in ,

Le monde musulman a besoin d’un Voltaire

C’est dans ces circonstances où des hommes prétendent pénétrer le désir politique de Dieu et massacrent des êtres humains à causes des paragraphes, qu’on a besoin d’un Voltaire musulman pour produire un nouveau Traité sur la Tolérance. Ce traité sur la tolérance aura pour seul but la réhabilitation de l’homme, vicaire de Dieu sur terre et réceptacle du souffle divin.

Le monde musulman a besoin d’un Voltaire pour réhabiliter la raison et mettre l’homme au centre même de nos préoccupations ; un Voltaire qui dira, sans aucune peur de se faire excommunier, qu’un dieu qui a besoin de massacrer sa créature pour exister est un dieu faible. Ce Voltaire expliquera aux fanatiques que l’Omnipotent pour Lequel des millions de musulmans se prosternent, matin et soir, n’est pas ce dieu pervers auquel ils font allégeance. Il leur dira : « ne cherchez point à gêner les cœurs, et tous les cœurs seront à vous.[1] » Il leur dira, plus la religion musulmane est divine, « moins il appartient à l’homme de la commander ; si Dieu l’a faite, Dieu la soutiendra sans vous.[2] » Ce Voltaire leur murmurera que «  Si la persécution contre ceux avec qui nous disputons était une action sainte, il faut avouer que celui qui aura tué le plus d’hérétiques serait le plus grand saint du Paradis. [3]» Il leur rappellera aussi que « la religion est instituée pour nous rendre heureux dans cette vie et dans l’autre.[4] »

Je rêve de ce Voltaire qui expliquera à mes coreligionnaires que nul n’est pire que celui qui pense adorer Dieu en allant à l’encontre de Sa Volonté. « Point de contrainte en matière de religion », dit le Coran. Toute tentative d’imposer la foi par la force est une hérésie. Ce Voltaire leur récitera le verset suivant : « Si Allah avait voulu, Il aurait certes fait de vous une seule communauté. Mais Il laisse s’égarer qui Il veut et guide qui Il veut. Et vous serez certes, interrogés sur ce que vous faisiez. » Il leur rappellera cet autre verset : « Tu (Muhammad) ne guides pas celui que tu aimes : mais c’est Allah qui guide qui Il veut.» Ou encore « Allah ne vous défend pas d’être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables. »

Publicité
Publicité
Publicité

Ce Voltaire aurait rappelé à mes coreligionnaires qu’il y a certes des versets qui légitiment la violence. Mais dans une seule et unique situation : lorsque nous sommes attaqués. Pour preuve, il leur aurait cité le verset suivant : « Combattez dans le sentier d’Allah ceux qui vous combattent, et ne transgressez pas. Certes, Allah n’aime pas les transgresseurs! Et tuez-les, où que vous les rencontriez; et chassez-les d’où ils vous ont chassés: la corruption est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la Mosquée sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus. S’ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants. S’ils cessent, Allah est, certes, Pardonneur et Miséricordieux. » Il leur dira que le verset débute par« Combattez dans le sentier d’Allah ceux qui vous combattent » et que toute transgression est prohibée. Il leur dira, conformément au  texte coranique, mais aussi au droit international, que la légitime défense est un droit fondamental. Mais il aura l’audace de dire à mes coreligionnaires que, dans une démocratie, seul l’État a le monopole de la violence.

Ce Voltaire dira à tous les Michel Onfray qui s’autoproclament spécialistes de l’islam, qu’on ne peut pas prendre des versets, les sortir de leur contexte, sans les lire dans la globalité du message coranique. Le Coran compte à peu près 6300 versets, dont environ 200 normatifs. Parmi ces 200 versets, certains parlent des transactions humaines, d’autres du statut personnel et quelques-uns de la violence. Mais il serait malhonnête, leur dira Voltaire, d’extraire la partie « violente » des versets normatifs de l’ensemble des 6300 versets du Coran. Il leur montrera qu’il faut une approche holistique du Coran pour ne pas tomber dans des dérives extrémistes ou dans la bassesse intellectuelle.

Il dira aussi à mes coreligionnaires que le Coran n’est pas un code juridique; qu’on ne peut pas appliquer une loi prétendue céleste sur les enfants de la terre qui ne se réfèrent pas au même Dieu et ne se dirigent pas vers la même qibla.

Publicité
Publicité
Publicité

Ce Voltaire œuvrera pour une lecture plus humaniste des textes. Pour ce faire, il leur citera le verset suivant : « Lorsque Je l’aurai façonné et que J’y aurai insufflé de Mon esprit, alors prosternez-vous devant lui. » Ce verset coranique parlait d’Adam et s’adressait aux anges. Par conséquent, chaque descendant d’Adam est dépositaire d’une parcelle de l’esprit de Dieu. Il leur dira que rien ne peut justifier le mépris d’un réceptacle contenant une parcelle de l’esprit divin.

Je rêve de ce Voltaire parce qu’il serait faux de dire que la violence perpétuée quotidiennement au nom de l’islam n’a rien à voir avec une certaine conception de la religion de Muhammad (PSL). Dans une de ses lettres, Ibn ‘Abd al-Wahhab, le fondateur du wahhabisme, ne disait-il pas que « celui qui ne répond pas à la prédication par la preuve, nous le faisons plier par l’épée [5] » ? Mais prudence, le wahhabisme ne représente pas l’islam. Cependant, il en fait partie.

Je rêve de ce Voltaire qui criera partout où il y a une tentative d’asservissement de l’homme par l’homme, au nom de Dieu, que « le droit de l’intolérance est donc absurde et barbare : c’est le droit des tigres, et il est bien horrible, car les tigres ne déchirent que pour manger, et nous nous sommes exterminés pour des paragraphes.[6] »

Le Voltaire islamique chantera partout les poèmes d’amour d’Ibn ‘Arabī pour répondre à la haine de ceux qui tuent au nom d
u Dieu que priait ce même Ibn ‘Arabī. Il répondra aux prophètes du malheur par la poésie :

« Mon cœur est devenu capable de prendre toutes les formes
Il est un pâturage pour les gazelles,
un couvent pour les moines,
un temple pour les idoles,
la Kaaba pour le pèlerin.
Il est les tables de la Torah et le Livre du Coran.

Je professe la religion de l’Amour
où que se dirigent ses caravanes.
Car l’Amour est ma religion et ma foi
 »

Publicité
Publicité
Publicité

Quant à moi, je m’associe à Amadou Hampaté Bâ et fais l’appel suivant : « Mes frères et sœurs, apprenons à nous aimer mutuellement et à nous entraider constamment, afin que l’Amour nous mette sur le chemin de la Charité qui mène à la Vérité.[7]»

 

 


[1] Voltaire, Traité sur la Tolérance, Gallimard, 2016, p.32.

[2] Ibid., p.65.

[3] Ibid., p.69.

[4] Ibid., p.108.

5. Hamadi Redissi, Le pacte de Nadjd : Ou comment l’islam sectaire est devenu l’islam, Paris Seuil,  2007, p.94 ; pour plus de précision sur le lien étroit entre le Wahhabisme et le terrorisme je renvoie à la thèse doctorale de Abdoul Aziz Gaye, Le wahhabisme belliqueux dans le texte. De l’influence d’Ibn Taymiyya à sa fondation dans le premier État sa‘udien, sa consolidation dans les États successifs et son adoption contemporaine par le mouvement d’al-Qâ‘ida, sous la direction de Charles GENEQUAND et Maroun AOUAD.
6. Voltaire, op.cit., p.41.
7.Amadou Hampâté Bà, Jésus vu par un musulman, Stock, 2000 (reéd), p.59.

 

9 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Le débat est clos, ok. Mais il faut savoir que subsistera malgré tout , toujours une certaine diversité religieuse et profane , que l on ne pourra combattre avec une quelconque réforme ( salafisme, moderne, ..). Ceci m importe peu, mais ce qui compte c est surtout d instaurer un dialogue, des dialogues , de l entente et de la cohésion , des valeurs. La réforme , peut être mais si celle ci survient , elle en surprendra plus d un je pense..et ne ressemblera pas à ce que nous attendons…

  2. Bonjour,

    Certes nous sommes autorisés à « puiser la sagesse peu importe le récipient d’où elle sort » en vertu du hadith bien connu. Mais il faut savoir qu’il s’agit de la sagesse et non d’un verbiage quelconque. Voltaire était tout sauf sage. Et associer son nom à l’Islam est un non-sens.
    Ici gît le message de mon poste.
    Nous disposons de toutes les ressources nécessaires pour amorcer un travail de renouvellement de la compréhension de notre religion en vue d’une pratique pertinente, c’est-à-dire juste et vraie. Mais surtout loin de toute imitation puérile et de tout passéisme névrotique (c’est le cas d’un certain salafisme) et également loin de tout dépassement stérile et de tout modernisme mimétique. Certains veulent imiter un passé révolu pendant que d’autres désirent reproduire un présent délétère (c’est le cas de certains rationalistes). Nous possédons tout ce qu’il faut, en interne, pour procéder au renouvellement de la pensée religieuse au nom du fameux hadith connu de tous et dont je cite en substance le sens : « Certes Dieu, à l’aube de chaque siècle, envoie à cette oumma ceux qui sont susceptibles de renouveler l’approche de la religion » (Hadith authentifié). Et ce dans le respect des fondamentaux bien sûr. Tout en restant ouvert à « l’inconnu et à l’inconçu ». Car l’inédit fait partie intégrante de la vie : « Nous leur montrerons nos signes aux horizons et en eux-mêmes jusqu’à ce qu’il leur soit évident que c’est la vérité… » puisque Dieu, exalté soit-IL, “S’occupe chaque jour d’une œuvre nouvelle”
    Et je ne pense pas que Dieu, exalté soit-IL, nous enverrait un Voltaire, raciste, xénophobe et affairiste sans scrupule !
    En ce qui me concerne le débat est clos. Et que chacun pense ce qu’il veut. Je serai interrogé sur mes propres écrits mais pas sur ceux d’autrui. « Personne ne portera le fardeau d’un autre », révèle le Coran qui suppose “un cœur sain” pour être approché. Et Voltaire en était dépourvu !
    Je ne pas être plus clair.

  3. Cdl, encore une fois je ne comprends pas quel idée ou argument tu veut défendre, hormis ton commentaire de journaliste. J approuve cet idée de tolérance et alors ? Cela fait de moi un inconditionnel supporter ?
    Mesure tes mots , essaie d être précis, modéré, objective , arrête de t embrouiller avec tes tsarines et tes Emirats qui n ont rien à voir avec le sujet…

  4. Najib, je n’ai donc rien compris ? Relisez votre post.
    Vous passez en revue les salafistes, les modernistes, vous annoncez que l islam n a besoin de rien… Vos opinions sont effectivement de marbre…

    Étant moi même assez critique, je m interdis de viser les gens ou un groupe de personne mais ce sont les idées , les arguments , les idéologies ou même les croyances qu il faut parfois bousculer, pas le respect des gens…

  5. Même pas lu l’article faute de temps, je me suffis du titre. En quoi Voltaire est-il exemplaire? On conçoit bien que des ignorants comme ce Djeser en soient inconditionels puisqu’ils ne l’ont pas lus, ils aplaudissent sans savoir comme des singes. Voltaire n’était pas un républicain, ni du tout un démocrate, peut-être liubéral pour les affaires, mais touchant à la gouvernance il louait un despote éclairé, si vous avez connu un des pote éclairé faites-moi signe, puisque fut-il éclairé, il se fut aboli lui-même comme despote. Voltaire est un cynique, un courtisan, il a courtisé à Versailles et à Petersbourg, n’a chargé que les monarques qui lui déplaisaient, peut-être ne l’ont-ils pas reçu ou n’ont-ils rien acheté de son horlogerie, comme la sotte Tsarine Catherine II de Russie qui s’est cru obligée de payer à grands prix une seconde libraison d’horlogerie qu’on n’avait pas commandé, après avoir payé sans au moins évaluer pour n’être pas grugée et volée une première livraison coûteuse, donc il était ami des despotes qui encouragent le vol et la roublardise.

    S’il ne s’agit que du principe de non contrainte en religion, non pas de tolérance mais d’égale existence des religions, n’avons-nous pas parmi les auteurs Musulmans des références, sans aller chercher ce Voltaire qui d’ailleurs ne fut pas toujours tolérant mais persécuteur selon le bon côté du manche? Voltaire aujourd’hui, fut-il Arabo-Musulman de racine aprouverait les émirats anti-arabes unis, l’égypte, l’entité Sioniste, le Maroc dans leurs guerres, sauf si les choses se tournaient en leur défaveur, auquel cas Voltaire est assez astucieux pour trouver des raisons à un changement de veste. Il est on va dire positif dans les affaires, il n’est vraiment bon et encore, qu’à ceux qui cherchent du profit, j’ai pas dit les entrepreneurs, ceux qui ont lancé les plus grandes réalisations n’étaient pas des Voltairiens, il va mieux aux secondes et troisième génération après le fondateur d’une entreprise, mais djeser correspond aux chômeurs qui n’ont pas commencé à bien écrire leur demande d’emploi.

    Croissant de lune.

  6. @djeser

    j’aimerais dire trois choses.
    La première vous m’attribuez des choses que je n’ai pas dites donc vous n’avez rien compris à mon petit poste.
    La deuxième qu’on m’approuve ou qu’on me désapprouve me laisse de marbre.
    Et la troisième c’est que j’ai oublié de signaler que Voltaire et consorts n’avaient pas mobilisé le moindre petit concept pour dénoncer le “code noir” qui régissait la traite négrière. Je comprends que les adeptes du voltairianisme soient déçus.
    Mais chacun a le droit de penser ce qu’il veut. Mais seulement qu’on ne fasse pas dire aux gens ce qu’ils n’ont pas dit.

  7. @najib, à vous lire je trouve cela assez décevant ,
    Décevant que pour vous , si l on pense un peu par soi-même, c est égarement ,
    Décevant de lire que si l on à d autres inspiration que la religion. C est un danger.
    Décevant de lire que pour vous un salafiste est forcément dans l’extrême., Je ne les généralise pas. S il veut vivre a l ancienne sa le regarde , du moment qu il ne nuit a personne.
    Si celui là ne veut pas se référer a l’islam ça le le regarde, tant qu il n’est pas insultant .

    Ce fameux “juste milieu” que vous évoquez, on le cherche encore. Je ne sais pas s il existe.
    Mais tant qu on continuera à opposer raison et foi . Tradition et modernité , on avancera pas.
    Tant que l on continuera à s immiscer dans la vie privée , en évaluant la “bonne coranité” on avancera pas.

    L’idée de Voltaire est d instaurer une paix et une cohésion, entre différentes individualité , j’approuve cela.

    Cordialement.

  8. Bonjour,

    Quand ce ne sont pas certains salafistes qui s’accrochent superstitieusement à un passé révolu et non reproductible dans des conditions historiques autres, ce sont désormais les modernistes qui désirent ardemment en finir avec le passé de l’Islam et le rejettent en bloc. Les premiers veulent l’imiter aveuglément pendant que les seconds veulent le dépasser/transgresser. Les premiers ont renoncé à l’exercice de la raison que plébiscitent le Coran et la Sounna et se font le prolongement irresponsable et immature du « Salaf » (époque bénie de l’Islam de la Lumière – verset 35 de la Sourate La Lumière) … Alors que les modernistes/rationalistes vénèrent à outrance la déesse raison au travers de certaines de ses figurent emblématiques notamment Voltaire. Celui-ci est-il besoin de le souligner, était « raciste et xénophobe ». Boris Cyrulnik écrit dans son livre « La naissance du sens » que Voltaire disait qu’il pouvait reconnaître facilement un juif à sa mauvaise odeur. Quelle est belle la tolérance selon Voltaire !
    L’Islam n’a besoin ni de Voltaire, ni de Luther, ni de Descartes, ni de Freud. L’Islam a besoin seulement d’être lu selon les prémisses qui lui sont propres. S’attendre à ce qu’un éventuel Voltaire s’intéresse à l’Islam n’est pas un rêve. C’est bel et bien un cauchemar ! Il est temps de se réveiller et d’apprendre avec humilité à lire le Coran et la Sounna authentifiée. Et surtout à en incarner, autant que faire se peut, les lois et les règles qui les régissent dans sa vie de tous les jours mais surtout sans l’arrogance de ceux qui veulent les dépasser et sans la naïveté de ceux qui veulent imiter le Salaf. Celui-ci est une période de trois siècles évoquée par le Prophète (ç). Ces trois siècles sont décroissants du point de vue de leur importance puisque le meilleur siècle est celui du Prophète (ç) puis celui qui le suit et ainsi de suite. Donc le modèle à imiter est bel et bien Mohamed (ç). On ne doit pas imiter ceux qui imitent Mohamed (ç). Car c’est lui le « modèle exemplaire ». Est-ce que cela veut dire que nous sommes condamnés à rester médiocres ? Tant s’en faut ! La médiocrité consiste à imiter des modèles de seconde main et à juger/jauger l’Islam selon des prémisses qui lui sont étrangères.

  9. Dans une démocratie populaire, seul l’État a le monopole de la violence, l’état a le droit d’être criminel.
    On appelle ça patriotisme, sacrifice suprême, raison d’état.

    L’intolérance est d’origine militaire.
    Dans le coran, (sourat la reine de Saba), le militaire détruit, il ne construit pas.

    Un militaire qui contrôle la religion, donnera des gens qui ont une religion et pas de cerveau.
    Un militaire qui fait la finance, la monnaie deviendra une monnaie de singe.
    Un militaire qui fait l’éducation, donnera une génération marque de troupeau, aucun esprit libre.

    Toutes les intolérances, wahhabisme, salafisme, madkhalisme, esprit zaouia, esprit soufi, esprit carrée, ont pour origine militaire ou paramilitaire.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

La Malaisie, pays de paradoxes : entre modernité et islam radical

Le bourreau de Gaza et ministre israélien de la Défense Benny Gantz en visite au Maroc