Majorité à gauche : Jean-François Copé redoute une "politique antisioniste"

Info Oumma. Dans une lettre adressée jeudi aux "Français d'Israël", le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a mis en garde contre un prétendu danger, pour l’État hébreu, d'un vote à gauche lors des élections législatives.

Majorité à gauche : Jean-François Copé redoute une "politique antisioniste"

La candidate UMP pour la 8ème circonscription des Français établis hors de l'Hexagone peut s'estimer chanceuse : ayant accédé au second tour des législatives à la suite d'un scrutin qui s'est déroulé le dimanche 3 juin, Valérie Hoffenberg a rapidement bénéficié de l'appui personnel de Jean-François Copé. Vendredi dernier, le site du parti a mis en ligne une vidéo de son secrétaire général apportant son soutien à l'intéressée. Sans l'énergie qui le caractérise d'habitude, le patron de l'UMP a pourtant enjoint les électeurs concernés à voter au second tour pour la candidate.

 

 

Le même jour, Valérie Hoffenberg a rendu publique une lettre, datée de la veille et transmise par le secrétaire général à l'attention de ses "chers compatriotes"  et plus notamment aux "chers Français d'Israël". Il s'agit ici du texte intégral dont seuls des extraits ont été lus, face caméra, par Jean-François Copé. Dans ce document écrit, celui-ci précise qu'il "s'engage personnellement à ce que l'UMP poursuive la politique de Nicolas Sarkozy et mette la sécurité d'Israël au coeur de sa politique étrangère". Jean-François Copé y dévoile également une vision singulière de l'arrivée de la gauche au pouvoir :  "Aujourd'hui, nous avons besoin de vous pour nous aider à exerçer notre rôle de contre-pouvoir et pour empêcher la mise en place d'une politique antisioniste voulue par le Parti Socialiste, ses alliées Verts et du Front de Gauche".

Le PS au gouvernement, un parti "antisioniste"? Pour qui connaît les dernières déclarations bienveillantes de François Hollande ou Laurent Fabius à propos d'Israël, un tel qualificatif peut prêter à sourire. Cela n'empêche pas le probable responsable de la future opposition parlementaire de jouer la carte d'un vote communautaire -qui ne dit pas son nom- en laissant croire aux Français d'Israël que la gauche serait menaçante pour l'amitié franco-israélienne. Paradoxe : durant la campagne de la présidentielle, Jean-François Copé mettait en garde contre le "risque du vote communautaire", suscité alors par la proposition socialiste du droit de vote local pour les étrangers.

Cette manoeuvre électorale complète celle opérée entres les deux tours de l'élection présidentielle : le secrétaire général de l'UMP avait déjà incité, au travers d'une autre lettre, les mêmes électeurs à apporter leur vote à Nicolas Sarkozy pour garantir la sécurité de l'Etat hébreu. Un mois plus tôt, Jean-François Copé s'était également manifesté en faveur d'Israël à deux reprises : mi-mars, lors d'un débat houleux organisé par le Consistoire  et, début avril, à l'occasion de la signature de la Charte des "amis d'Israël" dont les engagements sont édifiants au regard de la réalité locale. Extraits : 

" Parce que je défends les Droits de l’Homme en général, celui des femmes lorsqu’il est bafoué et celui des minorités lorsqu’elles sont opprimées. Parce que j’estime que la défense de ces principes essentiels est un vecteur d’émancipation individuelle et collective.

JE SUIS UN AMI D’ISRAËL !

Parce que l’Etat d’Israël, comme la France, porte la promesse d’une égalité des droits sociaux et politiques entre tous ses citoyens, sans distinction aucune.

Parce que l’Etat d’Israël, comme la France, garantit le pluralisme des opinions, la pleine liberté de conscience et de culte.

Parce que l’Etat d’Israël défend la sauvegarde et l'inviolabilité des lieux saints et des sanctuaires de toutes les religions.

JE SUIS UN AMI D’ISRAËL !

Parce je suis convaincu(e) que développer une relation stratégique durable et devenir un partenaire actif de ce pays représente un défi et un atout pour les générations futures.

Parce que, par-delà les contingences historiques et politiques, les liens qui unissent la France et Israël sont profonds et indissolubles.

JE SUIS UN AMI D’ISRAËL ! "

Oumma s'était rendu à la soirée d'inauguration de l'association des "amis d'Israël". En raison de son absence, Jean-François Copé avait fait transmettre un message vidéo pour témoigner de son soutien inconditionnel à l'Etat hébreu. Nous avons retrouvé sur le site Youtube de Valérie Hoffenberg l'intégralité de cette déclaration d'amour atypique pour  un futur prétendant à l'Elysée. Nul n'imagine le tollé national si Martine Aubry, encore en charge du PS, devait déclarer, face caméra, sa flamme pour l'Arabie saoudite ou le Qatar. A l'inverse, la cour assidue de l'UMP envers un régime décrié sur la scène mondiale ne provoque curieusement, sur la place de Paris, aucun émoi parmi les leaders d'opinion. L'homme qui aspire à diriger l'opposition politique -puis la France, dès 2017- accomplit pourtant là, envers un Etat étranger, un incroyable exercice d'allégeance.

 

Publicité

Auteur : Hicham Hamza

Journaliste

hhamza@oumma.com

commentaires