Encore un petit effort Madame Chabot…

Arlette Chabot qui officie sur la chaîne du service public France 2 en tant que « journaliste -animatrice 

par

mercredi 5 novembre 2003

Arlette Chabot qui officie sur la chaîne du service public France 2 en tant que « journaliste -animatrice », a littéralement transformé l’émission « mots croisés » en croisade cathodique contre l’islam, comme en témoigne le pseudo débat du lundi 3 novembre autour du thème « islam et laïcité ».

Selon une technique désormais éprouvée, Arlette Chabot nous présente benoîtement un plateau d’invités censé présenter un certain équilibre idéologique, mais qui s’avère être en fait une véritable embuscade pour l’invité de confession musulmane, condamné d’emblée à un isolement soigneusement préparé. Cet invité musulman qui habituellement est un basketteur, un judoka quand ce n’est pas un peintre en bâtiment était représenté cette fois-ci, par un élu du Conseil Français du Culte Musulman, en l’occurrence Youcef Mammeri dont la prestation au cours de ce débat a été plus qu’honorable, malgré cet environnement hostile. Obligé de comparaître pour paraître, comme aime à le préciser Alain Finkielkraut, Youcef Mammeri a tenté de sortir du box des accusés. Il a eu beau affirmer sereinement , arguments à l’appui, qu’il était un citoyen français respectueux de la laïcité et des valeurs républicaines, ses autres interlocuteurs ont préféré l’anathème au débat, en se lançant dans un procès stalinien dont Arlette Chabot était la procureur en chef. Parmi les contradicteurs du courageux Youcef Mammeri, était présent François Baroin, le député nouvelle vague du parti UMP. Rares sont ceux qui se souviennent de ce jeune pouce en politique à qui le premier ministre de l’époque, Alain Juppé avait donné un hochet1 pour l’occuper dans son gouvernement, avant de disparaître. Le mort-né Baroin tente aujourd’hui de renaître en politique, en se présentant au garde-à-vous comme un valeureux défenseur d’une laïcité menacée par l’Islam. Dans son vaillant sauvetage de la République, Baroin a pu compter sur le soutien de l’inénarrable Rachid Kaci. Ce dernier dont on ignorait qu’il savait écrire, en a profité pour faire la promotion de son livre intitulé « La République des lâches », dans laquelle nul doute son auteur doit figurer en bonne place. L’islamophobe « musulman » Kaci, était également relayé dans son homélie alarmiste par une dénommée Gaye Petek, directrice de l’association ELELE. Cette « laïcarde », sectaire et d’une profonde intolérance a balayé d’un revers de main l’existence supposée d’une islamophobie en France.

Mais ce traquenard n’est rien à côté de la jolie petite surprise que nous a réservée Artlette Chabot en fin d’émission. Alors que le débat prenait une tournure franco-française, l’animatrice nous propose de sonder d’autres modèles de laïcité. On s’attendait légitiment à un voyage dans un Etat démocratique, comme l’Angleterre, l’Allemagne ou encore la Belgique. Mais la journaliste Chabot déterminée à mener à bien sa croisade, nous convie à un détour exotique en Tunisie, d’où une « avocate » maître Hamida Labidi-Mrabet avait fourbi ses armes à travers un discours préparé visiblement par les sbires du Président tunisien. « L’avocate » commence aussitôt par égrener le traditionnel couplet de lutte contre l’intégrisme, agrémenté d’un hommage dithyrambique à l’action du Président Ben Ali, devenu par la magie d’Arlette Chabot un démocrate exemplaire. Youcef Mammeri interpelle alors l’avocate de Ben Ali qui proposait tout simplement à la France de s’inspirer des méthodes violentes du Général-Président : « Vous êtres donc pour le développement de la torture en France » lance Youcef Mammeri à l’avocate dont le nez était encore plongé dans son discours de propagande. Arlette Chabot visiblement embarrassée, s’empresse aussitôt de couper la parole à ce musulman insolent : « Ce n’est pas le problème » rétorque- t-elle. La boucle est bouclée !

La tendresse touchante d’Arlette Chabot pour les systèmes laïques inspirés par les régimes dictatoriaux, ne manquera pas de nous réserver au cours d’une prochaine émission une nouvelle surprise dont elle a désormais le secret. Arlette Chabot pourrait par exemple interroger le criminel de guerre serbe Slobodan Milosevic, qui interviendrait en duplex, depuis sa prison pour nous expliquer, comment il a réglé à coup de massacres dans les années 90, la présence problématique d’une communauté musulmane dans son pays. Encore un petit effort Madame Chabot, vous y êtes presque…

Notes :

1 François Baroin a occupé durant 6 mois en 1995 la fonction de porte-parole éphémère du gouvernement d’Alain Juppé.

Publicité

Auteur : Saïd Branine

commentaires