in ,

Une ville brésilienne veut devenir une destination privilégiée du tourisme halal

Haut lieu du tourisme brésilien, la ville de Foz do Iguaçu, très prisée pour ses spectaculaires chutes d’eau qui comptent parmi les sept merveilles naturelles du monde, deviendra-t-elle l’une des destinations préférées des globe-trotters musulmans ?

Forte de son rayonnement international, c’est ce à quoi s’attelle la cité la plus attractive de l’Etat du Paranà, où déferlent 275 cascades époustouflantes, inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco, et se dresse fièrement, depuis 1980, un phare majestueux de l’islam en Amérique latine : la mosquée Omar ibn Al-Khattab.

Publicité
Publicité
Publicité

Frappé de plein fouet par un virus qui n’est toujours pas à bout de souffle, ce petit coin de paradis luxuriant, riche d’une nature fascinante, a été pour la première fois de son histoire déserté par les touristes, tout au long de 2020. 

Aussi est-ce avec une ardeur renouvelée que Foz do Iguaçu, la célèbre localité du Brésil où vivent plus de 20 000 Arabo-musulmans et prospèrent de nombreux restaurants et commerces halal, mise sur l’essor du tourisme « islamiquement correct » pour se refaire une santé. Et ce, avec l’assentiment plein et entier de son maire, Chico Brasileiro, qui s’emploie activement à réoxygéner le poumon économique de son territoire.

Chico Brasileiro

« Nous avons présenté notre projet à Dubaï Expo, et je suis sûr que des investisseurs, séduits par ses potentialités, se presseront vers nous dans un avenir proche », a-t-il récemment déclaré, en mettant en valeur les précieux atouts dont regorge sa ville.

Publicité
Publicité
Publicité

Très enthousiaste devant les nouvelles perspectives qu’offre le florissant tourisme halal, l’agent de voyage Patrik Dinis, qui propose depuis plusieurs années un « itinéraire arabe » à ses clients brésiliens, à la fois à Foz do Iguaçu et Ciudad del Este, la capitale de l’Etat du Paranà, a tenu à souligner dans un entretien à Arab news : « Les Brésiliens s’intéressent beaucoup à la culture arabe de Foz do Iguaçu. Elle est visible partout, de la grande mosquée aux écoles arabes, en passant par les femmes portant un foulard dans les rues. Les musulmans se sentent chez eux à Foz do Iguaçu et nous oeuvrons dans ce sens ».

A l’unisson, Chico Brasileiro, le premier magistrat de la cité, affiche une belle confiance dans l’avenir, résolument placé sous le signe de l’accueil des voyageurs musulmans, d’où qu’ils viennent, sur son sol.

Une confiance à toute épreuve, dont le coronavirus, aussi sournois soit-il, ne viendra pas à bout : « La finalisation de notre grand projet touristique peut prendre un an, mais je suis convaincu que d’ici à six mois, nous aurons considérablement avancé et que le nombre de visiteurs musulmans dans notre magnifique ville aura déjà augmenté ».

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Tiens, on irait bien faire aussi du tourisme en Algérie.

    Après tout, la France héberge 4 millions d’Algériens ou de Franco-Algériens nés ici. Ca nous crée des liens.

    Même si dans les banlieues ces liens n’apparaissent pas spontanément, pourquoi n’irions-nous pas nous installer en Algérie pour admirer ses merveilles ? Juste retour….

    Donnant donnant… Et en plus, on ne ferait chier personne en banlieue algérienne. Car nous sommes polis.
    Et en plus on ne trafiquerait rien.

    Mais je ne sais pas si on supporterait les discours nationalistes et racistes anti-français de l’Etat algérien qui se maintient au pouvoir en faisant haïr la France pour faire oublier son incompétence et sa corruption. Depuis 2 générations…

    Ca poserait, comme chez nous, des problèmes dans VOS banlieues. Car nous nous révolterions aussi.

    Mais rassurez-vous, votre pays est si inintéressant pour vous-mêmes que c’est vous qui vous déversez chez nous.
    Vous en en êtes fiers ? Foutez en l’air le FLN !!!

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Procès de la sextape: Karim Benzema condamné à 1 an de prison avec sursis

Plus de 30 morts dans le naufrage d’un bateau de migrants au large de Calais