in

L’actrice Emma Watson taxée d’antisémitisme par deux ambassadeurs israéliens pour son soutien au peuple palestinien

Loin de l’univers fantastique d’Harry Potter, les apprentis sorciers, formés à une autre école que celle de Poudlard, ne manquent pas sur la scène internationale… Surtout ceux qui croient nous illusionner en amalgamant, insidieusement, antisémitisme et antisionisme.    

Parmi ces jeteurs de sortilèges, qui s’en prennent à tous ceux qui osent dénoncer le cynisme de cette supercherie ou afficher publiquement leur soutien à la cause palestinienne, les Israéliens Gilad Erdan et Danny Danon se sont déchaînés, lundi 3 janvier. Mais pas de chance, leurs maléfices n’ont pas opéré, car ils se sont heurtés de plein fouet à la popularité d’Emma Watson, alias Hermione Granger sur grand écran !

La star féminine de la saga d’Harry Potter s’est, en effet, attirée les foudres de l’actuel ambassadeur d’Israël auprès des Nations Unies et de son prédécesseur au même poste, pour avoir publié une photo sur Instagram illustrant sa solidarité avec le peuple palestinien, avec en exergue : « La solidarité est un verbe ». 

Publicité

En guise de légende, l’actrice britannique a repris à son compte les propos de la militante anglo-australienne Sara Ahmed : « La solidarité ne suppose pas que nos luttes soient les mêmes, que notre douleur soit la même douleur, ou que notre espoir soit pour le même avenir. La solidarité implique l’engagement et le travail, ainsi que la reconnaissance que même si nous n’avons pas les mêmes sentiments, ou les mêmes vies, ou les mêmes corps, nous vivons sur un terrain d’entente

C’en était trop pour les deux hauts émissaires israéliens ! Danny Danon, hors de lui, a aussitôt sorti de son chapeau le tweet qui cloue au pilori : « 10 points de la part de Gryffindor pour être une antisémite ».

Tout aussi furieux, Gilad Erdan a, quant à lui, fustigé la prise de position de l’actrice, tweetant rageusement : « La fiction peut fonctionner dans Harry Potter mais cela ne fonctionne pas dans la réalité. Si c’était le cas, la magie utilisée dans le monde sorcier pourrait éliminer les maux du Hamas (qui opprime les femmes et cherche l’anéantissement d’Israël) et de l’Autorité palestinienne (qui soutient le terrorisme) ». 

Fort heureusement pour l’inoubliable Hermione dans Harry Potter, la magie est provenue des réseaux sociaux, en pleine effervescence… Comme par enchantement, la plupart des internautes américains et britanniques ont immédiatement volé à sa rescousse, critiquant vertement ses deux détracteurs pleins de véhémence

Emma Watson a pu aussi compter sur le soutien de Leah Greenberg, codirectrice d’Indivisible Project, une organisation fondée en 2016 en riposte à l’accession au pouvoir de Donald Trump. « C’est une démonstration parfaite de l’exploitation cynique et de mauvaise foi de l’antisémitisme pour faire cesser les manifestations de solidarité avec le peuple palestinien », s’est-elle insurgée, tandis que le journaliste politique britannique Mehdi Hasan répliquait sur le ton de l’ironie mordante : « L’ancien ambassadeur d’Israël à l’ONU traite Emma Watson d’antisémite pour avoir exprimé sa solidarité avec les Palestiniens. Au-delà de la parodie ».

Pendant ce temps-là, l’activiste palestinien Mohammed El-Kurd, qui a joué un rôle crucial dans la sensibilisation internationale aux expulsions forcées de Palestiniens dans le quartier occupé de Jérusalem-Est, à Sheikh Jarrah, persiflait  : « Criez plus fort, ça me fait rire ! ».

N’en déplaise aux deux apprentis sorciers israéliens, l’instrumentalisation de l’antisémitisme est une ficelle désormais un peu trop grosse… 

Publicité

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Le chantage à l’antisémitisme ne fonctionne plus depuis belle lurette !
    Merci à Emma Watson pour son soutien courageux au peuple opprimé palestinien.
    Les dirigeants israéliens peuvent continuer à aboyer, plus personne ne les entend..

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Féminicide de Mérignac : six policiers convoqués pour manquement

L’agriculture bio en Tunisie