in

Présidentielle : CNews met fin aux chroniques d’Eric Zemmour

La chaîne du groupe Canal+ a annoncé, lundi 13 septembre, qu’elle mettait fin à sa collaboration avec Eric Zemmour, possible candidat à la présidentielle.

CNews et Eric Zemmour, c’est fini. La chaîne du groupe Canal+ a annoncé, lundi 13 septembre, l’arrêt des chroniques du polémiste, possible candidat à la présidentielle, qui intervenait chaque soir dans l’émission « Face à l’info ».

Le 8 septembre, le Conseil supérieur de l’audiovisuel avait demandé aux chaînes de télévisions de décompter son temps de parole, estimant que l’ancien journaliste était devenu « un acteur du débat politique national ».« Bien qu’Eric Zemmour ne se soit pas déclaré candidat à l’élection présidentielle qui aura lieu dans 7 mois, le CSA » contraint Cnews à cette décision, regrette ainsi la chaîne.

Publicité
Publicité
Publicité

France TV Info

Publicité
Publicité
Publicité

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. La France s’américanise t’elle ? Après Ronald Regan l’acteur et Donald Trump le millionnaire, voila un journaliste en France qui pourrait bien se présenter aux prochaines élections présidentielles.

    Alors bien entendu, des questions de posent sur son temps de parole et sur sa neutralité ou pas en tant que journaliste. Mais pour se défendre et étant donné que le polémiste n’a pas sa langue dans sa poche, il a affirmé sans détour une vérité jusque là non médiatisée : il a osé brisé le tabou en déclarant que « le monde médiatique a toujours fait de la politique et de l’idéologie à travers son travail ».

    Mr zémmour a mis le doigt sur un point sensible, car effectivement aucun sujet n’échappe à la critique, sauf… le monde médiatique lui-même, comment se fait-il qu’aucun débat ne remettent en cause le journalisme, c’est-à-dire son objectivité ou son contenu ? Cela, pour le bousculer un peu, afin peut-être de nous proposer un peu plus de qualité, voir de neutralité..

    La candidature de l’éditorialiste, a en même temps mis en évidence une réalité institutionnelle : les politiciens ne font plus de politiques depuis bien longtemps, ce sont plutôt, ce qu’ont appellent des administrateurs, qui certes votent des lois, mais qui sont incapable d’incarner de véritables valeurs, incapable de porter un projet alternatif et de l’insuffler, de le partager au peuple. Ils tiennent également des discours, mais qui ressemblent plus à des commentaires journalistiques. Un simple exemple, la crise du covid et ce qui en a découlée récemment, aurait dû faire réagir davantage les représentants de l’état, cela afin de rassurer, d’encourager, d’unifier, d’expliquer davantage. Les grands événements font les grands hommes parait-il, c’était là une occasion, peut-être.

    Le polémiste a fait un aveu anti-démocratique, la liberté de pensée qui est sensée être un principe fondamental dans notre république, est bafouée chaque jour par l’influence médiatique qui est devenue le véritable pouvoir politique, qui suggère, oriente, informe ou dissimule, honore ou diabolise selon son gré, rend hommage ou ignore selon son envie. Alors une question se pose, pourquoi harcelons nous, pour ainsi dire, les religions chaque jour, pour un éventuel symbole à peine visible ici et là ou que l’on peut interpréter à sa guise, pour défendre la liberté de pensée, et en même temps nous fermons les yeux sur cette propagande journalistique qui influence notre esprit et ceux de nos enfants sous couvert de neutralité journalistique ?

    Preuve en est, le polémiste et écrivain est en passe de se présenter aux élections, grâce a quoi, à toutes ces émissions d’éditorialistes.

    Il ne s’agit pas de dénoncer un complot, mais plutôt une dérive institutionnelle.

    La candidature d’Eric zémmour a au moins le mérite de montrer qui détient réellement le pouvoir de la pensée en France, alors que faut-il faire ? le débat est ouvert, peut-être, si ils le veulent bien…

    http://jonasdjeser.unblog.fr/

  2. Etrange… juste au moment où il veut se présenter à la présidentielle !
    Est-ce pour faire un nouveau buzz ? Sincèrement, je le pense.
    Ce type attire à lui toute la cliente fascho-xeno-ethnophobe de France et de Navarre !
    De là à ce qu’il retire sa candidature qui ne peut faire de mal qu’au front national, je garde
    ce nom plus parlant que le nouveau… !
    J’oserai faire le pas du retour, ils ont besoin de l’audience malsaine qu’il leur apporte et, nous
    entendrons dire qu’il a reçu des menaces si graves de la part des musulmans, qu’il a eu peur
    d’être assassiné dans ce pays qu’est la France. Un pays de non-droit où il restera pourtant car,
    ne l’oublions pas, il « s’est appelé Eric ». Je croyais, pauvre béta que je suis, que les parents donnaient
    les prénoms à la naissance. Il faut croire que ce type devait être particulièrement précoce !
    Pourtant, le nom zmmour n’est pas inconnu chez les arabo-musulmans, c’est le nom donné aux habitants
    de ville portant ce nom.
    Il a avoué lui-même que ses ancêtres vivaient en Kabylie depuis des siècles. Alors, les francs auraient conquis cette région pour que ces ancêtres puissent en être les descendants ?
    C’est bien mal connaître l’histoire de France dont je pense que les irréductibles gaulois avec à leur tête lui auront inspiré cette certitude à M. Zmmour qu’il s’agissait de ses ancêtres….

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Les Afghanes pourront étudier à l’université avec de nouvelles contraintes

Algérie: les autorités veulent vacciner 70% de la population avant la fin de l’année