in

Sortie du confinement: la prière de l’Aïd El Fitr aura-t-elle lieu dans les mosquées?

Face au débat qui traverse notre société sur la sortie du confinement, notamment la reprise des rassemblements et des cérémonies religieuses, l’Union des Mosquées de France (UMF) tient à rappeler ce qui suit :
Dès le 23 mars 2020, le Président de la République, M. Emmanuel Macron, avait annoncé qu’il serait difficile d’envisager la reprise des rassemblements et des cérémonies religieuses avant début juin 2020. Position de principe qu’il a confirmée le 21 avril 2020.
Le Premier Ministre, M. Edouard Philippe, a annoncé une sortie progressive du confinement à partir du 11 mai 2020. S’agissant des rassemblements et des cérémonies religieuses dans les lieux de culte, il propose la date du 2 juin 2020. Le 4 mai 2020, il a évoqué la possibilité d’avancer la date du 2 juin 2020 au 29 mai 2020, si la situation sanitaire de notre pays le permet.
Depuis le début de la crise, l’Union des Mosquées de France a défendu au sein du Conseil Français du Culte Musulman des décisions visant à préserver la vie des citoyens, en tenant compte des avis des autorités sanitaires de notre pays. Ainsi, l’UMF a soutenu la suspension de nombreuses dispositions funéraires et également la fermeture des mosquées, alors même que le gouvernement ne l’avait pas inscrit dans les mesures de confinement. En défendant ces décisions, l’UMF ne s’est pas référée sur ces questions aux décisions souveraines des autres cultes.
L’UMF continue à suivre les avis émanant du Conseil Scientifique et le Haut Conseil de la Santé Publique, et à observer attentivement la tension sur les établissements hospitaliers, notamment les services d’urgence et de réanimation.
La proximité de la date de la fête de l’Aïd El Fitr (très probablement le 24 mai 2020), à moins de deux semaines de la sortie du confinement, nous invite à la plus grande vigilance eu égard au manque de visibilité de l’impact de cette sortie sur la situation générale. Une éventuelle reprise d’activités dans les mosquées, qui doit être nécessairement progressive, ne peut avoir lieu à l’occasion d’un grand rassemblement, tel que la fête de l’Aïd El Fitr.
Aussi, l’UMF réaffirme son appel aux musulmans de France de continuer à vivre sereinement les grands moments de Ramadan et la célébration de la fête de l’Aïd El Fitr dans nos maisons, avec nos familles.
L’UMF est consciente de l’attente des croyants de renouer avec leurs lieux de culte et leurs célébrations religieuses, et respecte les décisions souveraines des autres cultes ainsi que leurs revendications en matière de reprise d’activités. Son appréciation de la situation la réconforte dans l’idée d’une reprise progressive après le 2 juin 2020.
Par ailleurs, compte tenu de la proximité des dates des différentes fêtes religieuses, l’éventuelle ouverture des célébrations religieuses avant le 2 juin 2020, en évoquant la date du 29 mai 2020, peut faire naître chez des citoyens un sentiment d’un traitement différencié entre les fêtes religieuses. Il aurait été plus judicieux de fixer des critères généraux pour une reprise des célébrations, sans forcément fixer de date.
Cela étant, l’UMF appelle les musulmans de France à ne pas perdre de vue l’essentiel et à rester fermes dans leurs principes. Le plus fondamental étant celui de préserver leurs vies et celles de leurs concitoyens, et de permettre à notre pays de sortir de la pandémie avec le minimum de pertes humaines. Nous ne le dirons jamais assez, une seule vie sauvée vaut mieux que toutes les célébrations religieuses, quelle que soit leur importance.
Paris, le 5 mai 2020
Mohammed MOUSSAOUI
Président de l’UMF

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Paris 1965, à la découverte du ramadan

Coronavirus : plus de 500 couples saoudiens scellent des contrats de mariage en ligne sur un site dédié