,

Nasrallah, le premier dirigeant arabe à disposer, par ses discours, d’une capacité d’influence sur le public israélien depuis Nasser

Le Hasard fait bien les choses parfois. La crédibilité de Hassan Nasrallah était connue et reconnue. L’auteur de l’article « Hassan Nasrallah, l’indomptable » avait déjà recueilli les confidences en ce sens de diplomates et observateurs internationaux. Une étude universitaire de l’establishment militaire israélien vient d’abonder dans le même sens dans un article paru le 12 juillet dans le journal israélien « Haaretz » à l’occasion du 4eme anniversaire de la guerre de destruction israélienne du Liban.

Une recherche académique d’un haut officier des renseignements israéliens soutient en effet que Hassan Nasrallah, Secrétaire Général du Hezbollah, est le premier dirigeant arabe à disposer d’une capacité d’influence sur le public israélien de par ses discours, depuis le président égyptien Gamal Abdel Nasser.

Cette thèse a été soutenue par un officier supérieur israélien, le colonel Rounine, devant l’université de Haïfa, en se fondant sur une analyse du contenu des discours de Hassan Nasrallah durant la deuxième guerre du Liban (2006), rapporte le journal israélien « Haaretz », dans son édition de lundi 12 juillet 2010.

L’officier israélien décrit Nasrallah comme « le premier dirigeant à avoir su développer une capacité d’influence sur l’opinion publique israélienne, depuis Abdel Nasser dans les années soixante du siècle dernier.

Rounine, qui occupe actuellement le poste d’officier des renseignements au sein de l’armée israélienne, écrit à ce propos : « Face aux menaces israéliennes, Nasrallah a utilisé deux armes, ses discours, pour s’adresser à son public et mener les batailles défensives sur le front libanais, et les missiles, à destination d’Israël.

Les discours de Nasrallah ont fait l’objet d’une large couverture en Israël, et ont suscité des réactions virulentes parmi les dirigeants politiques et militaires israéliens. Rounine a souligné que « si Israël avait procédé à une analyse rationnelle des discours de Nasrallah, au cours de la guerre, cela aurait pu influencer la prise de décision ». Il a cité Nasrallah qui assurait pendant la guerre, « si on réussit dans la défense, on gagnerait ». La victoire signifiait, à ses yeux, « la poursuite de la résistance, et que le Liban reste uni et n’accepte pas des conditions humiliantes ».

« La résistance du Hezbollah s’est poursuivie jusqu’au dernier jour, l’unité du Liban n’a pas été entamée », a indique l’officier israélien, faisant remarquer : « Quant aux conditions humiliantes, la réponse ne saurait être catégorique, dans la mesure où Hassan Nasrallah a été obligé d’admettre le déploiement de l’armée libanaise, et de la FINUL, Force intérimaire des Nations Unies au Liban au sud, chose à laquelle il s’opposait au début de la guerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dustin Hoffman et d’autres stars d’Hollywood boycottent le festival international du film à Jérusalem

BHL se trompe beaucoup, même de Taddeï…