Jeudi 24 July 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Bernard-Henri Lévy : « Je suis le représentant de la tribu d’Israël »

Bernard-Henri Lévy : « Je suis le représentant de la tribu d’Israël »
fr
http://oumma.com/sites/default/files/bhl_jerusalem_2008.jpg

Double allégeance. Réalisateur d’un film consacré à son engagement dans le conflit libyen, Bernard-Henri Lévy a toujours affirmé que son combat s’inscrivait dans une démarche universaliste en faveur des droits de l’homme. Oumma a exhumé des documents suggérant le contraire.

Partagez :

L’aveu s’est tenu le 17 novembre dernier au micro de RCJ. Invité par la Radio de la Communauté Juive pour promouvoir son « journal de guerre » en Libye, l’écrivain Bernard-Henri Lévy a fait son coming out communautaire, reconnaissant, avec une emphase inédite, s’être engagé contre le colonel Kadhafi en raison, notamment, de son appartenance religieuse. Oumma  a repéré et mis en ligne l’extrait stupéfiant de cet entretien réalisé par RCJ. Curieusement, la scène décrite ici par BHL ne figure pas dans son film intitulé « Le serment de Tobrouk ». Si l’on peut effectivement y apercevoir BHL se vanter auprès des émissaires des clans libyens d’appartenir lui-même à une « ancienne tribu », à nul moment le voit-on déclamer sa « filiation » envers Israël devant la foule de jeunes gens rassemblés en avril 2011 à Benghazi.

 

 

Trois jours après cette interview, BHL a participé à la convention nationale du Conseil représentatif des institutions juives de France. Lors de son discours, l’homme a complété sa confession -passée alors inaperçue- de RCJ en affirmant s’être engagé avec, « en étendard », sa « fidélité au sionisme et à Israël », ajoutant que c’était « en tant que juif » qu’il avait « participé à cette aventure politique, contribué à élaborer pour mon pays et pour un autre une stratégie et des tactiques ». Disposant de la vidéo du discours intégral, le CRIF a d’abord autorisé sa mise en ligne avant, comme l’a révélé Oumma, d’effectuer mystérieusement son retrait quelques heures plus tard.

Suite au tollé provoqué par de tels propos, BHL  a dû faire marche arrière, prétextant une décontextualisation de ses déclarations.

 

 

Sur France 2, la journaliste et romancière Adélaïde de Clermont-Tonnerre avait alors été la seule à l’interpeller publiquement sur le soupçon de « double allégeance » que laisse entendre l’aveu pro-israélien de BHL.

 

 

Si l’homme continue de réfuter une telle interprétation de ses propos, l’existence de documents produits par BHL lui-même permet de valider cette hypothèse d’une allégeance systématique envers les intérêts de l’Etat hébreu.  De la guerre des Six-Jours à son militantisme actuel pour une intervention militaire en Syrie, l’écrivain veut oeuvrer, d’abord et avant tout, au renforcement d’Israël. Dès 1967, l’étudiant en khâgne -frustré de ne pas avoir pu s’engager aux côtés de Tsahal- va rédiger, pour une revue dirigée par Marek Halter, un article intitulé « Sionismes en Palestine » dans lequel il proclama son soutien inconditionnel au régime de Tel Aviv. Une dizaine d’années plus tard, l’homme s’affiche avec le Premier ministre israélien Menahem Begin et participe alors, à peine âgé d’une trentaine d’années, aux assemblées générales du B’nai B’rith, une ancienne organisation juive calquée sur le modèle de la franc-maçonnerie.

En juin dernier, Bernard-Henri Lévy était également l’invité à Jérusalem de la « Conférence présidentielle ». Dans un discours méconnu du public français, BHL souligne explicitement les avantages stratégiques d’Israël dans les insurrections arabes en cours. Selon lui, la mise hors-circuit de Kadhafi devrait réjouir les dirigeants israéliens : le colonel libyen se voit ainsi accusé, de manière équivalente, d’avoir abrité  des « négationnistes » dans le passé et soutenu en 2010 l’envoi de nouvelles flottilles humanitaires en direction de Gaza.

A l’opposé du pessimisme incarné par Avigdor Lieberman - ministre israélien des Affaires étrangères avec lequel il s’était entretenu dans un bar huppé de Paris trois mois plus tôt, Bernard-Henri Lévy affirme, sous le regard du président Shimon Peres, la nécessité d’un soutien israélien aux insurgés arabes, notamment ceux de Libye.

 

 

Cinq ans plus tôt, une autre personnalité française était invitée à un évènement similaire organisé par Israël. L’ancien Premier ministre Laurent Fabius y avait tenu un discours plus modéré, insistant sur la reconnaissance nécessaire d’un Etat palestinien. Ce langage diplomatique était d’ailleurs encore présent lors de son périple au Moyen-Orient l’hiver dernier. Interrogé par différents journalistes israéliens, Laurent Fabius n’a pas alors affiché une préférence pour l’Etat hébreu, même si celle-ci a pu apparaître ailleurs. Ce fut ainsi le cas en avril. Interviewé par la chaîne américaine Bloomberg, l’ancien Premier ministre a fait savoir que l’équipe de François Hollande était « amicale » envers Israël et « attentive » aux Palestiniens, ajoutant une opinion similaire à celle de BHL : Laurent Fabius s’est satisfait, au détour d’une phrase, que les révolutionnaires arabes ne  se soient pas encore préoccupés de Tel Aviv.

 

 

Bernard-Henri Lévy, l’homme qui a manifesté son dédain envers Alain Juppé, ne devrait pas avoir de conflit majeur avec son successeur Laurent Fabius, désormais en charge du Quai d’Orsay. Les deux hommes s’apprécient de longue date et se sont retrouvés, l’an dernier, lors d’un rassemblement organisé par la revue de BHL en faveur de l’opposition syrienne

BHL devrait donc continuer à disposer d’un rôle privilégié dans les décisions de politique étrangère. Quitte à maintenir son traitement inéquitable à propos des drames humanitaires à travers le monde : comme l’avait illustré Oumma, le philosophe est plus désinvolte lorsqu’il s’agit des sévices infligés par Tel Aviv au peuple palestinien.

 

 

Les crimes de guerre israéliens ne posent pas de souci à l’opposant en chef à Bachar al-Assad. L’automne dernier,  Bernard-Henri Lévy s’est joint à la petite sauterie organisée par BICOM, un lobby pro-israélien basé à Londres. Il y a côtoyé un ancien haut-gradé de l’armée israélienne, accusé par des militants des droits civiques d’avoir, entre autres méfaits, bombardé des résidences civiles au Liban.

Terrorisme médiatique

La volonté de BHL de censurer ou de relativiser les exactions israéliennes s’est encore manifestée récemment : mardi soir, sur Arte, il était invité dans un débat consacré notamment à la Syrie. A la fin de l’émission, Laure Noualhat,  journaliste à Libération, a abordé les conséquences environnementales des conflits armés en illustrant son sujet avec la marée noire au Liban. En 2006, le bombardement israélien d’une centrale électrique proche de Beyrouth avait provoqué une catastrophe écologique sur les côtes libanaises. BHL intervient alors pour tancer la chroniqueuse : les « bébé-phoques », c’est « hors-sujet » au regard de ce qui se passe actuellement en Syrie, affirma-t-il. Moment de gêne sur le plateau : l’animatrice Elisabeth Quint tente de maintenir la chronique avant de battre en retraite. Après tout, BHL n’est-il pas également le président du conseil de surveillance d’Arte ? Comment, dès lors, s’opposer frontalement à lui, surtout lorsqu’il s’agit de porter atteinte, même incidemment, à l’image d’Israël ?

 

 

Cette altercation feutrée avec Laure Noualhat traduit l’étrange pouvoir d’intimidation de BHL dans la sphère médiatique.  Au-delà de son narcissisme ridicule ou de ses multiples petits arrangements avec la vérité, le problème essentiel à propos de Bernard-Henri Lévy n’est plus de décortiquer ses manies égocentriques ou sa propension à la désinformation. La seule question qui vaille à son sujet est la suivante : de qui tient-il son pouvoir ? Ou, pour le dire autrement : comment s’explique sa facilité d’accès aux plus hautes marches du pouvoir politique et culturel ? Il existe quantité d’ouvrages, d’essais, d’articles, d’émissions qui ont démonté le système BHL. Pourtant, l’homme continue d’être invité, écouté, relayé par les principaux décisionnaires de l’élite hexagonale. Comment s’explique dès lors une telle force de frappe ? A titre d’exemple, BHL a eu droit mardi soir à un passage -un « sonore » selon le jargon audiovisuel- de plus d’une minute dans le journal de 20h de France 2 afin d’interpeller le président François Hollande. Pourquoi une telle faveur ?

Mieux encore, le même jour, BHL s’est vu déroulé le tapis rouge au Grand Journal de Canal+ avant son émission d’Arte et son passage à « Ce soir ou jamais » devant un Frédéric Taddeï complaisant et un Christophe Ayad, journaliste du Monde, d’ordinaire brillant mais visiblement pétrifié de devoir apporter la contradiction à un membre du conseil de surveillance qui l’emploie. Rebelote deux jours plus tard avec une invitation dans l’émission culturelle de France 2 dénommée « Avant-premières » : face à une Marie Colmant mielleuse et un Christophe Ono-Dit-Biot passeur de plat, BHL a encore disposé d’une longue séquence pour son auto-promotion. Seul le journaliste Claude Askolovitch, plutôt froid en comparaison de ses collègues, a su garder une distance critique et un questionnement déstabilisant.  Et comme si ce tour de piste ne suffisait pas, BHL sera également l’invité de Laurent Ruquier samedi soir, six mois après son dernier passage à l’émission devant un tandem Pulvar-Polony particulièrement déférent.

Le fervent communautarisme politico-religieux de BHL est son affaire tant qu’il ne déborde pas de la sphère privée. Problème : l’homme semble confondre avec allégresse la Cité et le royaume de ses caprices. Au-delà des ravages causés par sa confusion judaïsme/sionisme et de la soumission de ses relais médiatiques, il est grand temps de chercher rigoureusement à identifier et  à nommer les puissances solidaires de Bernard-Henri Lévy. Au regard de la prodigieuse et mystérieuse impunité dont bénéficie l’affabulateur, le terme de « puissances » pour désigner les parrains de BHL semble encore bien en-dessous de la réalité.

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
Sarah
-30 points

Merci Hicham Hamza.

Vous posez la bonne question:comment cela se fait-il qu'un homme comme BHL,une escroquerie intellectuelle,un menteur(cf.son livre mensonger sur Daniel Pearl,sa soit-disant amitié avec Massoud),sa double éthique(il est pour l'application des droits de l'homme sauf en Israel-Palestine)soit omniprésent dans les médias où les journalistes sont,par d'ailleurs,d'une incroyable complaisance?
Vous répondez en partie dans votre article:il possède un très grand pouvoir dans les milieux médiatique(tv,presse,radio)et de l'édition(alors que personne n'achète ses livres).

Enfin,son omniprésence et son pouvoir prouve l'effondrement du niveau intellectuel et moral en France.

X
samidroopy
-2 points

Magnifique travail de journaliste!!! Bravo!!!!

X
Alceste
-58 points

Montage très intéressant, non pas pour ce que dit le commentaire fielleux qui enfonce des portes ouvertes (AH bon, BHL est juif et défenseur d'Israel, on m'l'avait caché!) mais pour ce que BHL dit en interne à un public juif. D'abord, on a un procédé rhétorique classique de captatio benevolentiae (je suis des vôtres), mais surtout un plaidoyer très argumenté (à Facing Tomorrow) pour le printemps arabe face à des juifs et israeliens réticents, qui ne manque pas de grandeur : il refuse le clash des civilisation,appelle à la raison et aux principes des droits de l'homme face à la peur en faisant un parallèle avec le pari pascalien.
Pour le reste OK c'est un poseur, narcissique, jouant du romanesque révolutionnaire etc mais il se grandit plutôt à mes yeux dans ce témoignage en allant contre la tendance naturelle de sa "tribu" dans ces circonstances.
Quant à la double allégeance, il rappelle toujours en premier sa qualité de Français, ce qui n'est pas toujours le cas sur ce site...

X
rainbow
22 points

Vous ne feriez pas preuve de naïveté en disant cela :"il rappelle toujours en premier sa qualité de Français, ce qui n'est pas toujours le cas sur ce site..."? Pourtant la ficelle parait un peu grosse, rappeler sa "qualité de français" pour mieux endormir ceux qui l'écoutent (un peu comme la fable du corbeau et du renard)

L'article pose effectivement la bonne question : d'où émane tout ce pouvoir pour un être aussi rempli de défauts.
Poser la question c'est déjà un premier pas important.

X
mazig
53 points

Tout le monde sait que ce type est un menteur et un faussaire comme on en a rarement vu , et pourtant , on continue à applaudir ses mensonges en France , sur des plateaux de télé , car il n' y a jamais de contradicteurs digne de ce nom et assez courageux pour lui renvoyer au visage, à défaut de tarte , toutes les conneries et les mesquineries qu'il ressasse à longueur de temps.En fait , ce qui fait la notoriété de cet individu parasitaire , c'est la lâcheté et la complicité des médias véreux et corrompus.Je remercie Oumma d'avoir diffusé ces vidéos qu'on est pas prêt de voir ailleurs.

X
Alceste
-58 points

Ma dernière remarque était surtout un clin d'oeil : que Oumma reproche sa double allégeance à BHL c'est un peu l'hôpital qui se moque de la charité!
Mais après tout, on parle aussi d'identités emboitées, ça devrait dire quelque chose aux musulmans français.
Ce que j'ai constaté en tout cas à mon grand étonnement c'est que, pour un suppôt de l'Empire, il parle anglais avec un accent des plus franchouillard, on dirait Bourvil dans La Grande Vadrouille !

Quant au pouvoir, je ne crois pas qu'il en ait tellement si ce n'est d'être reçu dans les médias (mais il y en a beaucoup d'autres et ça peut être contreproductif comme le montre l'urticaire qu'il provoque ici). Son épopée libyenne a été pour lui un rare coup de bol, la rencontre de son culot et d'un président adepte d'une diplomatie très personnelle de "coups" parfois risqués, qui cherchait à se refaire une image après le fiasco de la Tunisie. Je ne crois pas le nouveau Pdt prêt à lui laisser rejouer un tel rôle.

X
ZAKI
-1 points

C'est de bonne guerre il defend ses identités

X
brams49
4 points

J’en veux moins à BHL, dont les opinions sont bien connues, qu’aux pseudos révolutionnaires du CNT qui lui ont déroulé le tapis rouge et aux potentats ventrus du golfe qui ont financé le bombardement de musulmans par L’OTAN pour assouvir leur mesquine vengeance envers Kadhafi. Bien que ne valant guère mieux que les séoudiens, Kadhafi avait osé remettre en cause leur main mise sur les lieux saints et leur servilité aux américains et par voie de conséquence leur collusion indirecte avec Israël. Une Question que je ne suis pas le seul à me poser : Que pensent nos valeureux oulémas en Arabie Séoudite de l’alliance indéfectible de leur pays avec les USA et si elle sert les intérêts des palestiniens.

X
Rachid Zani
-302 points

« Je suis le représentant de la tribu d’Israël »

Pourriez vous nous éclairer à cet effet Monsieur Levy?

Quel est message ?

Vos richesses,vos ors c'est à la France que vous les devez.Ne l'oubliez pas!
Si vous soutenez le sionisme et avec lui Israël,c'est votre problème.N'oubliez pas seulement que vous êtes français et que vous devez à ce titre représenter la France et rien que la France.
Être français pour moi,ça compte.Et vous?

Vous êtes Juif,c'est très bien(les gens du Livre),je suis musulman et nous sommes tous deux français.C'est en cela déjà une richesse et non des moindres.Cessons de grâce,de nous disperser et restons soudés pour aider la France à sortir de l'ornière.

"tu connais dracula? tu sais qui sait? et bin c'est lui que pour qui vive,il lui faut du sang! N'empêche qu'à la fin ia toujours un tueur de vampire qui débarque et qui lui fait sa fête"

X
Djamila
519 points

Je souhaite de tout coeur voir un débat entre BHL,Finkel crotte, Gluskman et Fourest face à leur maître, Tariq Ramadan, et là on verra comment ils seront démasqués, cette bande de pseudo-intellectuels !

X
imkhan
10 points

Salut toutes et tous,

article intéressant que celui-ci, pour un bon nombre de pièces étayant le personnage et l'action de ce Bernard-Henri Lévy.
au moins, ça devrait nous mettre la puce à l'oreille et pouvoir nous inciter à la prudence vis-à-vis de tels intellectuels auto-proclamés et initiés dans le secret des puissants manipulateurs.

à l'attention d'Alceste : j'espère que ton savoir est véritable. elle est respectable ! par contre, de dire que le média Oumma.com ne mettait pas en avant qu'il est "français" avant tout, c'est tout bonnement injustifiable !
Par ailleurs, de faire référence aux Musulmans français comme privilégiant forcément une allégeance à un autre pays que la France (puisque "musulmans", j'imagine ?!) est clairement une volonté de défiance vis-à-vis de "tous" les Musulmans de France. et c'est juste de la bêtise !

X
imkhan
10 points

Salut,

une "ancienne tribu" : les Lévy ?! bien sûr ! il va même nous sortir l'arbre généalogique daté de toute son ascendance...
sa "filiation" à l'Etat israélien : évidemment, cet Etat sioniste prendrait sa base de l'ancien royaume d'Israël. quand on parle de filiation, ça ne nous étonnerait pas en entendant ce philosophe. en tant que soit-disant descendant de Lévy, c'est aussi un fils d'Israël selon la tradition.
un type comme lui n'a rien du dépositaire du Texte. il n'a rien d'un saint, en d'autres termes ! il se sert d'une idéologie politique récente, mélangée à des références religieuses, pour parfaire le rôle de sa misérable vie !

X
Rachid Zani
-302 points

Not'nanard filou z'oeuf sait se montrer particulièrement odieux surtout quand il rabroue une jeune journaliste venue lui dire quelques vérités sur tv5 monde.Il traite ensuite de crétin l'ambassadeur russe aux nations unies coupable selon lui de colporter la théorie du complot à ses yeux largement répandue.C'est sans doute qu'il a tout les droits not'humaniste aux mains propres car il se sait investi d'une mission divine..euh..israélienne.

Mais c'est sans compter sur les russes qui ont immédiatement fait la lumière sur le massacre de Houla.Leurs spécialistes(sur place) ont réussi à identifier les 13 membres de l’ASL coupables de cette tuerie et ont transmis leurs noms aux autorités syriennes. ici

Sacré bébert,l'est franchement risible.L'est même pas capable de répondre correctement à la question simple que lui a posé l’humoriste Pierre Palmade chez Ruquier:

"quelle est votre étiquette philosophique?" pffff

X
Rachid Zani
-302 points

Rectificatif:

"quand il rabroue une jeune journaliste venue lui dire quelques vérités sur..." Arte(et non tv5 monde)