in

Régis Debray : “Soyons un peu patients avec l’islam” (vidéo)

Plaidant pour la revalorisation de l’enseignement de l’Histoire et l'impérieuse nécessité d'inculquer le fait religieux à l’école afin d’éviter de sombrer dans les ténèbres de l’inculture, un abîme source de bien des maux et notamment de la crispation identitaire attisée par les apprentis sorciers de notre classe politique, le philosophe et essayiste Régis Debray, invité de France Inter à l'occasion de la parution de ses deux derniers ouvrages, a mis en lumière un point soigneusement occulté par certains de ses éminents confrères : les jeunes qui succombent aux sirènes guerrières de Daesh ne « seraient peut-être pas partis, s’ils étaient vraiment connaisseurs de l’islam ».

« Faire l’histoire, c’est aussi s’inscrire dans la mémoire des peuples », insiste-t-il, tout en appelant à se montrer « un peu patients avec l’islam » , en réponse à une auditrice qui l’interrogeait sur la fameuse compatibilité entre islam et démocratie que le pays des Lumières, drapé dans sa splendeur passée et oubliant que le catholicisme fut longtemps fâché avec cette notion-là, a décrété foncièrement incompatible.

Extrait à partir de 4’04


 

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Actuellement
    L’Islam dérange les états arabo musulman matériellement, et meme moralement.
    L’Islam dérangent l’occident culturel par son contre poids à la pensée humaine.
    C’est pourtant facile de ne pas se tromper, sur les deux rives de la méditerranée , pour croiser l’Islam, il faut revenir au commun des mortels,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Morano peut dire adieu à son investiture pour les régionales !

Des agents israéliens infiltrent une manifestation palestinienne et passent à tabac de jeunes lanceurs de pierres (vidéo)