,

L’Iran accepte les termes d’un dialogue avec le gotha mondial des Six

Gotha des grandes puissances mondiales, le groupe des Six, qui réunit les Etats-Unis, l’Allemagne, la Chine, la France, la Grande-Bretagne et la Russie, vient de convaincre l’Iran de participer à une rencontre ouverte portant sur son très controversé programme nucléaire.

Après avoir ferraillé depuis des semaines sur ce dossier pour le moins explosif, les pays occidentaux, qui n’ont eu de cesse d’agiter l’épouvantail de l’arme atomique et de la menace planétaire, suspectant l’Iran des pires intentions sous couvert de développer un programme nucléaire civil, déclarent vouloir créer les conditions constructives d’une future coopération.

Acceptant le principe d’un dialogue dans le respect mutuel, mais élargi à d’autres problématiques que la seule question nucléaire, les responsables iraniens, dont le président du parlement Ali Larijani, n’en campent pas moins pour autant sur un préalable essentiel : la reconnaissance par lesdites grandes puissances de la République islamique comme puissance nucléaire civile.

Pendant ce temps là, le président iranien, M. Ahmadinejad, inaugurait à Ispahan la première usine de fabrication de combustible nucléaire, tout en indiquant avoir testé deux nouveaux types de centrifugeuses plus puissants, destinés à faire de l’enrichissement d’uranium.

A la lumière de ces annonces, c’est un sentiment d’incrédulité qui prédomine à Washington, où force est de constater que l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), en dépit de six années d’investigations approfondies, n’est toujours pas en mesure de se prononcer catégoriquement sur la nature réelle du programme nucléaire iranien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La censure, le droit coutumier de BHL

La communauté musulmane en France et le problème de sa « conscience historique » (2/2)