in

Maroc : accusée «d’atteinte à l’islam», la prison ferme confirmée en appel contre la blogueuse Fatima Karim

La clémence à l’égard de la blogueuse marocaine, Fatima Karim, n’a pas prévalu, mardi 13 septembre, dans l’enceinte du tribunal de Khouribga. 

Derrière les barreaux depuis la mi-juillet, l’internaute accusée d’« atteinte à la religion islamique par voie électronique » pour s’être hasardée à publier sur Facebook des commentaires caustiques sur des versets coraniques et des hadiths du Prophète Muhammad, jugés offensants, n’aura pas eu gain de cause en appel. 

Publicité
Publicité
Publicité

Condamnée, le 15 août dernier, à deux ans de prison ferme par le tribunal de première instance d’Oued Zem, à 150 km de Casablanca, sa lourde peine a été confirmée en appel, à la consternation de son avocat, Me Habib Aadi. « La cour d’appel de Khouribga a condamné à deux ans de prison ferme Fatima Karim, confirmant le jugement en première instance », a déploré ce dernier, qualifiant ce verdict de « très dur ».

Devant le tribunal de première instance, Fatima Karim avait fait valoir son droit à la liberté d’expression, garanti par la Constitution marocaine, avant de présenter publiquement des excuses à « quiconque s’est senti offensé » par ses écrits, assurant n’avoir jamais eu l’intention d’outrager la religion d’Etat, au Maroc, terre d’islam. 

Le pourvoi en cassation serait-il la voie royale de l’ultime recours ? Rien n’est encore décidé à ce sujet, son avocat indiquant qu’il est « encore à l’étude ».

Publicité
Publicité
Publicité

Mêmes griefs, même sentence ou presque, seul l’épilogue, pour l’heure, diffère : en juin 2021, une Italo-marocaine avait été condamnée à trois ans et demi de prison ferme par la justice marocaine pour “atteinte à la religion musulmane”, après avoir, elle aussi, publié sur Facebook des phrases satiriques ayant trait à des versets du Coran. La jeune femme avait été libérée peu après, sa peine ayant été réduite en appel à deux mois de prison avec sursis, à la suite d’une campagne de protestation orchestrée par des défenseurs des droits humains. 

6 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Eh Leroy, tu te crois toujours malin? Avant de faire de l’esprit, il faut maîtriser son sujet. Il ne s’agit nullement de liberté d’expression mais d’insultes et de de diffamations que condamnent les tribunaux du monde entier.
    En quoi crois-tu pouvoir critiquer l’islam? Lis bien avant de répondre! je te dis bien islam et non les musulmans. En un mot, instruits-toi des textes fondateurs de l’islam si tu en est capable.

    Mustapha Djillani

  2. Leroy, j’entends bien ce que tu dis , mais explique moi pourquoi en France , on fait tout pour faire taire les religions , et en même temps les pubs, les médias , les politiques , et les commentaires en tout genre on la totale liberté de nous harceler l’esprit de jours comme de nuits ?

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Algérie : les prix des fournitures scolaires explosent

Origines de l’islam : plaidoyer pour une approche historico-critique