels il faut travailler pour arriver à emprunter la voie la plus sage.

Au fait vero, la prochaine fois que vous verrez la lune, observez-la bien, c’est un spectacle magnifique !

X
0 points

Ou, pour le dire plus calmement que Vero, dont je comprends parfaitement la rogne, faudrait peut-être commencer à vivre dans une certaine modernité. Qui a dit qu’il fallait vivre dans l’obscurité, les amphigouris et les tripatouillages d’un autre âge !

X
0 points

Il y a une réelle différence entre la critique constructive, très bénéfique, et l’insulte.

Je me demandes parfois, en lisant certains textes, si le modérateur faisait la sieste à ce moment là. Trouvez vous vraiment normal qu’un texte aussi insultant que celui de Véro soit publié ? Moi pas.

X
0 points

Pour répondre à Véro.

Je vous souhaite de retrouver la raison.
Contrairement à vous, les musulmans ainsi que tous les croyants du monde entier ne croient pas au hasard. Car s’il le hasard existait, cela voudrait dire que tous ce que nous faisons serai vain, n’aurait aucune utilité. En parlant de notre soit disant retard de civilisation, comme vous aimez si bien le dire, je vous invite à avoir un autre point de vu. Vous croyez que l’occident est en avance, que le confort matériel est la finalité à toute vie humaine. Mais nous on vous plaint, mais vous n’imaginez pas à quel point. Car un croyant n’a pas besoin d’être riche pour être heureux. Quand on voit les préjudices causés par cette soit disant civilisation ( Guerres, pollution, famille déchiré, inhumanité...), je peux vous dire que vous êtes loin de la vérité.
Mais bon, il y aurait tellement de chose à dire, que seul le Créateur pourrait vous ouvrir les yeux.
Qu’Allah nous guide.

X
0 points

"Les serviteurs du Tout Miséricordieux sont ceux qui marchent humblement sur terre, qui, lorsque les ignorants s’adressent à eux, disent : "Paix""
[25:63] Le discernement (Al Furqane)

Paix à tous les Verrues euh..Vero et Illusoires du monde entier et qui ne sont pas là par « hasard » !

« Nous avons mis des voiles sur leurs cœurs, de sorte qu’ils ne le comprennent pas : et dans leurs oreilles, une lourdeur. Et quand, dans le Coran , tu évoques Ton Seigneur l’Unique, ils tournent le dos par répulsion. » Sourate 17, Al Isra’ (Le voyage nocturne), verset 46

Nous avons destiné beaucoup de djinns et d’hommes pour l’Enfer. Ils ont des cœurs, mais ne comprennent pas avec. Ils ont des yeux, mais ne voient pas avec. Ils ont des oreilles, mais n’entendent pas avec. Ceux-là sont comme les bestiaux, même plus égarés . Tels sont les insouciants. Sourate 7, Al-a3raf ,verset 179

X
0 points

La règle énoncée par le Prophète pour la détermination du début des mois islamiques (consistant à voir soi-même la nouvelle lune, ou à apprendre de source fiable qu’elle a été observée quelque part) répondait parfaitement aux besoins de petites communautés ou d’individus isolés voyageant dans le désert. Mais, son application à des populations entières, vivant sur des territoires étendus, soulevait de grandes difficultés d’ordre théorique et pratique.

Et voilà le décor est planté !!!
C’est dit et écrit noir sur blanc : c’est la faute à cette règle énoncée par El-Habib 3alaihi essalat wa essalaam !

Et oui ! Chaque jour qui passe nous apporte son lot de surprises !
Décidément, le site Oumma.com est une tribune pour une certaine conception de l’Islam ...

La référence principale de cet auteur étant Allal El-Fassi. La mienne, El-Qur’aan et la Sunna du Prophète SAWS.
Excusez-moi du peu.

Allah Soub7anah a voulu que ce Diin soit simple dans ses axiomes fondamentaux et dans sa pratique de telle sorte que le plus humble d’entre les humains puisse le suivre sans difficulté :

Al-Baqara [2:185] :

Shahru ramadan elladhii ounzila fiihi elqur’aanu houdan li-ennasi wa bayyinatin mina elhuda wa elfurqani fa man shahida minkumu eshshahra falyasumhu wa man kana mareedan aw 3alaa safarin fa3iddatun min ayamin oukhra youriidou Allahou bikumu alyusra wa laa yuriidu bii kumu el3usra wa litukmilou el-3iddata wal itukabbirou Allaha 3alaa maa hadakum wa la3allakum tashkurouna

"youriidou Allahou bikoum el-yousra wa laa youriidou biikoumou el-3ousra"

Allah veut pour nous la facilité (simplicité) et non pas la difficulté (la complexité et la sophistication).

Ainsi donc il y a bien un principe de simplicité de la pratique de l’Islam incarné par le Prophète lui-même SAWS.

Aujourd’hui certains se considérant plus savants, nous proposent de faire dépendre Diin Allah des technologies les plus sophistiquées : les ordinateurs, les télécommunications, les satellites, les laboratoires de recherche, etc. De telle sorte que Diin Allah dépende désormais de l’industrie de la haute technologie et des marchés financiers.
C’est à se demander si ces gens là ne sont pas actionnaires auprès des opérateurs de télécommunications ?

Le critère essentiel pris en compte dans cet article est la détermination absolue de la date du nouveau croissant lunaire pour mettre d’accord les gouvernements des pays musulmans et non pas la pratique de l’Islam qui est pris comme prétexte.

L’observation d’une nouvelle lune devait donc, logiquement, marquer le début du nouveau mois lunaire pour l’ensemble de la Terre.

Notez bien : " l’ensemble de la Terre ". Alors que El-Qur’aan et le Prophète SAWS insistent sur l’aspect relatif de la vision du croissant lunaire : le verbe "shahida" est bien là pour nous le rappeler (connotation de voisinage et de proximité entre l’observateur et le témoin de l’observation).

Je fais remarquer à l’auteur que l’astronomie la plus élémentaire nous apprend qu’il n’y a pas de nouveau croissant lunaire universel et absolu "pour l’ensemble de la Terre".

Ainsi donc cet auteur substitue le problème de la pratique quotidienne de l’Islam à un tout autre problème qui est d’ordre politique entre les gouvernements pour la fabrication d’une mesure de temps centralisée.

Cette problématique est totalement étrangère à la pratique de l’Islam qui doit être indépendante de toute activité de recherche scientifique et de toute technologie sophistiquée comme l’avait énoncé le Prophète sala Allahou wa salaam.

La pratique de l’Islam doit être à la portée de n’importe qui pourvu qu’il soit en bonne santé et indépendante de sa richesse.

Ainsi, mine de rien, cet article oriente le lecteur, vers la conclusion déjà décidée avant même de déployer l’argumentaire et la démonstration. Et ainsi de poser un problème étranger à la pratique de l’Islam :

Par exemple, une fois la nouvelle lune observée de manière fiable, quelque part, comment cette information serait-elle portée à la connaissance de populations vivant sur de vastes territoires, ou parfois même en des régions très éloignées (comme l’Espagne par rapport à l’Arabie) ?

En effet. Comment ? :))

Même la vitesse de la lumière ne peut répondre à une telle exigence pour transmettre cette information. Il y a toujours un léger différé. Léger certes mais différé quand même. A moins d’utiliser le phénomène d’intrication en Mécanique Quantique et ... encore !

Et voilà ! Tout musulman se doit d’être connecté à un réseau de télécommunication fiable. Et derrière, toute l’infrastructure scientifique, technologique, industrielle, et last but not least, financière, pour pouvoir avoir une mesure du temps absolue ! Et bien sûr une horloge centrale basée, j’en suis sûr, en Arabie Saoudite pour diriger tout le monde musulman à la baguette !

Faisons remarquer, en passant, que même la Physique Relativiste rejette une telle conception du "temps". Car le "temps" absolu ou universel n’existe pas ! Il n’y a pas de signal qui puisse voyager à une vitesse infinie !!!
Voyez donc comment ce 7adith du Prophète SAWS était en avance sur son temps !

Quel est l’objectif essentiel en Islam ?

  •  C’est de faire des calculs pour déterminer la date du nouveau croissant lunaire ?
  •  Ou bien de rappeler aux êtres humains leur Créateur ?

    Faire entrer les sophistications du calcul et de la Technologie dans la pratique de l’Islam est extrêmement dangereux pour ceux qui vivent pauvrement et pour les générations futures car cela ferait dépendre cette pratique de la possession de la maitrise du calcul et de la haute technologie. Et qui sait de quoi demain sera fait ?

    Pour Cheikh Abdul Muhsen Al-Obaikan, conseiller du Ministère de la Justice d’Arabie Saoudite, cependant, la réponse est évidente. Dans une interview accordée à un quotidien saoudien le 5 octobre 2005, il déclare : « Compte tenu de l’état d’avancement de la science et de la technologie modernes, utiliser l’œil nu pour déterminer le début et la fin du mois de ramadan relève d’une démarche primitive ... Il n’y a pas d’autre façon de le dire, c’est du sous-développement à l’état pur. »

    Dois-je commenter cette déclaration qui est une véritable méprise de la règle dictée par le Prophète SAWS.
    Dans ce cas là comment interpréter ce verset :

    Al-7ashr (59:7) :

    Maa afaa Allahu 3alaa rassoulihi miin ahli elqura falillahi wa lirrasouli wa lidhii elqurba wa elyatama wa elmasakiini wa ibni essabiili kay laa yakouna doulatan bayna el-aghniya’i minkum wa maa atakumu errasoulu fakhudhuhu wa maa nahakum 3anhu faintahou wa ittaqou Allaha inna Allaha shadiidu el3iqabi

    "wa maa atakumu errasoulu fakhudhuhu wa maa nahakum 3anhu faintahou"

    La réponse à la question posée par l’auteur dans le titre de l’article est celle-ci : le mois islamique n’est ni universel ni national . Il est relatif à l’endroit où le musulman se trouve qu’il soit pauvre ou riche. Cela conformément à la règle énoncée par le Prophète SAWS.

    J’invite les lecteurs à lire ces documents qui donnent un autre point de vue :
    http://www.zaytuna.org/forms/cesarean%20abridged3.pdf

    et :

    http://www.islamicity.com/ramadan/Moonsighting_vs_Moonfighting.shtml

    wa essalaam

  • X
    0 points

    Ne nous posons-nous pas des questions qui n’ont plus de sens ?

    Le grand défi est présenté par l’évolution du monde. Qui lui, évolue en permanence et tout seul, parce que c’est comme ça et que c’est inévitable.

    Normalement, un monde au contact de la Vraie Religion devrait fort logiquement dominer le monde. Et depuis longtemps. Et il n’en est rien.

    X
    0 points

    Cela a-t-il de l’importance ?