Alija Izetbegovic : la mort d’un juste ou l’itinéraire d’un intellectuel décomplexé !

« Je voudrais donner le conseil d’exclure la vengeance mais de réclamer la justice et la vérité. Que pe

par

lundi 27 octobre 2003

La mort d'un juste

« Je voudrais donner le conseil d'exclure la vengeance mais de réclamer la justice et la vérité. Que personne ne cherche la vengeance, car la vengeance attire le mal »

L'auteur de cette phrase testament est mort le 19 octobre 2003, au centre clinico-hospitalier de Sarajevo. Il s'agit tout simplement d' Alija Izetbegovic ancien Président bosniaque.

Acteur actif de l'histoire tragique bosniaque, homme pieux, intellectuel décomplexé, militant chevronné, démocrate convaincu, sa détermination n'avait d'égale que son pragmatisme.

Humble, courageux, déjà à l'époque où la critique était interdite, il fera connaissance avec les geôles des futurs bourreaux de son peuple.

Visionnaire, dans sa « Déclaration islamique » il mobilisera la mémoire des siens contre la déculturation programmée par les socialo-communistes.

Résistant, l'homme symbolise à lui seul le siège de Sarajevo. Ses mises en garde contre un ethnocide ne trouveront jamais d'échos chez les grands de ce monde. Leur silence complice et leur lâcheté seront le moteur de la bête immonde.

Alija Izetbegovic avait conscience que l'intellectuel ne pouvait être fécond, qu'en étant présent au monde. Il s'intéressera alors à nombre de disciplines : agronomie, droit, philosophie, histoire et théologie, et milita avec abnégation pour la liberté des siens.

Homme de conviction, ferme sur les principes, ouvert au dialogue, trait d'union entre les cultures, son livre, l'islam entre l'est et l'ouest est un hymne à la tolérance.

Les soubresauts de l'histoire, avec la chute du mûr de Berlin et l'écroulement de l'idéologie de la domination ont entrouvert une fenêtre d'espoir et une promesse pour l'avenir. Dès lors l'homme politique a cru que l'heure de la libération des siens avait sonné, et que le nouvel ordre mondial allait satisfaire la revendication légitime d'indépendance, d'une Bosnie démocratique et islamique.

Le rêve devint cauchemar. Ce qui était permis aux orthodoxes Serbes, aux chrétiens Slovènes et croates était tout simplement défendu aux musulmans !

C'est la guerre, une guerre imposée par les serbes. Les musulmans bosniaques n'auront pas leur Etat. Ils subiront dans leur chaire la folie serbe et la complicité du monde « civilisé. »

le Président résistant, Alija Izetbegovic ne pourra rien contre l'inertie de l'ONU. Le massacre de Srebrenica restera une plaie à jamais ouverte dans la conscience humaine !

Des milliers d'hommes seront sacrifiés sur l'autel de la lâcheté et de la compromission et sous le regard des satellites espions !

Alija Izetbegovic homme de paix, fera son possible en négociant une paix juste, mais c'est la pax americana qui finira par s'imposer. Les accords injustes de Dayton hypothéqueront à jamais son rêve.

Il y a quelques années à une question d'un proche sur cette épisode de l'histoire, Alija Izetbegovic répondra ainsi « entre le mauvais et le pire, nous avons choisi l'incertitude ! » puis il a paraphrasé Claudel «  Lorsque l'homme a imaginé le paradis sur terre, cela a fait de suite un enfer très convenable ! » Repose en paix Alija, l'histoire te rendra justice

Livre Alija Izetbegovic :

L'Islam entre l'Est et l'Ouest, éditions François-Xavier de Guibert

Pour vous procurer ce livre, cliquez ici

Publicité

Auteur : Yacine Saadi

Consultant International

commentaires