in

Qu’est-ce que que le communautarisme ?

Pour comprendre le sens d’un mot, il faut toujours remonter à son étymologie. Ce terme vient du latin « cum » signifiant ensemble et « munus » que l’on traduit généralement par problème, difficultés, d’où la nécessité de se retrouver ensemble pour les résoudre.

Tous ceux et celles qui ont un minimum de culture littéraire savent que pour définir un mot, il convient de discourir sur sa dénotation, c’est-à-dire la définition du dictionnaire comme les maîtres nous l’enseignaient lorsque j’étais au lycée. En revanche, ces mêmes maîtres nous expliquaient l’autre versant du mot, dénommé connotation qui renvoie à de multiples symboles, tous chargés de subjectivité.

En résumé, la dénotation est la définition scientifique, incontestable d’un mot et la connotation, sa définition ou plutôt son approche subjective donc partiale. Dans une société où le slogan médiatique, politique, culturel devient synonyme du « penser correct », le peuple répète à foison ce que les élites qui fabriquent l’opinion auront distillé à travers leurs différents canaux de communication.

Publicité
Publicité
Publicité

Il en va du communautarisme comme de toutes les autres expressions développées à longueur de journée sur les ondes, dans la rue, les réunions publiques, les émissions de télé, etc…

Si l’on revient au communautarisme, tout le monde est communautariste dans la mesure où il appartient à une communauté. Je dois reconnaître qu’il n’ y a pas plus communautariste qu’un Français à l’étranger.

L’une des premières préoccupation d’un Français en dehors des frontières de l’hexagone est de rechercher un endroit où l’on parle français, il recherchera également la compagnie d’autres français/ses expatriés- es, il recherchera aussi un restaurant français, l’école française, la bibliothèque française, une association française, voire comme je l’ai vu récemment la paroisse française, etc… Pour information, 3500 Français ont créé ensemble une petite ville dans le centre du Maroc en y plantant au centre le drapeau français.

Publicité
Publicité
Publicité

On pourrait également évoquer les bretons regroupés dans le quartier Montparnasse à Paris, les corses à Marseille, etc… En conclusion, pourquoi refuser à d’autres ce que l’on met en application soi-même à l’intérieur et à l’extérieur de la France ?

Si le communautarisme renvoie à quelque chose d’autre, osons nommer les choses sans détour, ni euphémisme. Albert Camus écrit : « mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde ».

13 commentaires

Laissez un commentaire
  1. @leroy : les juifs, devenus français avec le décrét crémieux, sont devenus des pestiférés grâce au gouvernement de Vicy en 1940. Ils ont été renvoyés de leur travail, la France leur a enlevé leurs droits, les enfants ont été renvoyés de leurs écoles, et ils ont été dénoncés aux autorités françaises !!!
    Et ce ne sont pas les algériens qui ont fait ces actes abjectes mais bien des français.
    Alors, ne venez pas ici nous donner des leçons de racisme.

    Ceux qui ont dénoncé, tué des juifs depuis des siècles ne sont pas des musulmans. Au contraire, les juifs n’ont trouvé refuge que dans les pays musulmans et pas dans votre super France, soi-disant pays des droits de l’homme.

  2. Le communautarisme c’est ce que nous constatons dans le 19ème arrondissement, Sarcelles, Neuilly-sur-Seine, etc… d’une communauté dont personne n’ose parler parce que si vous osez ne serait-ce que dire un mot, vous serez taxé d’antisémitisme, le grand mot, et banni des plateaux télé.

    Le communautarisme c’est ce que nous constatons d’un “député des français de l’étranger” qui a sa place attitrée à la knesset, l’assemblée de l’entité sioniste” & sur BFM, la chaine du gouvernement de l’entité sioniste, et dont les 5000€ de réserve parlementaire sont entièrement réservés à des associations ou écoles juives et que personne n’ose dénoncer !

    Le communautarisme c’est ce que pratique ce “député” des français de l’étranger dont les collaborateurs sont à 85% juifs et qui à chaque fois qu’il ouvre la bouche, c’est pour parler d’une affaire dans laquelle un juif est concerné ou pour défendre son “autre pays”, l’entité sioniste.

    Voilà ce que disait ce “député des français de l’étranger” au moment du vote de la suppression de la réserve parlementaire :
    “Cette suppression, vous devez le constater sur le terrain, a été un coup de poignard pour toutes ces associations françaises qui font vivre et briller la France à l’étranger et qui n’ont plus d’aides aujourd’hui. !!!!!

    Voilà de quoi rire franchement !

    Voici quelques exemples de l’octroi de sa réserve parlementaire en 2014 :
    – 4000€ a été attribuée à Beith Sandler, association qui œuvre pour le communautarisme juif dont l’activité principale est d’organiser des évènements : concerts, conférences, mélavé malka, voyages…
    Ces évènements s’adressent à toutes sortes de public mais font l’objet d’évènements religieux et surtout dans le respect et les traditions de la Torah.

    Le deuxième exemple, ce sont 9000€ qui ont été versés à une association dont le nom est “Les Amis de Chaare Tsion” dont l’organisme de charité, la Koupat Ezrat Israël, poursuit une œuvre de soutien des familles nécessiteuses d’Israël !

    Encore d’autres exemples :

    6000€ pour l’Association Française de Solidarité de Jérusalem
    3600€ à l’Association Française de Solidarité pour le Nord d’Israel
    3000€ pour l’Association mondiale des israélites de Tunisie
    – 4000€ pour Beit Sandler (L’association BEITH SANDLER, c’est un kollel (centre d’études talmudiques et rabbiniques) dans lequel plus d’une vingtaine d’hommes étudient la Torah, -des cours pour les dames en région parisienne (Montrouge) et à Jérusalem (Bayit Vagan), des activités pour les enfants, le chabbat après-midi, des aides financières sous forme de bons d’achat, octroyées à des familles aux revenus modestes, à l’approche des fêtes de Pessa’h et de Soukkot.
    – 3000€ : Centre communautaire (on sait tous ce que c’est !)
    – 6000€ pour le Foyer Halevi
    – 3000€ pour France-Israel Alliance général Koenig
    – 3600€ pour le Foyer des étudiants de Haïfa (et nous savons tous que ce ne sont pas des Palestiniens !)
    – 5000€ pour Les 15000 français en Israel
    – 9000€ pour Les Amis de Chaare Tsion
    – 4000€ pour Mouvement Loubavitch
    – 3000€ pour Ohavei-Tsion
    – 5000€ pour l’Université de Natanya

    Monsieur Meyer est-il vraiment un député français œuvrant pour la communauté française ?

    Qu’aurait fait l’Assemblée Nationale si un député musulman avait fait la même répartition mais au profit d’associations musulmanes ou de mosquées ?

    La laïcité ne s’applique-t-elle que lorsqu’il s’agit de l’Islam et des Musulmans et serait-elle à géométrie variable ?

    Voilà ce qu’est le communautarisme.

  3. Le communautarisme, c’est la séparation entre des communautés trop étanches pour se côtoyer. Pas de mariages intra-communautaires par exemple.

    Nous avons beaucoup d’immigrés, mais d’origine chrétienne, à partir du milieu du 19e siècle.

    L’islam pose problème car c’est une civilisation entièrement différente, à laquelle nous nous sommes affrontés depuis que les musulmans ont attaqué leurs voisins, soit après la mort du Prophète, 632. Il paraît que c’est une religion de paix…

  4. @Cherif
    Le sionisme est une réalité aux USA, du fait des 100 millions d’évangéliques, mais il demeure marginal en France, faute de combattants. Ceci étant posé, dans les pays où les juifs ont disparu, comme la Pologne, on trouve malgré tout une quasi unanimité de l’antisémitisme. On appelle ça une pathologie comportementale collective.
    – Dans le même esprit, les suisses sont arabophobes, alors qu’il n’y a pas d’arabes dans ce pays. Comprenne qui pourra.
    – Quand comprendrez vous que les juifs ne sont pas seuls responsables de vos malheurs? Que les gens qui massacrent les musulmans en Inde sont les hindouistes, en Birmanie, les bouddhistes, en Chine les communistes? Et les démons israéliens n’y sont pour rien. Par contre, les gens comme vous n’en ont rien à secouer, vu que les génocideurs ne sont pas juifs.
    – On trouve sur Oumma dix fois plus d’articles dénonçant Israël, voire l’interdiction très limitée du voile, que d’articles décrivant les cauchemar des Ouïgours, ou des Rohingas.
    – Vous vous gourez juste de paranoïa.

  5. @Kalim
    Comme déja indiqué, le communautarisme défend une sorte de racisme en réponse au racisme d’extrême droite, qui, en France, est lié au christianisme. L’antisémitisme culminant au cours des années 20 à 45 ne fait que reprendre un antisémitisme bien plus ancien qui démarre sous le règne de Théodose. On note d’ailleurs le fait que les musulmans furent bien plus tolérants.
    Il est également vital de comprendre que Pétain n’était pas un laïc, pas plus que Marine Le Pen, qui récupère la laïcité comme Bush fils a jadis récupéré les droits de l’homme.
    Lorsque je critique le communautarisme, il ne faut pas en déduire que j’exonère les cultures censément dominantes. Par exemple, lors de la montée du protestantisme, catholiques et protestants étaient responsables des affrontements. En Grande Bretagne, où Henry VIII avait cru solutionner le problème en créant l’anglicanisme, les catholiques, jadis dominants, ont refusé le deal et se sont fait exterminer par Cromwell.
    – Ok, ok. Je simplifie à outrance. Mais le retour au calme et à la prospérité sous le règne d’Elisabeth I est en lien direct avec la disparition des clivages. On note d’ailleurs le fait que nombre de concessions ont été faites de part et d’autre.
    – Ce modèle, bien que très ancien, est le modèle à suivre, celui de l’unification dans la tolérance. C’est un compromis assez acrobatique entre croyances et bon sens.
    – Dernier point. Votre remarque au sujet de l’islamophobie au Quebec me rappelle l’antisémitisme polonais, un peu surréaliste depuis que les juifs ont déserté le pays (ou se sont fait tuer).
    – Enfin, pour répondre à un paragraphe de votre post, l’extrême droite est plus catholique qu’athée, et sûrement pas laïque. Ne pas se fier aux déclarations mensongères. C’est comme la RDA, qui n’a jamais été démocratique, ou la République Islamique d’Iran, qui est surtout Islamique.
    Bref.

    • Joli commentaire, merci pour ce rappel historique.
      Comme déjà dit, je n’aime pas le compromis mais l’harmonie. Un compromis ampute, une harmonisation équilibre et permet une dynamique sans amputer ni compromettre l’autre.
      Pour moi, le problème vient de la reconnaissance. La manière de reconnaître est un pouvoir qui est trop mal compris en France. Votre histoire le démontre.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

La mosquée aux 201 dômes du Bangladesh

En Turquie, une vague de xénophobie contre les réfugiés arabes