in

L’Afrique du Sud demande qu’Israël soit déclaré « État d’apartheid »

Le gouvernement sud-africain s’est dit préoccupé devant l’occupation incessante par Israël de « parties importantes de la Cisjordanie » et le développement de nouvelles colonies dans cette région, qui « sont des exemples flagrants de violations du droit international« , alors que le conflit israélo-palestinien, qui dure depuis si longtemps, se poursuit.

« Le récit palestinien n’est pas sans rappeler les plus sombres épisodes de la propre histoire de ségrégation raciale et d’oppression de l’Afrique du Sud », a déclaré Mme Naledi Pandor, ministre sud-africaine des Relations internationales et de la Coopération, lors de la deuxième réunion des chefs de mission palestiniens en Afrique qui s’est tenue dans la capitale, Pretoria.

« En tant que Sud-Africains opprimés, nous avons fait l’expérience des conséquences de l’inégalité raciale, de la discrimination et du déni, et nous ne pouvons pas rester passifs pendant qu’une autre génération de Palestiniens est laissée pour compte », a-t-elle martelé.

Publicité

Mme Pandor a insisté sur le fait que Pretoria estime qu’Israël devrait être classé comme État d’apartheid, et que l’Assemblée générale des Nations unies (AGONU) devrait créer un comité pour vérifier s’il satisfait aux exigences.

Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riad Malki, qui participait au forum, s’est exprimé après la session auprès de la chaîne publique de radio et de télévision South African Broadcasting Corporation (SABC). « S’il y a un ou plusieurs pays qui peuvent comprendre la souffrance et la lutte pour la liberté et l’indépendance de la Palestine, c’est bien le continent africain et le peuple d’Afrique », a-t-il souligné.

Des liens qui unissent

Publicité

La première ambassade palestinienne en Afrique du Sud a été accréditée en 1995, marquant le début des relations diplomatiques entre les deux pays. Au fil des années, le gouvernement sud-africain est resté un allié sûr de la Palestine, apportant un soutien à la fois matériel et public à sa cause de libération.

« Notre position sur la Palestine a toujours été claire, cohérente et convergente avec la communauté internationale », a affirmé Mme Pandor.

Selon un rapport récent du Centre Al-Mezan pour les droits de l’homme, une organisation civile basée dans la bande de Gaza, au cours des 15 dernières années, ce sont à peu près 5418 Palestiniens qui ont été tués par les opérations militaires israéliennes dans l’enclave palestinienne  assiégée, au nombre desquels figurent 1246 enfants et 488 femmes.

Une récente commission d’enquête des Nations unies, chargée d’enquêter sur les violations commises dans les territoires palestiniens occupés, y compris à Jérusalem-Est, a établi dans son rapport qu’Israël est responsable de violations graves des droits humains à l’encontre des Palestiniens.

« Ces rapports sont importants pour sensibiliser le monde entier aux conditions auxquelles les Palestiniens sont soumis, et ils donnent foi et soutien à un nombre écrasant de preuves factuelles qui, toutes, indiquent le fait que l’État d’Israël commet des crimes d’apartheid et de persécution contre les Palestiniens » , a déclaré Mme Pandor.

Une campagne mondiale pour Shireen Abu Akleh

Mme Pandor a été la première représentante du gouvernement sud-africain à dénoncer l’assassinat ciblé de la journaliste palestino-américaine d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, le 11 mai dernier, par les forces israéliennes, lors d’un de leurs raids en Cisjordanie occupée.

Publicité

Au moment de la mort de Shireen Abu Akleh, elle a comparé la violente agression de son cortège funéraire par la police israélienne à la cruauté de l’armée sud-africaine, au temps de l’apartheid.

Après la session de mardi, elle a déclaré à la SABC : « nous ne pouvons pas laisser la question de Shireen Abu Akleh telle quelle », ajoutant avec détermination : « Nous allons mettre en avant la cause palestinienne à l’Assemblée générale des Nations unies, et nous avons besoin aussi que la société civile se joigne à nous ».

Source : Al Jazeera

Traduction BP pour l’Agence média Palestine

Publicité

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. En Israel, 22 pourcents des habitants sont arabes et élisent des députés. Ils sont citoyens et jouissent des mêmes droits que le reste de la population. Où est l’apartheid ?
    Comment se fait-il que pratiquement tous les juifs aient été chassés des pays arabo-musulmans ?

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Le Conseil d’Etat s’oppose à une requête en faveur de la suppression des carrés musulmans

Mort de Shireen Abu Akleh: des proches demandent une enquête de Washington