in ,

Royaume-Uni : une grand-mère veille sur les musulmans tous les vendredis, lors de la grande prière collective

Depuis la tragédie de Christchurch, tous les vendredis et quels que soient les caprices du ciel, une sentinelle bienveillante au visage désormais familier monte la garde aux abords du Centre islamique de Reading, redoublant de prudence sans jamais se départir de son sourire.

Au royaume de Sa Gracieuse majesté, dans un comté du Berkshire qui, après avoir ironisé sur son initiative considérée comme une toquade d’une gentille grand-mère, admire aujourd’hui la constance de son soutien témoigné à la communauté musulmane, Jean Scott-Barr, 70 ans, est pleinement habitée par la mission qu’elle s’est auto-assignée : veiller sur ses frères et sœurs musulmans durant la célébration de la grande prière collective Jumu’a, afin qu’il n’y ait plus jamais de vendredi 15 mars funeste.

Cette mamie gâteau qui, chaque vendredi, à la même heure, délaisse volontiers ses fourneaux pour faire rempart contre la haine devant la mosquée de Reading, munie de sa pancarte sur laquelle on peut lire « Je m’appelle Jean. Je suis votre amie. Je veillerai sur vous pendant que vous prierez », est devenue en l’espace de quelques mois une figure locale appréciée de tous.

Publicité

Portée aux nues par les responsables du Centre islamique et la plupart des fidèles qui, une fois la stupeur des premiers instants passée, se sont habitués à sa présence rayonnante, d’où se dégage une énergie positive, Jean Scott-Bar voit à présent sa belle démonstration de solidarité  honorée par la municipalité.

Décorée de la médaille de la ville pour ses remarquables efforts en faveur de la tolérance religieuse, de la fraternité et d’un vivre-ensemble harmonieux, elle n’en revient pas d’être au centre de toutes les attentions. « Je suis émerveillée d’être ainsi mise à l’honneur, je ne m’attendais vraiment pas à cela quand j’ai décidé d’entreprendre cette démarche. A mes yeux, c’est une petite action, faite à mon petit niveau, et qui a un impact extraordinaire, au-delà de toutes mes espérances. Et ça c’est formidable ! », s’est-elle exclamée avec enthousiasme.

A des milliers de kilomètres de la Nouvelle-Zélande, face à l’horreur de la barbarie islamophobe, la grand-mère si attachante de Reading s’est sentie l’âme de la plus vigilante des sentinelles, fidèle au poste chaque vendredi que Dieu fait, non sans faire des émules…

Publicité

Publicité

5 commentaires

Laissez un commentaire
    • Mehdi pas Medhi voyons
      Et le com n’est pas du tout cohérent avec le pseudo choisi mais bon je dis ça je ne dis rien hein…
      La qualité a un prix et si ça se trouve vous êtes payé au lance-pierres bref Devriez vous syndiquer

  1. Puisque les attaques meurtrières sont devenues monnaie courante dans les mosquées, il serait plus raisonnable de prendre exemple sur cette mamie-gardienne en désignant, à tour de rôle, quelques fidèles pour monter la garde pendant que leurs frères et sœurs accomplissent leurs prières.
    Sans être juriste, je suis quasi-sûr que ces veilleurs seraient tout autant récompensés même s’ils “ratent” l’accomplissement de la prière collective:
    – le Prophète Mohamed (que le salut de DIEU soit sur lui) ne dît-il pas, à propos de la KAABA combien il la considère, mais que sa considération pour le Musulman est beaucoup plus forte ?
    – un grand compagnon du Prophète ne rompît-il pas son IETIKAF (pendant le Ramadhan) en sortant de la mosquée pour aller rendre service à l’un de ses compagnons ?
    – il s’agit presque d’une guerre que leur livrent les islamophobes. A ce titre (pendant la guerre), le Coran recommande bien aux croyants de faire la garde, à tour de rôle, pendant que leurs autres frères accomplissent la prière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Arnaque Hajj : des milliers de pèlerins, bernés par des agences de voyage, n’ont pas pu se rendre à La Mecque

L’affaire Yann Moix ce révélateur d’injustice…