Les trois enseignements de la "victoire des islamistes" en Égypte

Mais nous ne sommes pas naïfs, l'élection d'un président sans prérogatives claires, dont on ne connaît pas les pouvoirs, dans un pays sans constitution, avec une assemblée législative dissoute par les Généraux, ne présage rien de bon.

Les trois enseignements de la "victoire des islamistes" en Égypte

L'accession des Frères musulmans à la présidence du pays le plus peuplé du Monde arabe est une victoire symbolique énorme et il sera certainement décrit comme l'événement de ce début du XXIe siècle.

Car ce qu'il faut d'abord retenir c'est que le peuple égyptien à réussi à faire élire un homme du peuple honni à la fois par les généraux, par les autres dictatures arabes et par toutes les capitales occidentales inféodées aux intérêts sionistes. C'est un signe qui annonce d'autres bouleversements et cet événement historique redonne espoir à tous les mouvements de résistances populaires, bien au-delà de l'aire arabophone-musulmane.

Mais nous ne sommes pas naïfs, l'élection d'un président sans prérogatives claires, dont on ne connaît pas les pouvoirs, dans un pays sans constitution, avec une assemblée législative dissoute par les Généraux, ne présage rien de bon. L'Égypte a aujourd'hui un Président élu qui devra agir au sein d'un État et d'institutions politiques, judiciaires et économiques qui sont solidement aux mains de la dictature militaire.

Le peuple égyptien est encore bien loin d'avoir réussi à prendre en main les destinées de son pays et ce président élu n'est en rien une garantie. Seule la rue et les lourds sacrifices des forces vives de la société civile resteront les véritables garanties de l'évolution du long processus d'émancipation qui est en cours.

Malgré toutes ces limites, les événements actuels dans ce pays, qui a été et qui reste un pays phare pour toute l'aire musulmane, auront d'énormes conséquences qui dépasseront de très loin les contingences égyptiennes. 

Nous pouvons en retenir d'ores et déjà trois qui ont trait à l'évolution des révoltes arabes, au renouveau de la résistance palestinienne et à la mutation des mouvements dits "islamistes".

1/ Tout d'abord cette élection va redonner espoir aux mouvements des printemps arabes qui s'inquiétaient profondément après l'étouffement du soulèvement au Bahreïn, les débuts d'éclatement de la Libye post-Kadhafi et la guerre civile qui s'enclenche aujourd'hui en Syrie.

Malgré les larmes et le sang, malgré les manipulations des différents États arabes et occidentaux, cette confirmation du choix populaire en Égypte va renforcer ceux qui pensent que la résistance des peuples arabes contre les potentats, rois et généraux doit tout de même se poursuivre, jusqu'à l'émancipation réelle des peuples. La résistance populaire reste la seule voie crédible, l'exemple égyptien le prouve encore aujourd'hui.

2/ L'Égypte des Généraux avec le royaume Saoudien sont les principaux alliés de l'État sioniste dans la région. Cette élection ne change pas radicalement la donne, mais elle rendra plus difficile les manigances américano-sionistes qui essaieront d'imposer d'autres faux traités de paix. L'accession à la présidence de l'État égyptien d'un élu du peuple va donner un nouvel espoir à la résistance palestinienne, qui a tant souffert des régimes arabes complices soumis aux désiradatas des États-unis.

Les Frères musulmans ont évidemment donné des gages à l'Occident pour ne pas remettre en cause les accords de paix avec l'agresseur sioniste, nous le savons bien. Une élection n'est pas le seul fruit d'un choix populaire. Cette démocratie idyllique n'a jamais existé, en Égypte ou ailleurs. Washington et ses alliés sionistes ont accepté de "laisser faire" cette élection "démocratique" à cette seule condition. Mais le peuple égyptien et le mouvement des Frères musulmans sont foncièrement anti-sionistes, un président élu, quel qui soit, devra maintenant en tenir compte.

3/ Durant les années 20, lorsque Hassan Al-Banna mit en place le mouvement des Frères musulmans, il ne visait pas la prise du pouvoir politique mais la réforme de la société égyptienne et la prise en charge de son identité musulmane et arabe. À l'image d'Ibn Badis en Algérie ou de Said Nursi en Turquie, l'objectif n'a jamais été politique mais d'abord sociétal et civilisationnel. Par la suite, ce n'est que la répression politique qui obligea ces mouvements "islamistes" - comme beaucoup les désignent - à s'orienter vers la prise du pouvoir politique.

Pour Hassan Al-Banna et tous les autres leaders du mouvement réformiste musulman, le pouvoir politique changera de lui-même, lorsque les peuples émancipés et conscients de leur responsabilité feront les bons choix.

Un siècle plus tard, c'est sur cette terre égyptienne où prit naissance le mouvement de Hassan Al-Banna, que l'un de ses dirigeants accède à la présidence. Ce mouvement "islamique", qui était surtout un mouvement d'éducation populaire et de réforme sociale, devra maintenant muter et établir des alliances politiques au niveau national mais aussi international, afin de répondre aux impératifs sociaux-économiques de la gestion d'un État.

Cette victoire politique des Frères musulmans égyptiens, paradoxalement, annonce aussi la fin de "l'islamisme politique" tel que nous l'avons connu durant le siècle dernier. Leur arrivée au pouvoir en Égypte et ailleurs les transformeront, tandis que dans les sociétés civiles, fortes de leur identité retrouvée et reconnue, il faudra initier quelque chose de nouveau pour poursuivre le chemin des émancipations des individus et des peuples.

Auteur : Yamin Makri

Yamin Makri est père de 4 enfants. Né en France, c’est en France qu’il fait toute sa scolarité. Il conclut son parcours universitaire en 1987 par un diplôme de chirurgien dentiste, puis par un Master en informatique de gestion.

En 1988, il co-fonde une organisation locale lyonnaise l’Union des jeunes musulmans. Cette organisation avait pour but d’exprimer que l’islam est une religion française. Par la suite, en 2004, les nouveaux responsables de l’association crée un centre de formation islamique : Le centre de formation Ash-Shatibi. (http://www.ujm.fr/ and http://www.shatibi.fr/)

En 1989, il fonde, avec les animateurs de l’UJM, les Editions Tawhid, une maison d’édition spécialisée dans la culture arabo-musulmane en langue française. Aujourd’hui cette maison d’édition musulmane est l’une des plus importantes du monde francophone et elle vend ses ouvrages dans toute l’aire francophone musulmane (France, Belgique, Suisse, Quebec, Afrique de l’Ouest…). Yamin Makri actuellement le directeur général de cette structure. (http://www.edition-tawhid.com/ and http://www.islam-france.com/)

En 1992, c’est le lancement d’une structure nationale qui a les mêmes objectifs que l’UJM (Union des jeunes musulmans) mais ses activités s’étendent sur toute la France. C’est le Collectif des musulmans de France. (http://www.lecmf.org/)

En 1996, à l’initiative du Pr. Tariq Ramadan, c’est la mise en place de Présence musulmane qui agit sur toute la zone francophone. L’objectif est de développer une compréhension fidèle et conceptualisée de nos Textes de références (Coran et Sunna). Présence musulmane aura aussi pour mission d’encourager les organisations adhérentes à multiplier des actions communes avec les organisations non musulmanes. (http://presencemusulmane.com/)

En 2002, il participe au lancement du Collectif 69 de solidarité avec le peuple palestinien, ce collectif regroupe différentes organisations (partis politiques, syndicats, société civile…) (http://collectif69palestine.free.fr/)

Durant l’été 2011, Yamin Makri, représentant le Collectif 69, participe à la seconde flotille internationale pour rompre le blocus sur Gaza. Une quinzaine de pays occidentaux sont représentés. Nous sommes arrêtés dans les eaux internationales, près de Gaza, par les forces sionistes, emprisonnés, interrogés et enfin expulsés. (http://collectif69palestine.free.fr/spip.php?article359)

Fin 2011, c’est la création d’une nouvelle organisation nationale, l’Union française des consommateurs musulmans. Car les réflexions autour d’une économie alternative, de l’écologie et le sujet de l’éthique dans la consommation sont des questions capitales. (http://www.ufcm.fr/)

commentaires