Abdelwahab Meddeb intellectuel chéri par le régime de Ben Ali

Oumma.com publie en exclusivité ce document de l’Ambassade de Tunisie à Paris, rendant compte d’une réc

lundi 24 janvier 2011

Oumma.com publie en exclusivité ce document de l’Ambassade de Tunisie à Paris, rendant compte d’une réception officielle organisée en l’honneur de l’écrivain franco-tunisien Abdelwahab Meddeb, en mars 2004. A l’époque, le discours d’hommage avait été prononcé par Mezri Haddad, ancien ambassadeur de Tunisie à l’UNESCO, bien connu de la presse française, pour avoir justifié la répression sanglante des récentes protestations qui ont fait plus de 70 morts et des milliers de blessés. Ce document prouve qu’A. Meddeb ne s’est pas contenté de rester silencieux mais a clairement soutenu la dictature du général Ben Ali, alors que les opposants politiques en exil à Paris, tels que Moncef Marzouki (opposant historique), faisait l’objet de harcèlement permanent de la police secrète tunisienne en France.

Bien évidemment, A. Meddeb n’a jamais invité dans ses émissions de France Culture le moindre écrivain tunisien opposant ou indépendant, cherchant à préserver ses entrées auprès du régime de Ben Ali. Il a pratiqué au sein de France Culture (radio française financée par le contribuable !) les critères de censure proches de ceux de la radio d’Etat en Tunisie sous l’ère Ben Ali. Le document publié ci-dessous est la copie originale du lien du site Internet de l’Ambassade de Tunisie à Paris qui depuis a été détruit (cliquez ici)

Les négationnistes de l’histoire tunisienne ont déjà commencé à agir : les documents gênants pour un certain nombre de personnalités compromis avec le régime de Ben Ali sont en train d’être détruits. Heureusement, oumma.com a retrouvé dans ses archives ce lien internet qu’il vous livre en exclusivité.

Copie originale du lien du site de l’Ambassade de Tunisie à Paris : http://www.amb-tunisie.fr :

« Hommage à Abdelwahab Meddeb »

Ambassade de Tunisie16 mars 2004

Dans le cadre des efforts de l’Ambassade visant à encourager les intellectuels et hommes de lettres tunisiens résidant en France, l’Ambassadeur Moncer Rouissi a offert une réception en l’honneur de l’écrivain et poète Abdelawahab Meddeb, récompensé par le Prix François Mauriac pour son livre " La maladie de l’Islam " et le Prix Max Jacob pour son recueil de poèmes ".

La matière des oiseaux ". Y ont été conviés des représentants des milieux littéraires, des médias et du corps diplomatique ainsi que de nombreux amis de la Tunisie. Dans son allocution de bienvenue, M. Moncer Rouissi a exprimé tout son plaisir d’honorer Abdelawahab Meddeb l’écrivain, le poète, le penseur et l’homme de lettres. Il a salué en lui la richesse de la production littéraire et la profondeur de la réflexion sur l’Islam et ses rapports avec son environnement social et politique.

M. Samir Marzouki, ancien Directeur de l’Ecole Normale Supérieure, a pour sa part salué la pensée originale de Abdelawahab Meddeb, " un des meilleurs écrivains tunisiens ", qui a consacré sa vie à " une oeuvre de réflexion et de rapprochement entre les peuples ". Enfin, l’universitaire Mezri Haddad a rendu hommage à l’oeuvre de Abdelwahab Meddeb qui y parait un " redoutable opposant aux thèses intégristes " ».

Fin du document.

Publicité

commentaires