Jeudi 11 December 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Bombardement de la Syrie : La guerre d’après

Bombardement de la Syrie : La guerre d’après
fr
http://oumma.com/sites/default/files/bombarder_la_syrie.jpg

Bombarderont, bombarderont pas ? – Ils bombarderont tôt ou tard, bien que l’opinion publique occidentale soit contre. Ils bombarderont parce qu’Israël, le lobby militaro-industriel et les régimes arabes qui lui sont inféodés le veulent (...)

Partagez :

Bombarderont, bombarderont pas ? – Ils bombarderont tôt ou tard, bien que l’opinion publique occidentale soit contre. Ils bombarderont parce qu’Israël, le lobby militaro-industriel et les régimes arabes qui lui sont inféodés le veulent, parce qu’il faut renverser un régime qui leur a rendu bien des services pendant les guerres du Golfe ou comme sous-traitant de la CIA pour ses interrogatoires musclés, mais qui ne cadre plus – comme hier ceux de Moubarak et de Kadhafi - avec leur plan de redécoupage et de « rééquilibrage » du monde arabe.

Le protocole secret

L’utilisation de gaz de combat est un prétexte parmi d’autres pour diaboliser Bachar al-Assad et tirer, pour commencer, quelques missiles de croisière. Obama, Cameron, Hollande et consorts se moquent de savoir qui a vraiment gazé des habitants dans la banlieue de Damas, et pourquoi.

Il est vrai que par rapport à l’enjeu du conflit, les dizaines de milliers de morts depuis deux ans et demi – majoritairement musulmans– comptent peu. En avalisant les 13 points du Protocole de Doha de novembre 2012 – secret, comme l’étaient les Accords Sykes-Picot de 1916 - l’opposition syrienne pro-occidentale s’est engagée, notamment, à« geler » les relations économiques et militaires de Damas avec Moscou, Pékin et Téhéran ; à ne faire valoir les droits de la Syrie sur le plateau Golan que par des moyens uniquement politiques – autant dire à ne jamais les recouvrer – ; à rompre ses relations avec le Hezbollah libanais et la résistance palestinienne ; à autoriser le passage d’un oléoduc alimentant Israël en eau du barrage Atatürk et celui d’un gazoduc qatari à destination de la Turquie et de l’Europe (1).

Les Occidentaux auraient pu aller jusqu’à demander à l’opposition syrienne de reconnaître Israël, mais c’eut été la diviser encore plus. En cas de renversement du régime - ce qui ne semble pas être pour demain - rien ne dit que ces exigences seraient respectées. Pour l’instant, Bachar al-Assad, dont la chute semble à terme inéluctable - parce que programmée, quelle qu’en soit le coût humain - s’en sort plutôt bien. La guerre civile l’a renforcé dans son parti, au sein de sa secte religieuse et aux yeux de cercles nationalistes arabes en mal de leader. Pour quelqu’un qui n’a pas brillé par sa gouvernance de la Syrie les dix années qui ont précédé le déclenchement de la guerre civile, cela tient du miracle.

Poker menteur

On peut se demander, si les bombardements « ciblés » annoncés ne préparent pas plutôt « la guerre d’après », contre les moudjahidine duFront al-Nosra ou de L’Etat islamique en Irak et au Levant. Les états-majors de la coalition anti-Assad tiennent surtout à détruire des dépôts d’armes de destruction massive dont les islamistes pourraient s’emparer. Parallèlement, les services secrets – et le Mossad - s’emploient à réduire l’influence des brigades salafistes en finançant la création de Sahwa, des milices syriennes sunnites recrutées parmi les rebelles de l’ALS (Armée Syrienne Libre) et dans les tribus bédouines, comme l’a fait la CIA en Irak.

Dans la région d’Al-Anbar, l’opération s’était déroulée avec un certain succès, réduisant le nombre des GI tués ou blessés. Ce qui n’était pas prévu, c’est qu’Al-Qaïda supplante les organisations islamiques de résistance et étende son emprise partout dans le pays. Le régime Maliki –qui soutient par ailleurs Bachar al-Assad – demande maintenant au Pentagone d’installer des bases de drones-tueurs pour détruire les camps d’entrainement salafistes jouxtant la frontière syrienne. On a l’impression d’assister au Proche-Orient, en live, à une partie de poker menteur. Qui peut dire de quoi demain sera fait ?

Notes:

(1)Syrie-opposition : « Protocole de Doha » : Fin de l’Etat syrien, par Nouredine Merdaci

http://www.afrique-asie.fr/menu/actualite/4388-syrie-opposition-protocole-de-doha-fin-de-l-etat-syrien.html

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
baraa
419 points

Les informations communiquées et l'analyse est intéressante mais les conclusions sont un peu pessimistes. Le gouvernement syrien a réalisé récemment des réformes qui le rendent plus populaire qu'auparavant auprès de sa population, en particulier auprès des musulmans sunnites effrayés par le terrorisme takfiriste. Par ailleurs qui dit que "l'empire otano-atlantique" ne tire pas ses dernières cartouches de grande puissance essouflée et n'est pas en train d'être remplacé étape par étape par une nouvelle coalition mieux équilibrée et économiquement plus rationnelle autour du BRICS et des pays non alignés ? L'empire USAnien n'est il pas en train de devenir "l'homme malade" du monde à l'image de l'empire ottoman du XIXe siècle ? Si tel est le cas, alors l'Etat syrien se retrouvera du côté du vainqueur, ce qu'on ne peut exclure désormais, d'autant plus que la coalition américaine s'effrite visiblement : Angleterre, Allemagne, Algérie, Italie, Egypte, etc.

X
l'amazigh
-18 points

C'est navrant de voir à quel point les arabo-musulmans sont pour quelques euros manipulables à souhait . Mais rien d'étonnant , il suffit de voir les couleuvres que oumma.com qu'il avale pour exister, en faiant la part belle aux commentaires des fachos islamophobes de ce site pour 5 euros par moi . Un seul mot : la HONTE

X
Rachid Zani
-302 points
X
Liliane Bénard
-309 points

Gilles Munier a raison de reconnaître son ignorance vis à vis de l'avenir. Cette ignorance ne nous empêche pas cependant d'analyser une situation explosive ainsi que des ingérences qui s'accompagnent d'un véritable poker menteur.
Qui nous dira la vérité ?

X
anas4120
12 points

La politique de diviser pour mieux régner est à l’œuvre. Un texte très instructif à méditer attentivement.

«La désintégration de la Syrie et de l’Irak en provinces ethniquement ou religieusement homogènes, comme au Liban, est l’objectif prioritaire d’Israël, à long terme, sur son front est ; à court terme, l’objectif est la dissolution militaire de ces États. La Syrie va se diviser en plusieurs États, suivant les communautés ethniques, de telle sorte que la côte deviendra un État alaouite chi’ite ; la région d’Alep un État sunnite ; à Damas, un autre État sunnite hostile à son voisin du nord ; les druzes constitueront leur propre État, qui s’étendra sur notre Golan peut-être, et en tout cas dans le Hourân et en Jordanie du Nord. Cet État garantira la paix et la sécurité dans la région, à long terme : c’est un objectif qui est maintenant à notre portée»

Sources: p.62 Quand la Syrie s'éveillera, Richard Labévière, Talal Al Atrache

X
Easy
-81 points

@ Baraa,

Vous dites que Bachar el-asad a fait des réformes, ces réformes vous les avez vu en rêve ? parceque moi je n'ai vu que l'aviation syrienne bombarder des villes, tuer des innocents et détruire le pays

X
Hassan
-1 points

Baraa,

Merci pour ton analyse concise et très pertinente!!

X
Easy
-81 points

...Pour l’instant, Bachar al-Assad, dont la chute semble à terme inéluctable - parce que programmée, quelle qu’en soit le coût humain - s’en sort plutôt bien. La guerre civile l’a renforcé dans son parti, au sein de sa secte religieuse...

franchement vous croyez vraiment à la thèse de la guerre civile en syrie ? s'il y'avait réellement guerre civile pourquoi le régime de Bachar El-asad bombarde les villes avec des avions de guerre et perd le controle de plus de la moitié du territoire syrien ? vous ne pensez pas qu'il est plutôt entrain d'occuper son propre pays avec la force des armes?

X
chb
-15 points

Easy, vous êtes prêt à lancer le bombardement, semble-t-il. Vous planez toujours dans le jeu vidéo où vous baladent les TV et autres medias français depuis deux ans ! Sortez un peu de votre propagande chérie, et cherchez d'autres sources d'info.
Le "régime", comme vous dites, a perdu plus de 45 000 soldats parmi les 100 000 victimes, selon l'OSDH soi-même. Les forces qui ont tué ces jeunes syriens sont-elles précautionneuses (hors cas de cannibalisme), au point de ne pas avoir fait une seule victime civile selon vous ?
Les attentats contre l'université, des hôpitaux, des lieux de culte, des administrations, des pipelines, des individus nombreux scientifiques ou sportifs ou simplement pas de la bonne obédience... sont pourtant le fait de ceux que j'appelle terroristes, et mercenaires de puissances étrangères.
A ce titre, nous sommes d'accord : ce n'est pas une guerre civile. C'est une guerre d'agression (impérialiste) par proxy. Mêmes moyens, mêmes buts qu'en Irak ou Libye.

X
Rachid Zani
-302 points

"Enfin, je pense que vous avez réfléchi à la meilleure manière de protéger les populations mondiales des catastrophes humanitaires provoquées par le capitalisme mafieux et prédateur à l’origine des dernières crises économiques et financières. Il est probablement dans vos intentions de proposer à vos collègues du G7 et du G20 que vous allez rencontrer au Sommet de Saint Pétersbourg de changer de cap pour mettre fin à l’économie-casino et à l’empire de la finance sans contrôle. L’opinion publique mondiale, les chômeurs en Grèce, au Portugal, en Espagne, en France et ailleurs, apprécieraient vraisemblablement des frappes chirurgicales sur le FMI, la Banque Centrale européenne, la City de Londres, quelques paradis fiscaux « non-coopératifs » ou d’improbables agences de notation qui font plier les gouvernements." Pierre Charasse

Lettre(improbable)au Président François Hollande

X
Easy
-81 points

@ Chb, ce reportage, c'est pas moi qui l'ai fait : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=0nm0MDJQMoQ