L’UMP, colleur d’affiches pour le Front National

Retenez bien son nom car il est probablement promis à un bel avenir en politique : Geoffroy Didier. En campagne pour les élections cantonales, l’homme âgé de 34 ans illustre la frange droitière et décomplexée au sein du parti de Nicolas Sarkozy. Candidat à Gonesse, dans le Val d’Oise, ce conseiller régional de l’UMP a diffusé un tract aux relents ouvertement islamophobes.

L’UMP, colleur d’affiches pour le Front National

Retenez bien son nom car il est probablement promis à un bel avenir en politique : Geoffroy Didier. En campagne pour les élections cantonales, l’homme âgé de 34 ans illustre la frange droitière et décomplexée au sein du parti de Nicolas Sarkozy. Candidat à Gonesse, dans le Val d’Oise, ce conseiller régional de l’UMP a diffusé un tract aux relents ouvertement islamophobes.

 

Dominique Lefevbre, premier secrétaire fédéral du PS local, dénonce une « duplicité choquante » dans l’occultation du logo UMP sur un tract jugé « xénophobe ». Se disant « profondément dégoûté », Luc Broussy, conseiller général également socialiste, évoque, pour sa part, un document « immonde » émanant d’un « petit extrémiste en herbe ».

Brice Academy

Parachuté dans le département pour s’emparer d’un bastion de la gauche, Geoffroy Didier use facilement d’un vocabulaire martial, se qualifiant lui-même d’« artisan de la reconquête » sur une « terre de combat ». En attendant une nouvelle Reconquista face aux modernes Maures, ce partisan déclaré de « l’ordre, l’autorité et la loi de notre pays » s’est formé à bonne école : de 2005 à 2010, il était le conseiller de Brice Hortefeux, notamment au ministère de l’Immigration et de l’Intérieur. Diplômé de Sciences Po et de l’Essec, passé par les prestigieuses universités de Harvard et Columbia, Geoffroy Didier, avocat de profession, démontre, s’il en était besoin, que la valeur intellectuelle d’un homme politique n’est pas nécessairement synonyme de probité morale et d’éthique républicaine. En désignant explicitement l’identité d’un ennemi à ses électeurs, Geoffroy Didier incarne, à sa mesure, la lepénisation en cours de l’UMP. Cet amalgame, récurrent dans le discours actuel, entre l’édification de minarets, la burqa et « l’asservissement de la femme » participe du regain de l’islamophobie dans l’opinion publique.

Reste à savoir si cette communication politique racoleuse, digne de son ancien mentor condamné pour « injures raciales », sera sanctionnée par la direction de l’UMP. Au risque d’un nécessaire rétropédalage : le mois dernier, Geoffroy Didier s’était vu adoubé par le nouveau secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, qui l’avait nommé secrétaire national au sein du bureau politique. Affinités électives : entre le promoteur du débat sur l’islam et l’opposant aux minarets dans le Val d’Oise, le charme a visiblement opéré.

Publicité

Auteur : Hicham Hamza

Journaliste

hhamza@oumma.com

commentaires