Bruno Guigue : le devoir de dénoncer sanctionné.

En mettant en oeuvre, à l’encontre d’un de ses représentants, accusé de ne pas avoir respecté le devoi

par

mardi 25 mars 2008

Bruno Guigue, haut fonctionnaire de la République, spécialiste du Moyen Orient, vient d’être limogé de son poste de sous-préfet par sa ministre de tutelle, Madame Michèle Alliot-Marie.

Il lui est reproché d’avoir publié le 13 mars 2008, une analyse intitulée « Quand le lobby pro-israélien se déchaîne contre l’ONU », en réaction à une tribune d’intellectuels inconditionnels d’Israël visant à déconsidérer l’ONU et à condamner des résolutions du Conseil des Droits de l’Homme, alors même que la « communauté internationale » réunie au sein des Nations Unies assume une responsabilité majeure pour sauver le processus de paix au Proche-Orient.

Le MRAP qui jouit, depuis 1974, du statut consultatif auprès du Conseil Economique et Social de l’ONU et participe, à ce titre, aux structures de consultation des ONG, condamne le limogeage de M. Guigue qui suscite sa totale incompréhension. En effet, Bruno Guigue a déjà publié plus d’une quinzaine de tribunes sans qu’une quelconque sanction ne vienne le frapper.

Si nombre d’opposants à la politique menée par les gouvernements israéliens successifs ont eu à souffrir de campagnes de dénigrement systématique - dont l’odieux le plus extrême va jusqu’à les accuser d’antisémitisme pour mieux les disqualifier - aujourd’hui avec le limogeage de monsieur Guigue, sous-préfet de la République, mais qui en l’occurrence s’est exprimé en tant que citoyen, c’est la République elle-même qui connaît une dérive regrettable et dangereuse.

En mettant en oeuvre, à l’encontre d’un de ses représentants, accusé de ne pas avoir respecté le devoir de réserve, une véritable manoeuvre d’intimidation, le pouvoir en place démontre une nouvelle fois que la critique de la politique d’Israël relève d’un tabou qu’il est toujours dangereux de transgresser. Et c’est bien là également la preuve d’un changement profond et inquiétant de la politique française au Moyen-Orient.

Si chacun a encore le loisir démocratique dans notre pays de critiquer n’importe quel Etat dans ses politiques, y compris la France, il existerait une exception inadmissible à cette règle concernant le droit de critiquer la politique israélienne.

Le MRAP condamne le limogeage de Monsieur Guigue et demande sa réintégration immédiate dans ses fonctions de sous-préfet. Il en va de l’honneur d’un homme de courage et de conviction qui ose dire des vérités qui dérangent. Mais il en va aussi de celui de la République.

  Secrétariat de Direction Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples

Publicité

Auteur : Le MRAP

Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples 43 boulevard Magenta 75010 Paris tél : 01.53.38.99.99 fax : 01.40.40.90.98

commentaires