in

Tunisie: instabilité politique et pagaille au parlement.

Les enjeux autour du choix du nouveau Premier ministre sont grands en Tunisie, pays marqué par une instabilité politique et par une pagaille au parlement.

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. La démocratie n’est hélas pas en cause. La majorité, l’immense majorité des tunisiens a plébiscité la Confrérie. Il en va s’ailleurs de même en Turquie, où un autre « frère » installe aujourd’hui une dictature théocratique. Quand on vote FM, c’est comme quand on votre Trump. On obtient juste ce que l’on désirait. Cette remarque malveillante s’applique aussi à Poutine, Bolsonaro, Orban, Modi, etc.
    Si les tunisiens veulent plus de libertés et plus de social, libre à eux de voter à gauche, sous réserve qu’ils puissent dénicher un socialiste libertaire parmi les candidats en lice, et sous réserve que la campagne profonde se laisse convaincre. Hélas, l’opposition aux FM regroupe des anciens du clan Benali et des ultralibéraux de droite. Cerise sur le gâteau, tout ce beau monde est corrompu, FM inclus.
    La vérité est que « les votes contre » mènent à l’impasse. Mais qui, actuellement, propose plus de liberté et plus d’égalité? Personne.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Israël : nouvelle manifestation anti-Netanyahu à Jérusalem

Qu’est-ce que l’humanisme islamique?